Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’Eglise « s’est trompée » sur la date de naissance du Christ

L’Eglise « s’est trompée » sur la date de naissance du Christ

© Nouvel Obs

Dans le dernier tome de sa trilogie sur Jésus de Nazareth, Benoît XVI reconnaît que le début de l’ère chrétienne a mal été estimé.

Nous ne sommes pas en 2012 : le pape lui-même le dit. Dans le dernier tome de sa trilogie sur Jésus, Benoît XVI écrit que le moine Dionysius Exiguus, qui a estimé la date du début de l’ère chrétienne, « s’est à l’évidence trompé de quelques années dans ses calculs« , rapporte « le Figaro » ce mardi 20 novembre. Pour Joseph Ratzinger, « la date historique de la naissance de Jésus est donc à fixer quelques années auparavant« . Le pape ne rebaptise pas notre année mais l’erreur porte selon lui sur sur « six ou sept années« .

Un projet qui lui tient à coeur

Théologien avant de devenir pape, Benoît XVI a consacré son temps libre à son enquête sur la vie et la personne du Christ, son oeuvre la plus personnelle, selon le Vatican. Le livre, assez bref, de 147 pages, qui sort dans un premier temps en neuf langues dans 50 pays (première édition d’un million d’exemplaires), est le fruit d’un énorme travail de neuf ans que le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, avait entamé à l’été 2003.

Il s’était promis à lui-même de consacrer « tous ses moments libres pour porter en avant ce projet, voulu et aimé« , de faire connaître la personne du Christ, explique le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège. Selon le père jésuite, ce projet était « ce qui lui tenait le plus à coeur, et correspondait à son désir le plus grand« , qui était venu à maturation « après un long chemin intérieur » depuis le début de sa carrière ecclésiastique en Allemagne.


Benoit XVI dans sa jeunesse hitlérienne

Laissez un commentaire