Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Pourquoi craint-on autant les menaces qui viennent de l’espace ?

Pourquoi craint-on autant les menaces qui viennent de l’espace ?

© La Voix de Russie

Les risques que nous ne pouvons pas éviter, les pensées existentielles qui permettent de conclure que la vie est courte et l’impuissance devant la mort ont toujours fait peur aux hommes. La psychologue Irina Loukianova a expliqué dans un entretien accordé à La Voix de la Russie pourquoi cela en est ainsi.

meteorites A quoi était liée l’hystérie qui a suivi la chute de la météorite de Tcheliabinsk, tombée dans l’Oural le 15 février dernier ? La psychologue Irina Loukianova donne une explication à La Voix de la Russie.

« Cela s’est produit au moment où personne ne s’y attendait. Personne n’a prévenu que la météorite allait tomber, car les radars ne peuvent pas enregistrer l’approche d’un corps céleste de si petite taille. C’est à cause de cela que les gens étaient choqués. Et même si la chute de la météorite n’a pas fait de gros dégâts, ce phénomène a fait perdre à la population locale la sensation de sécurité. Il s’est avéré que nous sommes impuissants face à des menaces qui viennent de l’extérieur. C’est cette impuissance agace les gens », explique la psychologue.

En décembre 2012, les terriens attendaient, terrifiés, l’arrivée de Nibiru, la planète mythique qui devait mettre fin à la vie sur Terre, confirmant les prévisions des Mayas sur la fin du monde. La catastrophe n’a pas eu lieu.

Et ensuite, les astronomes observaient avec des jumelles ou des télescopes l’astéroïde 2012 DA14 qui a frôlé la Terre à une distance relativement proche de sa surface. Selon la psychologue, la crainte des catastrophes naturelles, et l’arrivée des corps étrangers de l’espace relèvent des phobies inconscientes de l’homme.

La situation n’est pas tranquille dans le monde actuel. La Corée du Nord et l’Iran avec leurs programmes nucléaires menacent la stabilité politique mondiale, il y a aussi la guerre civile en Syrie et la crise financière de Chypre… Au cours de ces dernières années, le monde ressemble de plus en plus à un ulcère hémorragique. Les tensions augmentent un peu partout. Les gens perdent leurs emplois, leur confort matériel et la foi en une vie tranquille.

« Pendant de telles périodes, des histoires affreuses sur la fin du monde semblent particulièrement intéressantes. Car un monde, où la justice et l’égalité sont inexistantes est en proie à la destruction et à sa place un autre monde, nouveau et parfait, peut être construit. Toutefois cette approche est très infantile. Nous voulons détruire l’ordre en place à cause de notre propre impuissance et être « détruits », « punis » nous-mêmes », explique Irina Loukianova.

C’est alors que les gens se concentrent sur les menaces extérieures, notamment celles qui viennent de l’espace. Comme dans l’enfance : lorsqu’on s’est mal conduit, on mérite une punition. Le rôle du parent qui punit est joué dans ce cas par l’espace dangereux, non soumis à la domination de l’homme. Les hommes ont à la fois peur de la punition et sentent que cette punition est inévitable. D’où – les prophéties sur l’Apocalypse, construites sur la psychologie d’un enfant qui n’obéit pas, représenté par l’humanité et d’un « parent sévère mais juste, joué par Dieu ou les forces naturelles ».

Le thème du Déluge et de la « pluie de feu venant du ciel » sera d’actualité tant que tout cela ne se produise pas. Nous avons peur des météorites et des astéroïdes autant que des tremblements de terre et des tsunamis. L’humanité a peur des phénomènes qu’elle est incapable de contrôler. La seule manière de se débarrasser de cette peur – c’est de comprendre que tout a une fin dans ce monde et que chacun vivra autant de temps qu’il était donné.

Inutile donc de regarder chaque astéroïde qui frôle la Terre. L’observation des corps célestes ne changera pas leur trajectoire. Quant à la carrière ou le train de vie, il est possible de les changer et changer en mieux, est persuadée Loukianova. Il suffit de se concentrer non pas sur la peur, mais sur les bonnes choses qui nous arrivent quotidiennement, et qui font partie de notre vie.


Publicité

Laissez un commentaire

*