Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Christine Lagarde : « Il n’y a pas d’alternative à l’austérité »

« Il n’y a pas d’alternative à l’austérité »

lagarde La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a estimé jeudi, au lendemain des manifestations anti-austérité du 1er mai, qu’il n’y avait « pas d’alternative à l’austérité », dans une interview à la télévision suisse-romande.

Pour Lagarde, qui participe en ce moment au symposium de Saint-Gall, une sorte de « mini-Davos » qui réunit des décideurs internationaux chaque année dans l’université de cette petite ville du nord-est de la Suisse, « il n’y a pas d’alternative à l’austérité » et il faut que les efforts actuels soient poursuivis.

Dans cette interview de 15 minutes à la RTS (radio télévision suisse), Lagarde a ajouté que « la situation est difficile » et qu’il faut à la fois observer « une discipline budgétaire » et « favoriser les éléments de croissance », afin de promouvoir les « investissements et l’emploi ». « Refaire des déficits » n’est pas une option envisageable, a-t-elle dit, au même titre qu’une « politique de relance, car cela signifie plus de dettes ».

Interrogée sur l’Allemagne, la directrice du FMI a estimé que ce pays est en « train de récolter les fruits de sa politique ». Selon elle, il y a actuellement « trois types de vitesses dans le monde ». Les pays les plus rapides dans la croissance sont les pays émergents. Ils sont suivis par un 2e groupe, qui commence à renouer avec la croissance, et dont font partie les États-Unis, la Suède et la Suisse. Enfin, le 3e groupe est composé de la zone Euro et du Japon, qui « peinent à retrouver le chemin de la croissance ».

Interrogée sur l’affaire Tapie, Christine Lagarde a répondu qu’elle ne quittera pas le FMI. « À chaque jour suffit sa peine, s’il y a des investigations, je continuerai à faire mon métier », a-t-elle déclaré. En réponse à une question sur « une ligne rouge » dans ce dossier qui l’obligerait à démissionner, Lagarde a répondu: « Le FMI ne fait pas de spéculations, et je ne fais pas de spéculations ». Lagarde a été convoquée en mai par la justice françaisepour s’expliquer sur ce dossier.

7sur7

Publié le 3 mai, 2013 dans Crise, La Bourse & L'Economie, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*