Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les Prédictions de Jacques Cazotte

Les Prédictions de Jacques Cazotte


Jacques Cazotte, 1719 – 1792

Jacques Cazotte n’aurait pas eu à proprement parler de relation avec les Illuminés avant d’écrire le Diable amoureux, ce même si une certaine pensée mystique proche de l’illuminisme semble l’avoir toujours accompagné. En effet, Cazotte composa le Diable amoureux en 1772 et ne devint membre de l’ordre des martinistes qu’en 1781. Quelques-unes de ses magnifiques œuvres ultérieures, dont par exemple la continuation des Mille et une nuits (1788) témoignent de cette expérience par leurs élans mystiques et ésotériques et leur thématique gothique. À ce propos, on peut remarquer que Cazotte appartenait à l’École de Lyon et qu’il a toujours eu un regard critique sur son siècle, et particulièrement sur l’esprit des Lumières et les philosophes. Voici un extrait de sa correspondance qui en témoigne : « N’appelez pas vos adversaires démagogues ; appelez-les philosophes, c’est la plus grande injure qu’on puisse dire à un homme et on en demandera quelque jour réparation et justice ».

Cazotte aurait eu des hallucinations prophétiques : celle rapportée dans les Mémoires de La Harpe en est un bel exemple. Cependant ne pouvons-nous pas nous demander si la narration de cet épisode ne serait pas simplement une mystification de La Harpe ?

De plus, Cazotte ne semble ni avoir eu d’intentions dogmatiques ni avoir participé aux travaux collectifs des Illuminés martinistes (qui, semble-t-il, visaient une action sociale collective) : il se serait plutôt fait, d’après leurs idées, une règle de conduite particulière et personnelle.

En outre, il convient de remarquer l’importance de l’influence des martinistes sur la Révolution française. Cazotte n’étant absolument pas en faveur d’un tel mouvement, il n’a pas soutenu la doctrine illuministe dans son ensemble et a même « rêvé » d’offrir un asile momentané au roi dans sa correspondance de 1791. Il percevait en effet la Révolution française comme la plus grande incarnation de Satan. C’est ainsi qu’on l’a soupçonné de coopération avec le complot royaliste des Chevaliers du Poignard et qu’il fut traduit devant le tribunal révolutionnaire. Sa sentence, la guillotine, fut prononcée par un illuminé martiniste…

Après avoir échappé à cette première condamnation, Cazotte eut de nouvelles visions prophétiques au sujet de sa prochaine arrestation. Le onze septembre un homme vient le chercher, cet homme et tous les faits qui s’ensuivent correspondraient exactement à sa vision ; le vingt-cinq septembre à dix-neuf heures il est exécuté sur la place du Carrousel.

Voila un petit livre de 30 pages à lire, qui décrit par La Harpe les prédictions que Jacques Cazotte avait faites à des nobles et Martinistes un soir, un an avant la révolution française. Si vous voulez en savoir plus sur cette mystérieuse affaire, vous pouvez lire ma traduction de Manly P Hall, les clés perdues de la franc-maçonnerie. Bonne lecture !


Laissez un commentaire