Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Victime de pollution, l’espace doit être nettoyé

Victime de pollution, l’espace doit être nettoyé

Plus de 23 000 débris de plus de 10 centimètres ont été recensés par la Nasa, multipliant le risque de collision par trois avec des satellites.

representation

Il faut agir rapidement pour réduire le nombre des débris spatiaux tournant autour de la Terre, qui risquent de polluer certaines orbites dans quelques décennies, ont estimé jeudi des experts internationaux à l’issue d’une réunion en Allemagne. Morceaux de fusées, satellites en fin de vie, outils perdus par des astronautes… Ces objets sont les résidus des quelque 4 900 lancements effectués depuis le début de l’ère spatiale qui, sous l’effet de dislocations et collisions en chaîne, « le syndrome de Kessler », n’ont cessé de se multiplier.

Depuis 1978, « leur nombre a triplé » avec « un risque de collision démultiplié », avertit Heiner Klinkrad, directeur du département des débris spatiaux à l’Agence spatiale européenne (ESA), lors d’une retransmission par Internet. « Il suffirait de quelques décennies pour qu’un tel environnement devienne instable », a-t-il souligné durant la 6e Conférence européenne sur les débris spatiaux, qui s’est tenue durant quatre jours à Darmstadt (Allemagne). Plus de 23 000 débris de plus de 10 cm sont actuellement recensés par la Nasa ou l’ESA, dont la majorité sur les orbites basses (en-dessous de 2 000 km) utilisées par les satellites d’observation de la Terre ou la Station spatiale internationale (ISS).

Pour traiter le problème, il est nécessaire d’une part de placer systématiquement les satellites désactivés sur des voies de garage, où ils ne gêneront pas et finiront par se désintégrer dans la haute atmosphère terrestre. Mais il faut aussi débarrasser l’espace des plus gros débris, au rythme de 5 à 10 objets chaque année si on veut stabiliser la situation. « Il y a un consensus fort sur la nécessité urgente d’agir dès à présent pour commencer à enlever ces débris », a assuré Heiner Klinkrad à l’issue de la conférence de Darmstadt, qui a rassemblé quelque 350 acteurs de l’industrie spatiale.

Le Point

Publié le 26 avril, 2013 dans Ecologie & Nature, Espace.

Publicité

Laissez un commentaire

*