Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

«Les jeunes en quête d’une identité à tout prix»

«Les jeunes en quête d’une identité à tout prix»

© Atlantico

Eric Deschavanne, professeur de philosophie, analyse la quête d’identité des jeunes et la disparition d’une certaine culture qui leur était spécifique. Il ne croit pas au «retour du religieux».

La fascination pour les marges subsiste, ce qui explique l’influence de la culture des jeunes des quartiers – influence pour ainsi dire proportionnelle à leur infériorité sociale. Cela permet sans doute aussi d’expliquer la fascination qu’exerce l’islam sur certains jeunes Français dit « de souche ».

Contrairement à leurs aînés de la génération 68, les jeunes d’aujourd’hui semblent manquer d’un ciment social et culturel fort. Comment cela s’explique t-il ?

Les années 60, en effet, ont marqué une rupture dans la relation jeune/adulte ainsi que dans le mode de socialisation de la jeunesse. A vrai dire, c’est même à cette époque que s’est constituée « la jeunesse », au sens contemporain du terme – une classe d’âge relativement homogène, définie par le statut scolaire ou étudiant, et pourvue d’une identité culturelle spécifique. Les années 60 correspondent à la première vague de démocratisation de l’enseignement secondaire et supérieur (auparavant, la majorité des jeunes étaient en apprentissage ou dans la vie active dès 14 ans) ainsi qu’à l’essor de la culture jeune, qui devint alors un marqueur identitaire lié à l’âge et à la génération.

Plus en profondeur et sur le long terme, nous assistons à une mutation dans le «devenir adulte». Le mode de socialisation traditionnel était caractérisé par la transmission sans altération d’une identité sociale. On était paysan et catholique de père en fils, recevant en héritage un patrimoine, un statut, des croyances et des mœurs. La démocratisation de l’enseignement secondaire et supérieur (l’invention de l’adolescence) associée aux mutations d’une économie moderne marquée par la « destruction créatrice » (fin des paysans, puis, avec la révolution technologique et la mondialisation, déclin de la classe ouvrière) ont bouleversé les conditions de l’entrée dans la vie.

L’impératif pour devenir adulte n’est plus de s’identifier à ses parents, ni même, plus largement, aux modèles proposés par les adultes en général : tout modèle susceptible de servir de support d’identification apparaît précaire ; tout adulte est un has been en puissance. […]

Publié le 1 décembre, 2012 dans Actualité, Histoire, Islam, Jeunesse, Politique & Loi, Société & Culture.

Publicité

Laissez un commentaire

*