Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

La banalité du « ne faites pas le mal » de Google, par Julian Assange

La banalité du « ne faites pas le mal » de Google, par Julian Assange

02ASSANGEsub-articleLarge

Par Julian Assange, le 1 juin 2013

« Le Nouvel Âge Digital » est un schéma directeur étonnamment clair et provocateur pour l’impérialisme technocratique, de la main de deux de ses plus ardents marabouts, Eric Schmidt et Jared Cohen, qui construisent une nouvelle définition de la puissance globale des USA au 21è siècle. Cette définition reflète la fusion toujours plus proche entre le State Department et la Silicon Valley, telle que personnifiée par Eric Schmidt, le directeur exécutif de Google, et M. Cohen, un ancien conseiller de Condoleeza Rice et de Hillary Clinton, aujourd’hui le nouveau patron de Google Ideas.

Les auteurs se sont rencontrés dans le Bagdad occupé de 2009, où le livre fut conçu. Se promenant à travers les ruines, le tandem fut tout excité par l’idée que la technologie consumériste était en train de transformer une société anéantie par l’occupation militaire US. Ils ont décidé que l’industrie de haute technologie pouvait être un outil puissant de la politique étrangère états-unienne.

Le livre fait la propagande du rôle de la technologie dans le remodelage des peuples du monde et de ses nations en ersatz de la superpuissance dominante mondiale, qu’ils veuillent se faire remodeler ou non. La prose est laconique, l’argument sûr de lui et la sagesse – vulgaire. Mais ce n’est pas un livre destiné à être lu. C’est une déclaration majeure destinée à susciter des alliances.

« Le Nouvel Âge Digital » est, plus que toute autre chose, une tentative de la part de Google pour se positionner en tant que visionnaire géopolitique des USA – l’unique entreprise à même de répondre à la question « Où devraient aller les États-Unis maintenant? » Ce n’est pas surprenant qu’une brochette respectable des plus fameux faiseurs de guerres du monde ait été amenée à défiler pour apposer son tampon d’approbation à cette incitation au soft power occidental. Les remerciements mettent Henry Kissinger à la place d’honneur, qui avec Tony Blair et l’ancien directeur de la CIA Michael Hayden a fait une bonne promo au bouquin.

Dans le livre les auteurs prennent joyeusement sur leurs épaules le fardeau du geek blanc. Un saupoudrage sans retenue de faire-valoirs commodes, hypothétiques et à la peau sombre font leur apparition: des femmes-pêcheurs congolaises, des designers graphiques du Botswana, des activistes anti-corruption au Salvador et des pâtres de bétail illettrés Masaï sont tous convoqués pour démontrer avec obéissance les propriétés progressistes de Google phones branchés dans la chaîne d’alimentation en information continue de l’empire occidental.

Les auteurs offrent une version banalisée avec hardiesse du monde de demain: les gadgets des décennies à venir sont prévus pour être à peu près ce que nous avons déjà aujourd’hui – juste plus cool. Le « progrès » est stimulé par la diffusion inexorable de la technologie états-unienne sur toute la surface de la Terre. Déjà, chaque jour, un million, peu ou prou, d’appareils mobiles utilisant Google sont activés. Google s’interposera, et donc le gouvernement US, dans les communications de tous les êtres humains n’étant pas en Chine (méchante Chine). Les biens matériels ne font que devenir plus merveilleux; les jeunes urbains travailleurs dorment, travaillent et font leur shopping avec davantage de facilité et de confort; la démocratie est insidieusement remplacée par des technologies de surveillance, et le contrôle est rebaptisé avec enthousiasme « participation »; et notre ordre mondial actuel de domination, d’intimidation et d’oppression systématiques continue, sans faire parler de lui, sans être affecté, ou alors seulement légèrement perturbé.

Les auteurs sont amers au sujet du triomphe égyptien de 2011. Ils dénigrent la jeunesse égyptienne avec dédain, clamant que « le mélange de l’activisme et de l’arrogance chez les jeunes est universel. » Des foules digitalement inspirées impliquent que les révolutions seront « plus faciles à démarrer » mais « plus dures à finir ». Du fait de l’absence de leaders forts, le résultat, dit Kissinger aux auteurs, sera des gouvernements de coalition versant dans l’autocratie. Ils disent qu’il n’y aura « plus de printemps » (mais la Chine est à l’échauffement).

Les auteurs fantasment sur l’avenir de groupes révolutionnaires « bien équipés ». Une nouvelle « génération de consultants » se « servira des données pour construire et affiner un personnage politique. »

« Ses » discours (l’avenir n’est pas si différent) et écrits seront passés à travers « des extractions complexes de traits saillants et des séries de logiciels d’analyse de tendances » tout en « cartographiant ses fonctions cérébrales, » et d’autres « diagnostics sophistiqués » seront utilisés pour « évaluer les points faibles de son répertoire politique. »

Le livre reflète exactement les tabous et les obsessions institutionnelles du State Department. Il évite toute critique constructive d’Israël et de l’Arabie Saoudite. Il prétend, de façon assez extraordinaire, que le mouvement de souveraineté latino-américain, qui en a tant libéré des ploutocraties et dictatures soutenues par les USA, n’a jamais existé. Faisant plutôt référence aux « dirigeants vieillissants » de la région, le livre ne distingue pas l’Amérique Latine au-delà de Cuba. Et, bien sûr, le livre s’affole de façon théâtrale au sujet des croque-mitaines privilégiés de Washington: la Corée du Nord et l’Iran.

Google, qui avait commencé comme une expression de la culture californienne, diplômée et indépendante – une culture humaine, décente et joueuse – a, à sa rencontre avec le grand méchant monde, décidé de jeter son dévolu sur les éléments traditionnels du pouvoir à Washington, du State Department à la National Security Agency.

Malgré qu’il ne soit responsable que d’une fraction infinitésimale des morts violentes annuelles, le terrorisme est une des marque de fabrique préférées des cercles politiques états-uniens. Il s’agit d’un fétiche qui doit aussi avoir sa voix au chapitre, et par conséquent « L’Avenir du Terrorisme » en obtient un tout entier. L’avenir du terrorisme, apprenons-nous, est le cyber-terrorisme. Une séance libérale de cris au loup s’ensuit, comprenant un scénario haletant de film-catastrophe, où des cyber-terroristes s’emparent du contrôle des systèmes de guidage aérien états-uniens et envoient des avions s’écraser dans des immeubles, coupent le courant de réseaux entiers et déclenchent des tirs nucléaires. Les auteurs s’en prennent ensuite aux activistes qui font des sit-ins informatiques, dans la même foulée.

Je possède un point de vue très différent. L’avancement de la technologie de l’information mise en exergue par Google annonce la mort de la vie privée pour la plupart des gens et fait glisser le monde vers l’autoritarisme. C’est là la thèse principale de mon livre, « Cypherpunks ». Mais pendant que M. Schmidt et M. Cohen nous racontent que la mort de la vie privée aidera les gouvernements « d’autocraties autoritaires » à « cibler leurs citoyens », ils disent également que les gouvernements des démocraties « ouvertes » le verront comme un « cadeau » leur permettant de « mieux répondre aux soucis des citoyens et des consommateurs ». En réalité, l’érosion de la vie privée en Occident et la centralisation attenante du pouvoir rendent les abus inévitables, rendant les « bonnes » sociétés plus proches des « mauvaises ».

La section sur les « autocraties autoritaires » décrit diverses mesures de surveillance avec désapprobation: des lois pour introduire des portes dérobées dans les logiciels pour permettre l’espionnage des citoyens, la surveillance des réseaux sociaux et le recueil d’informations personnelles sur des populations entières. Toutes ces mesures sont d’ores et déjà en usage répandu aux USA. En fait, certaines d’entre elles – comme la volonté d’imposer que chaque profil sur un réseau social soit relié à un nom réel – furent menées par Google lui-même.

C’est sous le bout de leur nez, mais les auteurs ne le voient pas. Ils empruntent à William Dobson l’idée que les médias, dans une autocratie, « tolèrent une presse de l’opposition tant que les opposants au régime comprennent où se trouve la limite implicite à ne pas dépasser. » Mais ces tendances commencent à ressortir aux USA. Personne ne doute de l’effet glaçant des enquêtes sur Associated Press ou James Rosen, de la Fox. Mais il y a eu peu d’analyse sur le rôle de Google dans son acceptation de la citation de Rosen. J’ai une expérience personnelle de ces tendances.

Le ministère US de la justice a reconnu en mars qu’il en était à sa troisième année d’une enquête criminelle toujours en cours contre WikiLeaks. Des minutes de Cour indiquent que ses cibles comprennent « les fondateurs, propriétaires ou gérants de WikiLeaks. » Une personne en accusation pour être une source de WikiLeaks, Bradley Manning, est face à un procès de 12 semaines commençant demain, avec 23 témoins de l’accusation attendus pour témoigner à huis-clos.

Ce livre est d’une mauvaise influence flagrante dans lequel ni l’un ni l’autre des auteurs ne disposent du langage pour voir et moins encore pour expliquer le monstre maléfique titanesque qu’ils sont en train de construire. « Ce que Lockheed Martin était au 20è siècle, » affirment-ils, « les entreprises de technologie et de cybersécurité seront au 21è. » Sans même comprendre comment, ils ont mis à jour et mis sans accroc en application la prophétie de George Orwell. Si vous voulez une vision de l’avenir, imaginez des Google Glasses gérées par Washington attachées à des visages humains vides – pour toujours. Les zélotes du culte de la technologie consumériste trouveront peu pour les inspirer ici, bien qu’ils ne semblent jamais en avoir besoin. Mais c’est une lecture essentielle pour tous ceux embarqués dans la lutte pour notre avenir, avec un seul impératif en tête: Connais ton ennemi

Julian Assange est le rédacteur-en-chef de WikiLeaks et l’auteur de « Cypherpunks: Liberté et Avenir de l’Internet »

Source : Wikileaks Actu


Publicité

Laissez un commentaire

*