Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Pour le Conseil Pontifical, les nations prospères ont une « obligation d’accueillir l’étranger »

Pour le Conseil Pontifical, les nations prospères ont une « obligation d’accueillir l’étranger »

(extraits) L’Eglise voit dans le phénomène migratoire « un signe des temps », destiné « à transformer les structures nationales et internationales, sociales, économiques et politiques » a déclaré le cardinal Vegliò, président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants lors d’une rencontre sur le thème « Le monde globalisé, les flux migratoires et la formation d’une famille humaine universelle ».

« Personne n’est étranger dans l’Eglise et elle n’est étrangère à personne, en aucun lieu », a-t-il insisté. A cette lumière, elle est « un lieu où les migrants sont reconnus et acceptés comme frères et soeurs, quel que soit leur statut légal », car l’Eglise, selon Benoît XVI, « embrasse tout l’univers » et avec lui « tout peuple, toute culture et toute tradition ».

Pour l’Eglise, l’émigration est non seulement « un phénomène inévitable », mais aussi un « authentique signe des temps ». (…)

Le cardinal y voit même un signe destiné « à transformer les structures nationales et internationales, sociales, économiques et politiques, pour créer les conditions exigées par le développement pour tous, sans exclusion et sans discrimination à l’égard de quiconque et quelles que soient les circonstances ».

L’Eglise, qui a « toujours soutenu le droit de tout être humain à émigrer » appelle à une « meilleure gestion » de l’émigration (…) Les nations les plus prospères ont une « obligation, dans la mesure de leurs possibilités, d’accueillir l’étranger » qui est en recherche de « sécurité » et de « subsistance ».

L’Eglise « a la responsabilité d’assurer que l’opinion publique soit adéquatement informée sur les causes de l’émigration (…) et doit s’affronter au racisme, à la discrimination et à la xénophobie toujours et partout où elles se manifestent. »

Pour l’Eglise, en outre, l’émigration « n’est pas seulement une question de diversité et de cultures différentes » mais elle est un défi « d’unité, dans la rencontre de personnes du monde entier ». (…)

La foi chrétienne « demande aux fidèles de regarder les migrants (…) comme des êtres humains qui contribuent à la société », non pas comme « des étrangers, mais comme nos frères et sœurs ».

L’émigration devrait donc être vue « comme un moyen d’enrichir notre patrimoine culturel », a-t-il souligné. Le but ultime étant, pour l’Eglise, « la croissance de la solidarité mutuelle et de l’amour chrétien », a-t-il conclu.

Source // + Source plus complète

Publié le 28 février, 2013 dans Christianisme, Immigration.

Publicité

Laissez un commentaire

*