Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bouteflika veut la charia en Algérie

Bouteflika veut la charia en Algérie

Dialogue avec Ansar Eddine : Bouteflika veut la charia en Algérie

Bouteflika ne désespère pas d’obtenir du groupe terroriste armé, Ansar Eddine, affilié à Al Qaïda au Maghreb islamique, la « paix » qu’il n’a pas réussi à avoir du GSPC de Hassan Hattab.

Le dialogue qui s’amorce ce vendredi, à Alger, est un des chaînons du projet islamiste de Bouteflika qui veut promulguer la chari’a d’ici 2014.

Après celle de Juin dernier, c’est la deuxième rencontre d’Abdelaziz Boutelflika avec le groupe terroriste armé, Ansar Eddine, affilié à Al Qaïda au Maghreb islamique à Alger pour le dialogue au Nord Mali. Occupant Tombouctou aux premières heures de l’occupation du Nord-Mali, Ansar Eddine a tôt fait de passer à l’action politique en imposant la chari’a par la destruction de mausolées, de sites historiques puis en terrorisant la population par les pratiques barbares d’amputations et de flagellations de citoyennes et citoyens de la ville au nom de cette même chari’a.

Abdelaziz Bouteflika s’apprête donc à faire de cette aubaine malienne, sous prétexte d’apporter la paix dans les pays du Sahel, la rampe de lancement pour la promulgation de la loi islamique, la chari’a, telle que défendue par Ansar Eddine, dans la prochaine révision constitutionnelle.

Les partis représentés au parlement de Bouteflika appuient ce dialogue avec Ansar Eddine et en font un événement politique majeur qui intervient dans le contexte des commémorations au pas de charge du 1er Novembre 54 qui prend des allures de campagnes « anti-françaises« .

Le MatinDZ


Laissez un commentaire