Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Pourquoi est-il si difficile de dire la vérité ?

Pourquoi est-il si difficile de dire la vérité ?

Traduction par le Bistro Bar blog (super blog avec plein de traductions de folie!!)

Selon une recherche, l’américain moyen ment 11 fois par semaine.

Cette découverte surprenante a incité d’autres chercheurs à établir un lien entre mensonge et santé. Ils en ont trouvé un.

La recherche médicale suggère officiellement que dire moins de mensonges augmente la santé. Si vous ressentez de la culpabilité à ces gentils petits mensonges (ou à de vilains gros), l’étude ci-dessus devrait attirer votre attention, mais elle peut ne pas vous convaincre de tourner une nouvelle page.

Voici pourquoi : il existe quelque chose de bien plus puissant et motivant que la santé qui oblige à mentir. Continuez à lire si vous voulez explorer ce qui rend impossible à des millions de gens de dévoiler la vérité pleine et entière.

Pourquoi les gens mentent

Des chercheurs prétendent que la signification du mensonge social est de donner une bonne image à soi-même et aux autres – de ménager les apparences.

« C’est relié à l’estime de soi, » dit le psychologue Robert Feldman de l’université du Massachusetts. « Dès que les gens sentent que leur estime de soi est menacée, ils commencent immédiatement à dire des mensonges conséquents . »

Si cette affirmation est vraie, beaucoup de gens vivent avec une estime de soi menacée chroniquement. Une étude publiée dans le Journal de psychologie basique et appliquée, a découvert que 60 % des gens mentaient au moins une fois pendant une conversation de 10 minutes, exprimant une moyenne de 2,92 choses inexactes.
« Les gens mentent presque par réflexe, » dit Feldman.

Catégories de mensonges

Mentir pour ménager les apparences crée une fausse réalité faisant croire au menteur qu’elle sera plus facile à faire passer que la stricte vérité. Vivre dans une fausse réalité constante entraîne un énorme problème émotionnel – l’anxiété. À un certain niveau, vous savez que vous vivez dans un château de cartes. La plus légère brise fait craindre que tout s’écroule.

Le mensonge social se manifeste de plusieurs manières :

• Exagérer sa réussite
• Minimiser ses échecs
• Faire de faux compliments / fayoter
• Paraître d’accord à l’extérieur quand vous ne l’êtes pas à l’intérieur
• Dire oui quand il faudrait dire non
• Répandre des rumeurs
• Dire à quelqu’un que tout ira bien quand ce n’est pas le cas
• Cacher ses activités – tromper
• Partager l’opinion de la majorité

En règle générale, les hommes tendent à mentir pour présenter une meilleure image d’eux-mêmes. Les femmes mentent pour que les autres se sentent mieux. Quoi qu’il en soit, plus vous le faites, plus votre réalité se déforme.

Pourquoi le faisons-nous?

Imaginez que vous êtes un chevalier du moyen-âge sur le point d’engager bataille. L’ennemi est sur sa monture et lourdement harnaché, fonçant sur vos propres troupes sur le champ de bataille.

Et là vous chevauchez en t-shirt, en short et avec des tongs. Pas de cotte de maille. Pas d’armure. Pas de heaume. Pas de bottes ni de bouclier. Aucune défense ou arme d’aucune sorte. Chargez !

Pour beaucoup de gens, mentir est une armure psychologique dont ils ont besoin pour survivre dans un monde social effrayant. L’ennemi, c’est la désapprobation sociale.

Le problème commence dans l’enfance, avant d’être capable de comprendre ce qui se passe. Nous nous retrouvons à agir comme des menteurs compulsifs avant même de connaître notre propre adresse.

Voici la manière dont cela se passe au fond des choses :

Les enfants comprennent instinctivement qu’ils sont 100 % dépendants pour survivre de leurs parents ou de ceux qui les élèvent. Être critiqués, condamnés ou ostracisés – désapprouvés – par les parents est très dangereux pour eux et donc intolérable. Les enfants ne peuvent résister à une désapprobation chronique.

La plupart des parents approuvent cependant leurs enfants uniquement sous conditions. Quand l’enfant ne réussit pas correctement une tâche, le parent désapprouve avec une connotation émotionnelle.

Quand l’enfant se bat pour faire caca dans les toilettes, lacer correctement ses chaussures, ramasser ses jouets, manger des légumes, obtenir de bonnes notes, obéir ou servir les autres et ainsi de suite, les parents expriment une désapprobation sur le mode émotionnel.

Pourquoi ne peux-tu pas faire comme je te le demande ?
C’est quoi ton problème ?
Combien de fois ai-je besoin de te le dire ?
T’es stupide ou quoi ?
T’es le gamin de qui ? Mon enfant ne ferait jamais cela !
Tu me rappelles ton père et tu me tapes sur les nerfs !
Et ainsi de suite.

L’enfant est physiquement, intellectuellement, émotionnellement et spirituellement incapable de supporter une telle désapprobation et un tel rejet. Il commence donc à se donner compulsivement une meilleure apparence, à vouloir apaiser le parent ou brouiller les pistes. Un menteur compulsif est né.

Déformer la vérité pour gagner l’approbation ou éviter la souffrance de la désapprobation est l’armure qui aide les enfants à survivre au rejet destructeur venant des choix parentaux. Une majorité d’adultes ne remet jamais consciemment en question les perceptions construites pendant l’enfance, bien que la clé de la guérison serait de le faire.

Les avantages à dire la vérité

Ironiquement, l’estime de soi est le premier bénéfice à dire la fidèle vérité. En disant constamment la vérité, le respect de soi augmente considérablement. Deirdre Lee Fitzgerald, professeur assistante de psychologie, affirme que mentir conduit à la dépression, à l’anxiété, à casser l’estime de soi et à des relations gâchées.

Mentir, la seule chose que nous pensions pouvoir faire comme les enfants, fait des ravages dans notre vie d’adulte.

« Les recherches ont relié aussi le fait de mentir à un risque accru de cancer, d’obésité, d’anxiété, de dépression, d’addiction, d’une mauvaise satisfaction dans le travail et les relations, » dit le Dr Fitzgerald.

Le mensonge primaire affecte la santé et la longévité par une augmentation du stress. Mentir a un effet négatif physique et émotionnel. Comme un mensonge en entraîne un autre, on peut être contraint à un très éprouvant cycle de mensonges qui deviennent de plus en plus difficiles à garder cohérents (fausse réalité). Une exposition à long terme au stress peut entraîner de sérieux problèmes de santé et peut diminuer la longévité.

Un autre des avantages à dire constamment la vérité est le pouvoir personnel et l’autorité morale qui découlent du fait d’éviter ce cercle vicieux. Dans le monde anxieux et compulsif des menteurs, ceux qui vivent en harmonie sont bien plus à l’aise à l’intérieur d’eux-mêmes et cela se voit.

Source : inlpcenter

Traduction par le Bistro Bar blog

Publié le 28 février, 2013 dans Jeunesse, Psychologie, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*