Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’immanquable contre-histoire du Net

L’immanquable contre-histoire du Net

Documentaire d’exception qui retrace la (véritable) histoire de l’Internet. Loin de vanter les travaux de la Darpa, l’agence de recherche militaire américaine qui a créé les bases du réseau, les deux auteurs Jean-Marc Manach et Julien Goetz ont préféré mettre en avant le travail des centaines de hackers et bidouilleurs trop souvent oubliés.

Dans l’ombre, ces aventuriers du code informatique ont réussi à transformer un tas de câbles pas très sexy en le plus formidable outil de télécommunications de l’histoire de l’humanité. “La plupart des gens qui ont créé Internet étaient des hippies, ils prenaient du LSD !” assène en introduction John Perry Barlow, cofondateur de la très respectée Electronic Frontier Foundation (EFF), qui milite pour les libertés en ligne.

“Au début, le système n’essayait pas de contrôler les êtres humains”, se souvient quant à lui Richard Stallman, gourou du logiciel libre et créateur de GNU, un élément vital de ce que l’on appelle communément Linux.

Un outil “dont aucun dictateur n’aurait osé rêver“

Les deux auteurs pointent la succession de couacs dans l’histoire du Net. Les hommes politiques “ne comprennent pas d’où vient ce brouhaha” qu’est Internet, alors que “la presse ne va jamais comprendre, par fainéantise ou par peur”, selon l’un des intervenants.

Pour se poser les bonnes questions aujourd’hui, impossible de passer sous silence les tentatives passées de régulation du Web, avec les mesures prises contre les opérateurs, puis contre les hébergeurs et enfin contre les internautes directement.

Un bilan accablant qui mène au délicat problème de la surveillance des internautes. Internet est un outil “dont aucun dictateur n’aurait osé rêver”, nous explique-t-on. “Facebook est une version moderne de la Stasi”, affirme sans détour Julian Assange, qui dénonce par ailleurs les “lobbies de la cyberguerre”, qui exportent des armes numériques. La société française Amesys en prend pour son grade, elle qui a fourni à Muammar Kadhafi et au régime libyen les moyens de surveiller les cyberdissidents et fait l’objet d’une enquête pour complicité de torture.

“Maintenant que la nervosité générale du 11 Septembre a disparu, on devrait se demander si on a besoin” de tout cet arsenal de surveillance, se demande de son côté Peter Hustinx, le contrôleur européen des données personnelles. “Ce qui pourrait arriver de pire, craint le journaliste David Dufresne, c’est de se dire que la liberté est acquise.”

Loin de tous les clichés trop souvent publiés sous le regard bienveillant des géants de l’Internet commercial, Une contre-histoire de l’Internet résonne plutôt comme un hymne à la liberté qui nous dirait “Regardez ! Ils avaient créé un Internet libre pour vous, et voilà ce que les puissants en ont fait : indignez-vous !” D’ailleurs, la conclusion est sans équivoque : “Ce film n’est qu’un chapitre, à vous d’écrire la suite.”

La liste des personnes interrogées pendant le documentaire donne le vertige. John Perry Barlow et Richard Stallman côtoient notamment Julian Assange, fondateur de WikiLeaks ; Benjamin Bayart, pionnier du Net français ; Rickard Falkvinge, fondateur du parti pirate suédois ; Philip Zimmermann, inventeur du système de chiffrement PGP ; Valentin Lacambre, fondateur d’Altern.org puis de Gandi ; Bernard Benhamou, délégué aux usages de l’Internet auprès du ministère de la Recherche ; le hacker français Bluetouf ; Jean Guisnel, journaliste spécialisé et collaborateur du Point ; ou encore Jérémie Zimmermann, cofondateur du collectif La quadrature du Net. Sans oublier les deux auteurs, eux aussi des références.

Un tel panel, c’est un peu le Graal du cybercitoyen, qu’il soit un geek absolu ou un profane curieux.

Le Point

Publié le 16 mai, 2013 dans Histoire, Internet, Société & Culture, Vidéos.

Publicité

Laissez un commentaire

*