Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le grand journal de Canal+ est « une machine à laver le cerveau »

Le grand journal de Canal+ est « une machine à laver le cerveau »

cplus [extraits] L’ex-chroniqueur du “Grand journal” raconte dans un livre les coulisses de l’émission star de Canal+. Une expérience violente et douloureuse pour cet agrégé de philo, broyé par la puissance du format.

Ollivier Pourriol a été chroniqueur de livres lors de la saison 2011-2012 de l’émission vedette de Canal+. Ce philosophe y a vécu l’enfer et le raconte dans On/OFF, un livre qui fait grand bruit.

« J’avais besoin de me réparer tant l’expérience a été violente. Dans cette grande machine à laver le cerveau qu’est Le grand journal, je me suis retrouvé dispersé, psychiquement atomisé, désintégré. (…)

Quand on voit les animateurs et chroniqueurs intervenir à la télé, on a l’impression que ce sont des personnes. Tout le monde a l’air d’être cool, mais ne l’est pas du tout. Ce sont des rôles, des archétypes. (…)

Quand un grand écrivain est invité au Grand journal, ce qui compte ce n’est pas le mot « écrivain », c’est le mot « grand ». Il faut que ce soit un phénomène, qu’il y ait du bruit autour. Ce qu’il y a dedans, tout le monde s’en fout ! (…)

Tout ce que je suis m’a été nié, les yeux dans les yeux. Le système de valeur qui sous-tend tout ça, c’est la triche, la glorification du cancre.

Les salaires sont très élevés. Je gagnais 10 000 euros par mois, mais pour d’autres, ça peut être beaucoup plus. (…) J’ai essayé de m’adapter au système, pensant que je pourrais faire les choses à ma manière. J’ai échoué.

La plupart des gens dont je parle (producteurs, chroniqueurs, journalistes…) sont intelligents. Chacun remplit son rôle en toute conscience.

Télérama

«10 à 15.000 euros par mois pour ne rien foutre » (video ci-dessous)

Publié le 16 avril, 2013 dans France, Société & Culture, Télévision.

Publicité

Laissez un commentaire

*