Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Robots : les humains sont capables de ressentir de l’empathie pour eux

Robots : les humains sont capables de ressentir de l’empathie pour eux

robot

Une étude allemande montre que nous pouvons ressentir de la compassion pour un robot soumis à un mauvais traitement.

Les robots ne laissent pas les humains indifférents. Crédit Wikimedia Commons

Cela vous brise le coeur de voir Wall-E, le petit robot de Walt Disney, vous regarder avec ses grands yeux tristes ? Vous n’avez pas pu vous empêcher de vous attacher à l’android du film I, Robot ? Rassurez-vous : c’est normal. Selon une récente étude allemande, les humains ont des réactions cérébrales similaires quand ils voient des images d’affection ou de violence envers des robots. Pour en arriver à ce résultat, les scientifiques ont mené deux études distinctes.

Lors d’une première expérience, des psychosociologues ont demandé à 40 personnes de regarder une vidéo. On y voyait un petit robot en forme de dinosaure traité avec beaucoup d’attention, puis avec force violence (voir la vidéo ci-dessous). Interrogés par les chercheurs juste après la projection, les participants ont confié avoir mal vécu les scènes où le robot se faisait maltraiter.

La seconde expérience est à peu près la même, mais cette fois, les chercheurs ont fait appel à l’imagerie médicale pour mesurer et comparer l’activité cérébrale des participants devant des interactions « humain-humain » et « humain-robot ». Quatorze participants ont dû regarder trois films. La première vidéo montrait un robot se faire choyer, puis maltraiter. La seconde montrait un humain se faire choyer, puis maltraiter. Enfin, la troisième montrait un objet inanimé, auquel était réservé le même traitement. Résultat : les « cobayes » ont là aussi fait preuve d’empathie pour les robots, mais moins que pour les humains.

Atlantico

Publié le 25 avril, 2013 dans Psychologie, Robotique, Science.

Publicité

Laissez un commentaire

*