Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Qatar est-il le nouveau nom de « l’impérialisme », de « la mondialisation », de « l’Internationale islamique »… ?

Qatar est-il le nouveau nom de « l’impérialisme », de « la mondialisation », de « l’Internationale islamique »… ?

Illustration des contradictions qui rendent complexe la géopolitique qatarie : Dioncounda Traoré, président de la République du Mali par intérim, a quitté Bamako pour rejoindre Doha, capitale du Qatar. Avion à disposition, « entretiens en tête-à-tête » avec Cheikh Hamad Bin Khalifa al-Thani, « séance de travail élargie aux délégations », déjeuner en commun, etc. L’émir a prôné la voie du dialogue assurant que l’on ne savait jamais à quoi aboutissait la guerre. Bamako devrait donc échanger la guerre contre une assistance qatarie au développement… !

Ce propos mesuré n’étonne pas. Le médiateur de la crise malienne, au titre de la Cédéao, est le président du Faso, Blaise Compaoré ; et le patron de la diplomatie burkinabè est Djibrill Y. Bassolé dont « les Qataris sont les amis » (Bassolé est intervenu sur le dossier du Darfour au nom de l’ONU et de l’UA, d’où sa proximité avec le Qatar, partie prenante dans l’affaire). Doha et Ouaga sont sur la même longueur d’onde. Rien de surprenant. Et on peut même penser que Ouaga a joué les facilitateurs dans ce contact entre l’émir et le président par intérim ; occasion, dans le même temps, de marginaliser le premier ministre malien, Cheick Modibo Diarra, qui ne cesse d’appeler, lui, « aux armes » (cf. LDD Mali 048/Mardi 2 octobre 2012).

Mais tandis que Traoré visite le Musée d’art islamique (MIA) de Doha (inauguré voici tout juste quatre ans, en novembre 2008, il est l’œuvre de Ieoh Mong Pei et, accessoirement, de Jean-Michel Wilmotte), à Paris la DGSE, après enquête, assurait le Quai d’Orsay « que le Qatar n’avait pas envoyé des agents sous couverture humanitaire auprès des djihadistes qui contrôlent le Nord du Mali »*.

A Paris toujours, des Maliens se sont rassemblés devant l’ambassade du Qatar pour protester contre ce soutien de Doha aux « islamistes » du Nord.

Et à Alger – où le Qatar n’est pas en odeur de sainteté, plus encore depuis la visite de l’émir à Gaza –, la presse s’insurge contre le jeu trouble de l’émir du Qatar.

« Le hold-up électoral des révoltes arabes en Tunisie, Egypte, Libye, Maroc, la guerre civile en Syrie et les bruits de bottes dans l’avancée des djihadistes dans le Sahel, sont à mettre sur le compte de ce petit richissime pays du golfe arabo-persique […]

Grâce à sa chaîne satellitaire qui ne parle jamais du Qatar sauf à travers ses spots publicitaires, Cheikh Hamad Ben Khalifa al-Thani a pesé sur les destins des autocrates arabes déchus et étendu son influence sur une vaste région, du Golfe à l’Atlantique. Même le Sahel n’y a pas échappé », écrivait ce matin (jeudi 25 octobre 2012) Djamel Bouatta dans le quotidien algérien Liberté.

Alors quel jeu joue le Qatar ? Celui de « l’impérialisme », celui de la « mondialisation », celui de « l’Internationale islamique » ? (…)

Source : Le faso


Laissez un commentaire