Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

« Notre mère l’Europe » : Carte postale française pour Pâques 1942

« Notre mère l’Europe » : Carte postale française pour Pâques 1942

via Eric Anceau

cartepostale1942

Explication : A partir d’août 1940, l’Allemagne imposa à la France une contribution de 400 millions de francs par jour pour soutenir l’effort de guerre nazi (plus de la moitié du revenu national). Ce chiffre fut baissé à 300 millions le 10 mai 1941 puis ré-augmenté à 500 millions le 11 novembre 1942 quand les Allemands envahirent l’ensemble du pays.
Après 1940, l’Allemagne devint le principal partenaire économique de la France : les entreprises devaient produire et vendre pour satisfaire les commandes du Reich. L’effort de guerre allemand conduisit à la mise en place du STO (Service du Travail Obligatoire) en 1942.
Cette véritable « vassalisation » de la France par l’Allemagne fut présentée par les propagandistes comme une collaboration étroite dans le cadre d’une Europe nouvelle dont le moteur serait l’Allemagne. Un slogan de la propagande pro-nazie était « Une France forte dans une Europe unie ».
Cette carte postale s’inscrivait dans cette politique de propagande visant à ce que les Français consentent à l’asservissement de leur pays.

via Histoire Desouche

Rajout de la parodie de Francis Kuntz sur le temps de l’occupation (groland)

Publié le 22 février, 2013 dans Allemagne, Europe & UE, France, Nazi & Néo-Nazi, Vidéos.

Publicité

Laissez un commentaire

*