Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le Cycle du Phénix dans l’Histoire du Monde (1/2)

Le Cycle du Phénix dans l’Histoire du Monde

phenix L’étude de l’histoire est plutôt un sujet décourageant mais d’un côté il y a beaucoup de valeurs constructives à apprendre d’après les attitudes des historiens. La plupart des gens, en lisant, pensant ou dans n’importe quelle autre activité travaillent à partir d’une conviction basique qui leur est propre et si ils sont pessimistes ils trouveront du pessimisme partout, s’ils croient que l’histoire n’a aucun sens alors elle n’en a pas, mais s’ils croient que l’histoire pourrait être très similaire à la mémoire humaine elle-même, l’histoire de ce que l’on avait avant, d’où nous venons, et pourquoi sommes-nous ici, alors l’histoire se révèle petit à petit. D’une certaine façon mystérieuse l’histoire nous donne au moins un indice des intentions de l’Existence. Donc nous essayons de comprendre le genre de gens qui sont venus avant nous, et comment ils ont contribué à notre existence, comme cela quand nous deviendrons de l’histoire ancienne en temps et en heure les gens apprécieront ce que nous avons essayé de faire ou bien essayeront de nous comprendre, et pourront un jour peut être corriger un grand nombre d’erreurs que nous avons faites. L’histoire est une chose intéressante et Durand je crois a démontré beaucoup de ces aspects assez stimulants du sujet.

Si nous jetons un oeil sur les pages de l’histoire nous découvrons que le plus nous remontons le temps le moins de personnalités émergent. Pas à pas l’histoire devient de plus en plus floue où il semble que plein de gens ont fait des tas de choses et personne ne s’est intéressé à retranscrire leurs activités. Nous avons juste l’impression de disparaitre quelque part dans l’Antiquité. Il n’y a que quelques noms qui brillent jusqu’à la fin, et puis disparaissent à leur tour. Donc il semble y avoir une division dans la société. Il y a toujours eu une minorité qui a tenté d’être juste. Il y a toujours eu un groupe plus large qui a toujours empêché quiconque de faire quoi que ce soit de juste. Et il y avait un troisième groupe plus large qui se tapait de tout ça. Et ces trois là ensemble contribuent à ou détruisent la descente de la Connaissance.

Nous avons aussi un autre problème qui est, que le progrès a toujours été dépendant d’une forme de savoir, et alors que nous avançons les fondations du savoir sont désormais questionnées. Nous sommes persuadés que les choses que nous croyions savoir, nous croyions les savoir. Et il est très vrai que ce qui nous est venu de l’Antiquité peut maintenant être questionné et selon plein d’exemples ce que nous savions, était en fait invalide. Pourquoi ? Comment c’est possible ? Pourquoi est-il si facile de réduire la sagesse que nous avons portée avec nous du passé ? Eh bien je pense que nous devons réaliser que pratiquement toute l’Ancienne Sagesse est quelque part associée à la Religion. Nos aïeux croyaient en un être divin ou un plan divin qui régulait toutes choses. Et ce plan divin a été interprété et ré interprété dans tous les endroits du monde et dans tous les Âges qui ont précédés. Donc maintenant la question que l’on se pose est de savoir si ces fondations étaient vraies. Ces fondations représentent en gros des choses partagées par plein de groupes ayant tous des passés différents, et grâce à ces fondations la survie de notre civilisation a été possible.

Du passé nous vient le vieux concept de la règle d’or, que nous devrions faire aux autres ce que l’on aimerait que les autres nous fassent. Pendant des siècles cela a été considéré comme une contribution valide, et elle apparait dans plus de 50 religions et philosophies dans des termes presque identiques. Partout dans le monde les gens croyaient cela. Mais en ces jours peu de gens ont essayé de vivre avec, et il y a encore très peu de gens qui essayent de le faire de nos jours. Et alors que cela devient de plus en plus difficile de vivre non égoïstement nous voyons des livres sortir nous raconter que la règle n’a jamais été vraie en premier lieu ! Nous n’étions pas supposés traiter les autres comme nous espérions qu’ils nous traitent, nous étions supposés les racketter, leur prendre tout ce que nous pouvions et de les jeter. C’était la nouvelle règle ! La seule difficulté avec elle est qu’elle n’a jamais fonctionnée. Et amenait un désastre après l’autre.

Mais si l’on remonte à l’horizon des temps il y avait des individus, des personnes gentilles et sages qui ont essayé de faire les choses correctement. Dans les temps très primitifs l’être humain n’était pas éduqué comme maintenant. Il dépendait presque entièrement d’une interprétation intuitive de la Nature et du Monde autour de lui. Il a commencé à devenir très sage dans la sagesse du bien commun. Il est devenu conscient de certaines règles. Il est devenu conscient des désastres qui vinrent du fait de la violation de ces règles. Et quelque part dans tout ça on a le début de l’établissement de la moralité. Et à travers les Âges elle a été interprétée, élaborée, acceptée, reniée et certaines personnes se sont avancées et ont tenté de servir les besoins de la Famille Humaine. Nous avons un héritage. Un héritage de Connaissance. Et cette connaissance n’est pas juste de la superstition, que cette connaissance n’est pas que des fausses doctrines, mais qu’elle a été abusée. Quelqu’un pourrait dire et si elle était si bonne que ça pourquoi avons-nous des problèmes maintenant ? Eh bien ! Il suffit de regarder à droite à gauche pour voir la réponse à cela, et réfléchir pendant un moment, et réalisons que nous avons des problèmes maintenant pas parce qu’elles étaient bonnes, mais parce que nous ne les avons jamais utilisées.

Nous n’avons jamais été capable de séparer les principes de nos propres appétits et désirs personnels. Ce que nous Voulons passe en Premier. Si nous pouvons avoir ce que nous voulons éthiquement alors c’est merveilleux, mais Rare. Si nous voulons ce que nous désirons et si nous ne pouvons pas l’avoir éthiquement alors nous l’obtenons d’une manière ou d’une autre. C’est de cette manière que le monde a toujours fonctionné. Mais ça ne veut pas dire que les éthiques étaient mauvaises. Ca veut juste dire que nous ne pouvions pas vivre selon quelque chose qui n’était pas harmonieux avec nos propres ambitions et égoïsme.

Donc nous nous intéressons à ces choses et essayons de les comprendre un peu plus. Et essayons de voir la fin de vie de ceux qui ont tenté d’apporter de bonnes choses ! Et avec très peu d’exceptions, pratiquement tous ceux qui ont essayé de vivre au delà du mondain de leurs temps ont été sérieusement et atrocement punis. Nous savons que les uns après les autres les grands chefs de la culture humaine payèrent de leurs vies ou de leurs réputations à cause de leurs efforts d’avoir voulu aider l’humanité. Presque 1200 ans avant le début de l’ère chrétienne nous avons Akhenaton le pharaon Egyptien. Parfois on se réfère à lui en tant que le Premier Être Humain dont nous avons des enregistrements. Et Humain dans le sens d’un Homo Sapiens intelligent. Nous savons qu’il est mort le cœur brisé et quelque part sa mort a été accélérée par du poison. Des années plus tard est venu Pythagore brûlé à mort lui et son école par un fanatique. Nous voyons aussi Confucius, ses derniers mots ont été « j’ai failli ». Nous avons Lao Tseu complètement désabusé qui s’est aventuré dans le désert de Gobi en quête de ce monde où les êtres humains et les sages vivent ensemble en paix. Zoroastre s’agenouillant face à l’autel de l’esprit de feu du Père tué par une lance plantée dans son dos. Le Christ crucifié. Mahomet empoisonné. Etc…

Ces grands professeurs enseignaient quelque chose que l’humanité ne voulait pas accepter. Quelque chose qui était contraire aux désirs et jusqu’à une certaine mesure contraire aux pressions environnementales qui existaient. L’idéaliste était toujours une personne isolée, et une très petite minorité de personnes entourée par l’égoïsme et la cupidité, la guerre et la haine. Et petit à petit les vieux vices les enferment et ceux qui essayent d’apprendre aux autres de bonnes choses sont brûlés au bûcher. Nous avons une histoire très triste de ceux qui ont tenté, de leur souffrance et de ce qu’ils nous ont donné. Ce sont les héritages les plus précieux qui nous avons dans cette génération présente.

Il y a bien longtemps quand la Philosophie et la Religion n’étaient pas divisées, les deux étaient aux mains des anciens sacerdoces, il y a eu l’établissement de merveilleux symboles qui nous sont venus en tant que Mythologies, Légendes et emblèmes héraldiques et toutes sortes de représentations pictographiques de la vérité universelle. Et dans ce grand cycle les symboles étaient perpétués et préservés simplement parce qu’ils n’étaient pas compris et ainsi personne ne cherchaient à les détruire. Ou peut être que de la lecture simple, qu’une signification basique a été donnée, mais ça ne rentrait pas du tout dans l’image globale de ceux qui ne voulaient pas être instruits au delà de leurs satisfactions personnelles. Il y avait plein de manières différentes de perpétuer ces croyances qui nous sont si importantes. L’un des symboles les plus intéressants est celui du Phénix.

Cet emblème semble avoir deux origines distinctes: l’une en Asie et l’autre en Egypte. Le phénix asiatique était plutôt domestiqué, il pouvait y en avoir plusieurs dans le monde en même temps, les phénix mâles et femelles apparaissent fréquemment dans l’art Chinois. Ils étaient les protecteurs et douaniers des mystères de l’Immortalité. Ils étaient aussi associés aux secrets des drogues et potions mystérieuses par lesquelles les sages perpétuaient leur jeunesse. Le phénix était un oiseau de famille très sympa en Chine. Et il est pratiquement tout le temps représenté sublimement dans l’art. Aucun oiseau réel ne pourrait ressembler à cela. Le paon était un pauvre oiseau en comparaison. Du côté des Egyptiens le phénix a été quelque chose de très difficile à analyser. Il a tout de l’apparence d’un oiseau qui ressemble beaucoup à un aigle mais ce n’est pas un aigle, et a un très beau plumage sur sa crête et a une très belle radiance dorée autour de lui et il n’y en a qu’un seul. Il n’y avait aucune manière de se reproduire pour le phénix. C’est un point très important. Car tous les 600 ans le phénix vole vers l’autel solaire, Héliopolis en Egypte, et mourait dans les flammes là-bas sur l’autel, brûlé et incinéré. Et par sa mort il donna naissance au Phénix, son corps sort des flammes pour donner naissance à un nouvel oiseau. Né des cendres de l’ancien.

Je suppose que vous voyez désormais que tout cela ne parle pas vraiment d’un gentil oiseau réel honnête. Il y a une autre signification à tout cela ici. Et le fait qu’il nous est donné en tant que symbole de la résurrection est pratiquement tout le temps une représentation du nouveau qui s’élève des cendres de l’ancien. Tout comme la vérité s’élève des cendres de l’ignorance. Le courage s’élève des cendres de la peur. Et tout comme l’intelligence s’élève des cendres de l’ignorance. Le Phénix devint le symbole de la résurrection il devint le bon symbole pour représenter la croissance éternelle ayant lieu pour toujours dans une univers créé.

PhoenixSC1778 Il y a plein de dessins et types de Phénix et l’un des plus intéressants est celui du dessin original du sceau inversé des Etats-Unis. Ce sceau n’est pas le sceau d’un aigle mais graduellement avec des modifications il a prit l’apparence d’un aigle mais cela s’est passé par le copiage de l’aigle de Napoléon, l’aigle d’Alexandrie et l’aigle de César. Ceux là représentent autre chose cependant, mais pas le mystérieux oiseau phénix. L’Alchimie a probablement été le premier système à reconnaitre le mystère du Phénix. Et dans la plupart des livres et manuscrits alchimiques il y a des illustrations de cet oiseau. L’histoire du phénix fait parti de l’histoire de la rédemption et régénération de toutes choses vivantes. Il est aussi un symbole de la pression perpétuelle de principes invisibles et leur victoire sur des erreurs visibles.

Commençons à étudier le cycle du Phénix. Nous ne pouvons étudier cela que d’après les informations qui nous viennent du passé, si nous voulons croire à l’histoire du phénix il faut savoir que cela remonte au début. Et si nous considérons son ancienne signification elle continuera dans le futur lointain. Car le phénix marque un cycle de 600 ans. Un cycle très étrange et merveilleux. Et si nous étudions l’histoire nous constaterons que ce cycle est clairement présenté, et d’une certaine manière il y a la présence d’une force mystique qui elle seule peut expliquer les changements qui se sont déroulés dans chacune de ces périodes de 600 ans.

Donc commençons avec celle qui parait être la plus intelligente du lointain passé et c’est 1200 ans avant Jésus Christ. Cette période de 1200-600 avant JC a donné naissance à deux grands professeurs, Akhenaton en Egypte, et Moïse en Israël. Ils arrivèrent au début de l’année du phénix, ou du cycle du phénix. Moïse n’est jamais entré en terre promise. Akhenaton est mort sur l’autel de sa déité, l’Aton. Ces deux personnes là étaient une source phénoménale de tradition. Moïse est descendu en tant que force vivante dans la religion moderne et est l’un des liens les plus puissants qui uni la Chrétienté et le Judaïsme. Il y a plein de grandes représentations de Moïse en Europe. Et de ce fait il faut percevoir les 10 commandements qu’il apporta avec lui du mont Sinaï flamboyant comme faisant parti de l’héritage moral de l’humanité. Les 10 commandements n’ont jusqu’à ce jour pas été brisés avec impunité. Nous ne savons pas d’où viennent les principes des 10 commandements. Moïse ne les a certainement pas inventés. Ils sont soit venus d’une mystérieuse révélation interne de l’Eternel, ou bien ils proviennent de milliers d’années d’histoire écrite alors que les êtres humains devaient apprendre à vivre ensemble. Peu importe comment nous souhaitons approcher la chose le décalogue est l’un des documents les plus précieux de tous les temps.

A cette période nous avons aussi Akhenaton en Egypte, un type bien chétif dés sa naissance. Un mystique. Un psychique. Un étrange croyant en des choses qui en son temps étaient inconnues. Il est le premier à se tenir debout comme un être complètement humain. Et il a révélé au monde une forme de sagesse dont le monde n’est pas encore prêt. Toutes les sagesses viennent à ceux qui n’y sont pas préparés, donc elles doivent lutter pour leur propre survie. Akhenaton était un pionnier dans plein de choses. Il était un roi qui n’a jamais assumé les pouvoirs de l’Empire. C’était un roi qui marchait le long du Nil avec les fermiers et qui mettait la main à la pâte et labourait. Il est celui représenté dans l’art entrain de serrer sa femme dans ses bras, la Seule représentation que nous avons en Egypte ou un pharaon est dans cette position, et il est entouré par ses enfants dans d’autres, c’était un Père. Et quand il s’adressait à sa reine Néfertiti il disait « Ma Reine qui est Moi ». Il est tout le temps représenté comme une âme incroyablement bonne. Il a été aussi l’un des premiers à dénoncer la souffrance des femmes, et a déclaré l’égalité absolue des sexes. Il est aussi le premier à déclarer cette espèce de sagesse étrange et divine, la sagesse de l’Aton. Au lieu d’adorer Amon-Rê Akhenaton vénérait l’Aton, et a changé le nom du Dieu comme cela il contiendrait le symbole du cercle solaire. Et il a représenté Dieu en tant que le Disque Solaire dont les rayons se terminent en mains humaines pour soigner les malades, toujours le pouvoir de la lumière pour apporter du bonheur, de la paix, et de la libération de l’ignorance et de la tristesse et de la peur. Aton émerge et émergera toujours de l’Egypte en tant que Déité d’Amour Eternel dans laquelle la haine ne pourrait pas exister.

Akhenaton était le premier Pacifiste. Il a préféré donner son pays et sa vie plutôt que partir en guerre. Il a dit nous sommes tous créés Frères, nous sommes tous égaux à l’oeil de l’Aton. Il n’y a pas d’étrangers, il n’y a qu’une population mondiale. Tous les gens sont les enfants du même pouvoir et sont donc nos frères. Il est évident que cet homme était bien en avance sur son temps. Il était tellement en avance que dans le but d’accomplir ses visions il devait rester sur place et voir son Empire s’effondrer. Il ne se battrait pas contre ses ennemis donc ils ont envahi ses terres. Son amour de la paix était considéré comme une faiblesse et il est mort comme une personne qui n’a pas été assez brave pour se battre. Le fait qu’il était un peu mieux que cela n’a jamais été mémorisé et ceux qui vinrent après lui se chargèrent de supprimer son nom sur tous les monuments d’Egypte comme ça l’Homme pourrait honorer sa mémoire. Il avait tous les déphasages possibles. Et cependant de nos jours à cause de circonstances presque incroyables Akhenaton se tient devant comme le Premier parmi les gens connus et il appartenait à une dynastie Sémitique en Egypte. Peu importe cela, il se tient comme l’un des pharaons Egyptiens qui mérite Vraiment le respect. Et il est écrit au bas de son sarcophage ces mots en glyphes Egyptiens en rapport à Aton et il dit, « Dieu peut faire appel à moi à travers toutes les éternités et je ne le trahirai pas. » Tout cela 1200 ans avant Jésus Christ.

Maintenant on avance à l’autre cycle de 600 à 0 BC, et nous arrivons dans la glorieuse Grèce. Et il n’y a jamais eu un tel flot de sagesse dans toute l’histoire de l’humanité car dans cette période de 600 à 0 BC toutes les religions du monde ont reçu une impulsion phénoménale. C’est à cette période que Pythagore de Samos est devenu la gloire de l’apprentissage Grec. Il est celui à qui nous devons les secrets des Mathématiques et sa 47ème proposition est l’un des formulaires mathématiques les plus importants du monde. C’était un grand philosophe, un grand mystique, et un grand chef communal. Il est l’un des fondateurs des systèmes politiques que nous considérerions aujourd’hui comme communaux. Dans son école qu’il a fondé à Crotone tous les membres étaient égaux. Personne n’était plus que quelqu’un d’autre. Tout le monde partageait ses biens en commun. Tous partageaient leurs croyances en commun. Tous se levaient à l’aube pour chanter leur hymne du soleil naissant.

Voila ici un grand Mathématicien, un des fondateurs de la Musique, le créateur de la théorie harmonique en Musique, l’un des plus grands physiciens de tous les temps, un grand leader dans les réformes politiques, qui était un chef dans pratiquement tous les domaines de la cosmogonie et théologie, jusqu’à la diététique et la botanique. Cette personne merveilleuse s’est évidemment attirée l’animosité de ceux autour de lui. Il a refusé d’accepter le fils d’un homme riche car la personne n’était pas moralement adéquate. Et pour se venger, cet homme riche a acheté un groupe pour aller détruire l’institution à Crotone, et ils ont brulé le maitre et plusieurs de ses disciples et il ne resta que des ruines. C’était la récompense pour le progrès, de vouloir faire quelque chose qui vaille la peine.

C’était aussi la période du dernier des Zoroastres, celui qui a apporté plein d’écrits mystiques au monde, et qui a beaucoup influencé les théologies hindoues à tous les niveaux. Il était le fils du Feu, il croyait en l’adoration du Feu, le feu était le symbole visible du pouvoir purificateur de la vie, qui prenait tout d’elle, et qui gardait le monde propre à cause de sa vigilance éternelle. Et alors qu’il s’agenouillait devant l’autel du temple de sa foi, une lance a été lancée dans son dos et il est mort au pied de l’autel qu’il avait adoré pendant plein d’années. C’était un grand conseiller de Rois, un grand ingénieur, et l’esprit faible n’a rien trouvé de mieux que de l’éliminer.

De l’autre côté du Monde nous avons Gautama Bouddha, l’un des grands professeurs qui n’a pas été pénalisé lourdement à cause de ses enseignements, Bouddha a été un petit peu pénalisé mais pas beaucoup. Il n’était pas un martyr, il est mort entouré et honoré par ses disciples, mais d’une certaine manière mystérieuse il est aussi mort empoisonné, pas parce que c’était intentionnel, mais à cause de circonstances qu’il savait allaient arriver. Les derniers mots de Bouddha à ses disciples ont été « Travaillez votre propre rédemption avec diligence il n’y a aucune autre manière ». Ses effets ont été presque aussi importants que ceux du Christianisme et avec les nombres il était incroyablement puissant. Mais il a enseigné la paix, il a enseigné à servir le bien et à corriger le mal en nous et à purifier l’esprit. Ce n’était pas un enseignement inacceptable à cette période, et nous ne pouvons pas dire que nous l’avons surpassé, nous pouvons juste dire que nous n’avons pas été capable de le vivre pour l’instant. [La suite !]


Publicité

Laissez un commentaire

*