Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Le racket du multiculturalisme

Le racket du multiculturalisme

« Peu d’idées sont plus irrationnelles et plus contre-productives que le dogme multiculturaliste actuel »

Thomas Sowell (photo ci-contre) est un économiste de l’École de Chicago et un chroniqueur politique américain.[Wiki]

CoKXG Parmi les nombreuses idées irrationnelles à propos des groupes ethniques et raciaux qui ont divisé les sociétés pendant des siècles, peu sont aussi irrationnelles et contre-productives que le dogme actuel du multiculturalisme.

Les intellectuels qui s’imaginent aider les groupes raciaux ou ethniques en difficulté en définissant leurs problèmes dans le cadre rhétorique du multiculturalisme sont en train de les mener dans l’impasse.

Le multiculturalisme est une solution à court terme tentante pour les groupes en difficulté en déclarant simplement leurs cultures égales, ou « également valides », de façon vague et hautaine.

Les emprunts à d’autres cultures – comme les chiffres arabes qui ont remplacé les chiffres romains, même dans les pays occidentaux héritiers de Rome – impliquent pourtant que certains aspects ne sont pas simplement différents mais meilleurs, y compris les chiffres. Certaines des cultures les plus avancées de l’histoire ont emprunté à d’autres cultures, car aucun groupe d’humains n’a su répondre de la meilleure manière à toutes les questions de la vie.

Cependant, comme les multiculturalistes voient toutes les cultures comme égales ou « également valides », ils ne voient pas pourquoi les écoles devraient insister auprès des enfants noirs pour qu’ils apprennent — par exemple—, l’anglais académique. Au lieu de cela, chaque groupe est encouragé à s’accrocher à sa propre culture et à être fier de ses gloires passées, réelles ou imaginaires.

En d’autres termes, les membres des groupes minoritaires en difficulté éducationnelle, économique ou autre, doivent continuer de se comporter dans le futur comme ils l’ont fait par le passé – et s’ils n’ont pas les mêmes résultats que les autres, c’est de la faute de la société. C’est le message de fond du multiculturalisme.

George Orwell a déclaré que certaines idées sont si bêtes que seul un intellectuel peut y croire. Le multiculturalisme fait partie de ces idées. L’intelligentsia explose de rage et d’indignation contre les « fossés » ou les « disparités » en matière d’éducation ou d’économie, et dénoncent toutes les explications liées aux différences culturelles comme un « rejet de la faute sur la victime ».

Il est indéniable que certaines races et des nations entières ont été les victimes d’autres, tout comme il est indéniable que le cancer est mortel. Mais ce n’est pas la même chose de dire que toutes les morts ont pour cause le cancer [ndlr : passage obscur. En résumé pour l’auteur, tous les problèmes ne sont pas liés à des rivalités raciales] On pourrait penser que les intellectuels sauraient faire cette distinction. Mais beaucoup ne la font pas.

Les intellectuels se voient comme les amis, les alliés et les défenseurs des minorités raciales, alors qu’ils les enferment dans une stagnation culturelle. Et cela permet à l’intelligentsia de s’enorgueillir d’être dans le camp du bien contre les forces du mal qui conspirent à rabaisser les minorités.

Quand ils ne peuvent apporter de preuves concrètes et tangibles pour soutenir leur théorie, cela prouve, selon eux, à quel point sont habilement masqués les efforts insidieux destinés à rabaisser les minorités.

Pourquoi des personnes possédant de hautes facultés mentales et un talent rhétorique certain se font-ils des nœuds au cerveau avec de tels raisonnements demeure un mystère. Peut-être ne peuvent-ils abandonner une vision de la société aussi flatteuse pour eux-même, en dépit du fait qu’elle nuit aux populations qu’ils prétendent aider.

Le multiculturalisme, comme le système de castes, maintient les gens dans le milieu où ils sont nés. Mais au moins le système de caste ne prétend-il pas se mettre au service des castes les plus basses.

Le multiculturalisme ne sert pas que l’égo des intellectuels. Il sert aussi les intérêts politiques des élus, qui ont tout loisir de promouvoir un sentiment de victimisation, et même de paranoïa, parmi les groupes dont ils veulent les votes, en échange d’un soutien matériel et moral.

La vision multiculturelle du monde sert aussi les intérêts de ceux qui, dans les média, prospèrent sur le mélodrame. Tout comme prospèrent des départements entiers d’ « études ethniques » à l’université, ainsi qu’une véritable industrie de consultants en « diversité », d’organisateurs communautaires et autres forcenés de la race.

Les plus grand perdants dans tout cela sont les membres des minorités raciales qui se laissent entraîner dans l’impasse du ressentiment et de la colère, alors que de larges opportunités leur sont offertes. Et nous y perdons tous quand la société est divisée.

Thomas Sowell enseigne à l’Université Stanford.

Triblive

Traduction par un lecteur de Fdesouche

Publié le 18 mars, 2013 dans Immigration, Multiculturalisme, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*