Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Cours d’Histoire, Chapitre sur le nouvel ordre mondial

Cours d’Histoire, Chapitre sur le nouvel ordre mondial

[A lire : Je vous propose les cours 2012/2013 quand vous passez un diplôme équivalent au bac, et je trouve cela pas mal intéressant, afin de vous donner une idée de la manière dont le nouvel ordre mondial est enseigné au Lycée. C’est aussi utile je pense pour se positionner et comprendre la « version officielle ». Donc souffrez avec moi. Vous allez constater le niveau, je n’ai pas introduit les détails du Rwanda, de la Yougoslavie etc… Si vous ne le sentez pas alors ne le lisez pas car c’est plutôt « lourd » à digérer.]

A partir de 1991 le monde peut espérer une ère plus pacifique, parce que c’est l’affrontement idéologique des 2 grands qui laisse place à la prédominance des Etats-Unis dans le maintien de l’ordre mondial. Pourtant des conflits identitaires, ethniques ou religieux naissent ou renaissent le plus souvent à l’échelle régionale. La fin de la guerre froide laisse place à de nouveaux conflits entre états, mais aussi des guérillas et des actions terroristes qui déstabilisent le monde.

C’est une guerre très médiatisée qui montre au monde entier la place désormais centrale des Etats-Unis désormais sans rival. On peut qualifier les Etats-Unis d’hyperpuissance avec la disparition de l’URSS.

Le Moyen Orient est perturbé par les ambitions irakiennes. L’Irak est à l’époque dirigé par Saddam Hussein. Il règne en dictateur sur l’Irak et il est l’allié de l’URSS depuis son arrivée au pouvoir en 1979. En Irak la population arabe est divisée avec une majorité chiite et une minorité sunnite au pouvoir. (2 islams, chiites et sunnites). Les sunnites sont au pouvoir. Il y a aussi un groupe kurde, une minorité qui s’oppose au pouvoir central.

Le 2 Aout 1990 l’Irak envahit le Koweit pour élargir ses débouchées dans le Golfe Persique et pour prendre le contrôle de son pétrole. Il s’agit aussi d’effacer les dettes contractées au Koweit car il avait prêté de l’argent à l’Irak de 84 à 88.

Cette annexion déstabilise la région où les Etats-Unis sont présents. Ils disposent de deux flottes de guerre et des hommes stationnés sur le territoire de leur allié Saoudien. Cette guerre va être déclenchée le 17 Janvier 1991 par l’opération « Tempête du Désert » qui s’agit d’une coalition dirigée par les Américains. Il y a 34 pays qui y participent (essentiellement occidentaux). Cette coalition est réunie avec l’accord tacite de l’URSS. L’Irak est bombardé.

Le 24 Février c’est le début des opérations terrestres de la coalition. C’est une offensive très rapide, elle dure moins d’une semaine car le 28 Février l’Irak est vaincu. La supériorité technologique et stratégique de la coalition ont eu raison de l’Irak. La victoire de la coalition est donc rapide. Le Koweit est libéré et Saddam Hussein reste au pouvoir, mais le pays est mis sous tutelle par l’ONU avec l’idée que des inspecteurs devront vérifier la destruction des armes de destruction massive détenues par l’Irak.

En Mars 1991 il y a une révolte contre Saddam Hussein de la part des kurdes irakiens. La répression est immédiate et pousse des millions de réfugiés à fuir le pays pour aller en Turquie. La coalition n’intervient pas mais le conseil de sécurité de l’ONU se résout à l’ingérence humanitaire en décidant d’apporter une aide d’urgence et de créer une zone de sécurité en Turquie pour les kurdes persécutés.

Les Américains veulent aussi ménager leur allié Turc. Bush ne mentionne pas les kurdes dans son discours du 6 Mars 1991 à cause du risque séparatiste (les kurdes veulent un Kurdistan). L’idée est de ne pas favoriser l’expression des séparatismes.

Les Etats-Unis souhaitent fixer les règles du monde de l’après guerre froide. D’après Bush les relations internationales doivent avoir pour objectif principal le maintien de la paix et de la sécurité des régions stratégiques du monde. Avec des actions concertées dans le cadre multilatéral de l’ONU. Contrôler la prolifération des armes de destruction massive, notamment en Irak. Favoriser le développement économique. Comme en 1947 la prospérité économique est vue comme une garantie de la stabilité politique, c’est une région vitale pour le pétrole.

La victoire contre l’Irak est perçue par de nombreux américains comme une victoire de leur pays et non pas comme celle d’une coalition internationale. De plus la stabilité et la sécurité du Golfe ne dépendent pas du sort des kurdes.

L’information et les médias sont contrôlés par Saddam Hussein, mais les américains défenseurs de la liberté font la même chose. Les médias sont utilisés comme une arme de désinformation à destination de Saddam Hussein. La guerre du Golfe a opposé l’Irak de Saddam Hussein à une coalition mandatée par l’ONU mais commandée par les Etats-Unis. Provoquée par l’annexion du Koweit par l’Irak en Aout 90, elle est la première guerre décidée par l’ONU depuis 1950. L’URSS en voie de délitement ne s’oppose pas aux mesures prises contre son allié Irakien.

Dans son discours du 6 Mars 91 [Le fameux discours du nouvel ordre mondial, je croyais que c’était le 11 Septembre mais y en a eu 2 de discours dont l’un le 11 Septembre] Bush estime que le monde est entré et doit rester dans un nouvel ordre mondial, fondé sur le multilatéralisme et la gouvernance de l’ONU. Néanmoins la guerre du Golfe montre aussi que le multilatérialisme est limité dans ses buts comme le montre l’inaction à la répression irakienne menée contre les kurdes; Limitée aussi par l’affirmation des intérêts nationaux des grandes puissances, c’est le président des Etats-Unis qui défini les principes que l’ONU doit faire respecter; limiter enfin par le manque de moyen réel de l’ONU dont les interventions dépendent toujours des finances, du matériel et des hommes mis à sa disposition par les états membres.

La guerre du Golfe marque le renouveau de l’ONU qui n’est plus paralysée par les droits de véto. Après la fin de la guerre froide l’ONU connait un renouveau.

Vers la fin des années 80 les conflits se sont multipliés. Le nouvel ordre international permet la résolution de nombreux conflits. Les 2 Allemagnes opèrent une réunification rapide dés 1990. Au proche Orient, les accords d’Oslo en 93 engagent un processus de paix entre Israël et les Palestiniens. Dans le même temps le monde connait une vague de démocratisation en Europe Orientale, en Amérique Latine, et en Afrique. Grâce au combat de Nelson Mandela c’est la fin de l’Apartheid (1992) qui avait opprimé la majorité non blanche et qui avait entrainé la condamnation du pays par la communauté internationale.

[La multiplication des conflits identitaire : Rwanda / Yougoslavie etc… on passe]

Un nouveau désordre mondial
L’occident ébranlé – Le 11 Septembre 2001

Manhattan et les tours du Wolrde Trade Center symbolisent la puissance économique. Le Pentagone est le siège du département de la Défense des Etats-Unis. Deux lieux symboliques de la domination etats-unienne sur le monde. Les conséquences humaines : près de 3000 victimes et une population traumatisée. Les conséquences matérielles : la destruction des 2 tours du WTC, la destruction d’une partie du Pentagone. Autre conséquence matérielle : l’augmentation importante du budget fédéral consacré à la Défense.

Les médias du monde entier parlent de ces attentats. La Une du quotidien Le Monde (écrite par son directeur de l’époque Jean Marie Colombani) insiste sur la solidarité mais aussi le sentiment de vulnérabilité des sociétés occidentales. Aux Etats-Unis les populations se rassemblent pour témoigner d’une souffrance collective et à l’opposé dans certains pays musulmans, des islamistes manifestent leur contentement face à ce qu’ils considèrent comme une victoire contre les Etats-Unis (réaction minoritaire).

Ces attentats provoquent un traumatisme mondial, ils révèlent que les Etats-Unis, tout comme l’occident, sont vulnérables à la menace terroriste. Les autorités des Etats-Unis expriment une position très ferme face à la menace terroriste islamiste. Très rapidement Al Qaida est incriminé, c’est un réseau terroriste, dirigé et financé par Oussama Ben Laden. Le réseau terroriste s’en est déjà prit aux Etats-Unis sous al forme d’attentats dans les années 90.

Dicté par la conviction, le terrorisme va frapper de nouveau. Il s’agit donc de traquer les terroristes dans leurs bases Afghanes et de déclarer la guerre au terrorisme. Les Etats-Unis n’hésitent pas à violer la souveraineté des Etats soupçonnés de les favoriser.

Renforcement des contrôles aux aéroports, création d’un ministère spécial pour la sécurité intérieure. En octobre 2011 la loi « Patriot Act », autorise et renforce les arrestations secrètes d’étrangers sur de simples soupçons d’activités terroristes. D’un coté les Etats-Unis et leurs alliés défendent la civilisation, le pluralisme, la tolérance, la liberté, y compris par la force des armes si besoin est. Et de l’autre côté, les terroristes et les états qui les aident et qui cherchent à imposer la peur parmi les populations civiles du monde entier.

C’est une vision manichéenne, le rapport de force entre Occident et monde musulman est forcément violent en raison de l’agressivité des Etats-Unis. Ben Laden est déterminé et menaçant : « Nous avons juré que l’Amérique ne serait pas en sécurité. »

Les Etats-Unis déclarent la guerre au terrorisme, c’est une guerre préventive. Doctrine forgée par le président américain, qui consiste à attaquer préventivement les territoires abritant des bases terroristes ou ayant des liens avec le terrorisme, afin d’éviter toute agression éventuelle. Cette conception de guerre préventive est approuvée par la communauté internationale, au lendemain des attentats. Les Etats-Unis se voient reconnaitre le droit à la légitime défense. L’OTAN est mobilisé et les Etats-Unis et les alliés interviennent en Afghanistan pour renverser le régime des talibans qui abritent Oussama Ben Laden. Le multilatéralisme triomphe grâce aux attentats multiples dans le monde.

Mais les Américains n’hésitent pas à faire preuve d’unilatéralisme quand ils décident d’attaquer l’Irak de Saddam Hussein en 2003 sans l’accord de l’ONU. Ils s’attaquent à l’Irak soupçonné de détenir des armes de destruction massive. Cette guerre révèle le glissement des Etats-Unis vers l’unilatéralisme et suscite de vives critiques contre eux.

L’impact des attentats du 11 Septembre 2001 est considérable, les Etats-Unis subissent des dégâts humains et matériels, mais ils sont traumatisés à cause de la révélation de leur propre vulnérabilité, sentiment partagé par l’ensemble des pays occidentaux. Le fait le plus marquant pour les relations internationales est l’entrée en guerre des Etats-Unis contre le terrorisme international. L’invasion de l’Afghanistan et le renversement du régime islamiste des Talibans sont un succès militaire, mais Ben Laden n’est pas arrêté (il sera tué en Mai 2011 au Pakistan), et les Etats-Unis peinent à stabiliser la situation. Par ailleurs, l’impact des attentats confirment l’option unilatérale des Etats-Unis engagée depuis la deuxième moitié des années 90. En 2002 le président des Etats-Unis définit un axe du mal, et donne pour mission aux Etats-Unis d’empêcher l’acquisition par les terroristes d’armes de destruction massive, d’où le renforcement de l’idée de guerre préventive et l’affirmation de la nécessité de s’ingérer dans les affaires internes des pays où les droits de l’homme sont menacés.

Avec la disparition de l’URSS, les Etats-Unis deviennent les leaders du monde désormais unipolaire, l’hyperpuissance américaine se manifeste pendant la première guerre du Golfe, conflit montrant également le renouveau de l’ONU. CE nouvel ordre international permet la résolution de nombreux conflits et coïncide avec une vague de démocratisation dans le monde.

Le monde semble être entré dans une ère de paix. Pourtant, des tensions nationalistes, ethniques ou religieuses dégénèrent parfois en guerres civiles, en Europe Orientale, ou en Afrique, tandis que l’islamisme se développe. Après le traumatisme du 11 Septembre 2001, les Etats-Unis et leurs alliés lancent une guerre contre le terrorisme, ils interviennent en Afghanistan, en Irak, mais ces conflits s’enlisent et suscitent les critiques.

Si les guerres entre états sont moins nombreuses, certains conflits se radicalisent, par exemple au Proche Orient. C’est donc un monde plus incertain qui nait, ni bipolaire, ni unipolaire, mais multipolaire. La demande de démocratie progresse, notamment dans le monde arabe, mais des groupements non étatiques, mouvements terroristes et guérillas restent actifs.

Publié le 3 juin, 2013 dans 11 Septembre 2001, Histoire, Irak, Terrorisme.

Publicité

Laissez un commentaire

*