Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

États-Unis : Wal-mart, le géant de la distribution

États-Unis : Wal-mart, le géant de la distribution

À travers la croissance foudroyante des importations chinoises aux États-Unis, une enquête fouillée sur la première chaîne américaine de grande distribution, qui constitue un cas d’école du capitalisme mondialisé. Avec un chiffre d’affaires de 265 milliards de dollars en 2004, l’entreprise Wal-Mart, fondée dans les années 60, est devenue la première chaîne de grande distribution du monde.

Partant de la triomphale assemblée générale des actionnaires tenue la même année, cette enquête entreprend de disséquer les origines d’un succès en expansion constante, avec une question simple : “Wal-Mart fait-il du bien à l’Amérique ?” Ce faisant, le journaliste Hedrick Smith expose avec autant de rigueur que de simplicité les présupposés et les conséquences du capitalisme mondialisé. Car le géant de la distribution, qui a su anticiper dans les années 90 l’expansion de l’électronique grand public, doit l’essentiel de ses profits à l’ouverture de la Chine aux investissements américains.

Ayant conquis une place de leader sur le marché national par une savante politique de discount – moins avantageuse pour le consommateur qu’il n’y paraît, comme le révèle ici un ancien cadre de l’entreprise -, Wal-Mart a pu imposer à ses quelque six mille fournisseurs des coûts alignés sur la concurrence chinoise, avec des méthodes de négociation ultra-agressives. Progressivement, la majorité d’entre eux a dû choisir entre délocaliser sa production en Chine ou renoncer à ce client vital.

Une évolution significative des relations commerciales sino-américaines dans leur ensemble, avec le déficit abyssal qui les caractérise : désormais, les États-Unis, “comme un pays du tiers-monde”, vendent à la Chine des matières premières et importent ses produits manufacturés avec, à la clé, un déficit de plus de 200 milliards de dollars par an.

via Blueman et ses vidéos remarquables


Laissez un commentaire