Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Manger du cru : Mimi Kirk, bouillonnante de vie à 73 ans, explique comment et pourquoi

Manger du cru : Mimi Kirk, bouillonnante de vie à 73 ans, explique comment et pourquoi

Si un régime à base d’aliments crus vous semble fou, ce ne sera plus le cas en regardant Mimi Kirk. À 73 ans, cette mère de quatre enfants et grand-mère de sept petits-enfants paraît des dizaines d’années plus jeune que son âge et, le plus important, radie une énergie de jeunesse et de joie – toutes choses qu’elle attribue à son régime végétalien avec aliments crus. On l’a élue « la végétalienne la plus sexy des plus de 50 ans » en 2009 [voir vidéo ICI] et elle a récemment publié un livre, Vivre cru : recettes d’aliments crus pour une bonne santé et une beauté intemporelle.

manger cru

En voyant les photos de Mimi je mourais d’envie d’en apprendre plus sur son alimentation, pas seulement parce qu’elle semble beaucoup plus jeune que son âge (bien qu’il y ait un peu de ça aussi) mais parce qu’elle semble si sacrément heureuse et jeune dans son cœur. Voici ce qu’elle voulait dire :

Quand et pourquoi êtes-vous devenue végétalienne ?

« J’ai commencé d’abord par un régime végétarien peu après mes 30 ans, quand les gens savaient à peine ce que c’était. J’avais fait beaucoup de méditation et cela m’a rendue très sensible à tout, et un jour au travail en allant chercher à manger pour mon équipe, et que je revenais en voiture, j’ai croqué un bout du rôti de bœuf et j’ai vraiment réalisé que c’était de la viande et que cela ne me convenait pas. Je suis rentrée à la maison et j’ai dit à mes enfants que nous allions désormais devenir végétariens. Au début cela a concerné les animaux, mais après avoir étudié les raisons d’éviter les protéines animales pour la santé, je suis passée au végétalisme. J’ai été végétarienne ou végétalienne pendant au moins 40 ans de ma vie. »

La plupart des gens pensent au régime végétalien comme étant très sain, qu’est-ce qui vous a fait franchir l’étape vers le cru ?

« Il y a environ 4 ans, j’avais 69 ans, j’ai découvert que ma tension artérielle et mon cholestérol étaient élevés, et je commençais à souffrir des articulations. Mais je ne voulais pas prendre des médicaments, je me suis donc mise à penser à l’alimentation crue. Je l’avais essayée dans le passé et ne l’avait pas aimée parce que je suis une sacrée gourmande et je n’avais pas trouvé ça super. Mais j’ai fait une cure de détoxination [en mangeant cru] et me suis sentie mieux, j’ai donc décidé de passer au cru. Cela a fait une énorme différence tout de suite. Mon cholestérol est descendu de 26 points, ma tension artérielle s’est régularisée, mes douleurs arthritiques ont disparu et je me sens aujourd’hui comme si j’avais 20 ans ».

Bien sûr ce n’est pas le plus important, mais vous êtes étonnante pour votre âge, pour n’importe quel âge ! L’attribuez-vous à l’alimentation crue ?

Il y a eu une chose très drôle, après avoir commencé le cru, j’ai poursuivi la cure de détoxination en même temps que l’une de mes filles et au bout de quatre jours je l’ai appelée et lui ai dit que j’aurai juré voir mes dents devenir plus blanches ! Et à partir de là j’ai remarqué un changement phénoménal. Ma peau ne reflète certainement pas mon âge, je dirai que la peau de mes bras semble en aussi bon état que ceux d’une femme dans la trentaine. De plus j’ai perdu environ 9 kg. J’avais pris du poids, surtout en faisant de bons petits plats à mon compagnon et j’avais un lot de vêtements dans le garage qui ne m’allaient plus. Mais en passant au cru, j’ai perdu du poids et j’ai pu reporter mes vêtements, sans me préoccuper des calories. Avant de démarrer je perdais mes cheveux, mais avec le cru ils sont devenus plus épais que jamais. Mon coiffeur a dit, « Regardez tous ces nouveaux cheveux ! » Mes ongles sont solides, mes dents sont incroyables. Mais le plus important, mon niveau d’énergie a changé immédiatement. Je ne suis plus fatiguée à 3 h de l’après-midi et je me sens vraiment comme si j’avais 20 ans.

mimi Cela a-t-il été difficile de passer au cru ?

« Cela a été facile pour moi, parce que j’avais quelque chose qui me motivait à le faire. ‘Je rentre dans la décennie des 70 ans maintenant et je veux être présente pour mes petits-enfants et avec un peu de chance mes arrière-petits-enfants.’ Pour la plupart des gens il est difficile d’apprendre à satisfaire ses besoins, c’est donc la raison pour laquelle j’ai écrit mon livre. Je suis une vraie gourmande, je ne voulais donc pas sacrifier les choses que j’adore, j’ai donc mis au point des préparations crues qui satisfont les envies de cuisine italienne, mexicaine, de bagels [sorte de petit pain rond originaire d’Europe centrale] et saumon fumé. »

Quelles étapes recommandez-vous à quelqu’un qui pense vouloir basculer vers un régime d’aliments crus ?

« Je recommanderai d’y aller graduellement. La première étape est de se préparer une boisson végétale tous les matins, que ce soit un smoothie* ou un jus frais. Même si vous êtes pressé, ce n’est pas si difficile de mettre des choses dans un mixer. En ne faisant que cela, cela va changer des choses pour vous. Je l’ai vu se passer un nombre incalculable de fois, vous commencer à en sentir les substances nutritives et cela vous donnera tellement d’énergie que cela deviendra une sorte d’addiction et vous aurez envie de passer à l’étape suivante. »
* Type de boisson réalisée à partir d’ingrédients frais et naturels tels que des fruits et des légumes mixés (Wiki)

Et c’est important de le faire vous-même, de ne pas l’acheter dans un magasin ?

« Le jus du magasin est pasteurisé, ce qui tue les enzymes, donc laissez tomber. Selon l’endroit où vous vivez vous pourrez acheter du jus frais d’herbes dans un bar à jus, mais vous n’en trouverez pas dans les chaînes de magasins à smoothies. Si vous ne voulez pas investir dans une centrifugeuse, vous pouvez mettre des légumes crus dans un smoothie. Je fais souvent un mélange de jus et de smoothie – ce matin j’ai fait un jus vert à la centrifugeuse et je l’ai mis dans le mixer avec de la mangue et de la banane. » (Le New York Times a récemment publié une série de recettes de smoothies aux légumes.) « Pendant la saison des baies, je fais normalement un smoothie aux fruits rouges avec mon jus frais et j’ajoute souvent des baies de goji et de maca, qui est extra pour la régulation hormonale. »

Que faut-il donc faire après ?

« Une fois que vous vous êtes fait cet engagement et que vous buvez votre jus vert le matin, commencez à prendre une grosse salade le midi, puis mangez quelque chose de chaud au dîner, cuisiné avec des produits sains et complets. À ce stade, vous mangez cru à presque 75 %, ce qui est un immense changement, et aide beaucoup. Vous allez pouvoir commencer à remarquer que lorsque vous mangez du fromage vos allergies augmentent, ou que si vous mangez une grosse assiette de pâtes au dîner vous vous sentez apathique après et vous pourrez décider de faire le régime à fond. Et je ne dis pas que tout le monde doit manger cru en totalité, tout le temps – je pense que c’est le mieux, mais si vous le faites déjà à 75 %, vous vous accordez une grande faveur. »

Beaucoup de recettes demandent un déshydrateur – c’est quoi ?

« Un déshydrateur cuit les aliments à basse température, ce qui ne détruit pas les enzymes. On ne produit plus autant d’enzymes après 30 ans et alors qu’on peut les fabriquer en mélangeant les aliments avec la salive, nous ne mâchons pas aussi longtemps qu’il le faudrait. Le déshydrateur chauffe l’aliment cru – il est important de comprendre que le régime cru ne veut pas dire passer sa vie à manger des salades froides ! Si vous avez un bon équipement, un déshydrateur, un grand mixer, une centrifugeuse, manger cru n’est pas difficile, parce que vous pouvez facilement faire des versions des aliments cuits que vous aimiez. Je fais des biscuits, du pain, du granola, des lasagnes de courgettes. J’adorais les sushis, je roule maintenant des choses dans des feuilles de nori et de chou qui recréent ces goûts-là. »

03 Prenez-vous des compléments alimentaires ?

« J’ai commencé récemment à prendre des vitamines D et B, mais pas régulièrement. Les médecins ne contrôlent pas souvent les taux de D et de B, mais en vieillissant le corps a plus de mal à absorber correctement la vitamine D, il est donc important de faire contrôler cela. J’ai eu le test et mes taux de D et B étaient corrects dans le bas de la fourchette, j’ai donc commencé à mettre de la vitamine D liquide dans mes smoothies et je prends de la vitamine B en sublingual, ce qui est plus facile à absorber qu’en comprimés [penser à la levure de bière qui contient toutes les vitamines B]. mais je recommande de voir avec votre médecin avant de prendre quoi que ce soit. Vous pouvez vraiment trouver presque tout dans votre alimentation si vous la gérez correctement. »

Avez -vous converti votre famille et vos amis au mode de vie du cru ?

« Mes enfants ont été élevés comme des végétariens, et aujourd’hui l’une de mes filles est en majorité au cru et l’autre fait de « l’aménagé » – elle est vraiment gourmande et un peu plus souple, mais elle mange beaucoup de cru. Mes deux fils essaient de manger sain, l’un moins que l’autre, mais il avale du jus frais et il sait que c’est un moyen de bien se nourrir quand il en a besoin. J’ai aussi influencé des amis et des voisins pour manger plus sainement parce que j’avais apporté des plats crus à l’occasion de soirées, ils ont donc réalisé que ça peut avoir bon goût. Ils voient en plus que j’ai une énergie considérable et que je parais toujours bien et je pense que cela incite. »

Que diriez-vous d’autre à quelqu’un qui pense faire un changement vers davantage de cru ou vers une alimentation plus saine en général ?

« Vous devez prendre un engagement envers votre santé. Certains ne veulent pas en entendre parler parce qu’ils ne veulent pas de changement et cela peut être difficile – si vous avez mangé toute votre vie de la même manière il est difficile d’en accepter une nouvelle. Mais n’est-ce pas plus facile que d’être malade ? Des personnes de ma famille ont eu des cancers, du diabète, la maladie de Parkinson, et j’ai évité tout cela. Mes deux sœurs ont eu toutes les deux un cancer, l’une est en surpoids, l’autre se bourre de médicaments et ne se sent à l’aise pour marcher qu’avec la sécurité d’un déambulateur. Je n’ai aucune des maladies familiales et je ne jure que par l’alimentation crue. Mais pour la pratiquer, il faut vraiment s’aimer et prendre soin de soi de la même manière que vous le feriez pour un enfant ou un être chéri. Ce que vous mettez dans votre bouche vous nourrit. Traitez-vous vous-même comme vous traitez quelqu’un d’autre que vous aimez. »

Source : zengardner

Traduction par Hélios pour le Bistro Bar Blog

Publié le 28 février, 2013 dans Alimentation, Psychologie, Santé.

Publicité

Laissez un commentaire

*