Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

L’île aux cannibales, résultat de la politique de déportation soviétique

L’île aux cannibales, résultat de la politique de déportation soviétique

L’épisode a été passé sous silence pendant soixante ans, avant l’ouverture des archives de la commission d’enquête diligentée devant la gravité des faits. Nicolas Werth est le premier historien occidental à les exploiter.

La tragédie de Nazino fut-elle programmée ou fut-elle le résultat d’une immense gabegie, d’un manque total de coordination entre les différents maillons de la chaîne répressive ? La reconstitution minutieuse de l’événement nous permet de mieux saisir le fonctionnement, encore très mal connu, du système des « peuplements spéciaux », ce second goulag qui se développa et prospéra un quart de siècle durant, parallèlement au système des camps de travail proprement dit. L’épisode de Nazino en dit long aussi sur ce qui se passait dans les espaces largement incontrôlés de la Sibérie, ce Far East soviétique, terre de déportation et de colonisation, gagnée par une extraordinaire violence sociale. Enfin, l' »île aux cannibales » apparaît comme un formidable laboratoire anthropologique d’un groupe d’individus soumis à une situation extrême dans un lieu clos où l’homme est devenu un loup pour l’homme. A Nazino, l’utopie modernisatrice d’une ingénierie sociale parfaitement maîtrisée a débouché sur un processus de décivilisation.

L’Ile aux cannibales raconte l’histoire de la déportation de 6 000 « éléments socialement nuisibles » envoyés au camp de transit de Tomsk, en Sibérie occidentale, et, de là, sur une petite île au milieu de l’Ob, Nazino, à neuf cents kilomètres plus au nord. En quelques semaines, les deux tiers des déportés, débarqués sans provisions ni outils, meurent de faim au point de s’entre-dévorer. Nazino devient l' »île aux cannibales ».

Publié le 24 avril, 2013 dans Histoire, Politique & Loi, Russie, Société & Culture, Vidéos.

Publicité

Laissez un commentaire

*