Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

« Le plus grave, c’est que les hommes ne font rien »

« Le plus grave, c’est que les hommes ne font rien »

© Boulevard Voltaire

Chronique d’une lâcheté ordinaire en wagon multiculturel…

Pardon, chère demoiselle. Je ne suis pas intervenu. J’étais dans le même wagon de cette ligne 13, l’autre soir, quand vous fûtes importunée par un homme ivre.

Vous étiez assise, brune jolie et sage, belles jambes en jupe sous des collants sombres, et l’homme qui vous parlait fort, depuis le strapontin, sa bouteille de vin à moitié vide dans la main, vous apostrophait de plus en plus bruyamment, violence verbale d’injures, de mots français et arabes, de « je nique votre religion » venus d’on ne sait où, car l’homme, qui ne semblait pas SDF, et bien que maghrébin d’apparence, buvait du vin rouge, ce qui exclut de fait qu’il fût un islamiste militant voire simplement un bon musulman.

L’homme également vous hurlait qu’il n’aimait pas les Espagnols et les Américains (peut-être prenait-il votre chevelure brune et votre teint brun pour des traits ibériques). Puis l’homme, en plus de vous crier dessus, commença à pointer son doigt sur votre épaule, touchant parfois votre visage.

Dans le wagon rempli, indifférent, quelques-uns dont moi étions tétanisés. Il m’est déjà arrivé de séparer des hommes qui se battaient dans une rame. Mais je ne suis jamais intervenu dans un conflit au moment de la tension, avant qu’un premier coup ne parte. Lâchement, j’attendais ce premier coup, dans l’espoir qu’il n’arrive pas. Il n’est pas arrivé.

L’homme est descendu à une station, vous vous êtes mise à pleurer, et une dame a lancé à la cantonade : « Le plus grave, c’est que les hommes ne font rien. » (…)

Source : Boulevard Voltaire

Publié le 15 octobre, 2012 dans Actualité, France, Société & Culture.

Laissez un commentaire