Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Ingérence impérialiste en Syrie: Le sinistre plan du Nouvel Ordre Mondial…

Ingérence impérialiste en Syrie: Le sinistre plan du Nouvel Ordre Mondial…

Analyste politique: Les Etats-Unis ont un sinistre plan pour le monde

Press TV interview de Webster G. Tarpley

Le 2 Juillet 2012,

url de l’article original (avec vidéo):
http://www.presstv.ir/detail/2012/07/02/248921/us-has-sinister-plan-for-world/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La Russie et la Chine disent que toute décision concernant la transition du pouvoir en Syrie ne doit être prise uniquement que par le peuple syrien.

Les ministres des affaires étrangères russe et chinois MM Sergei Lavrov et Yang Jiechi ont annoncé la position de leur pays respectif après une réunion sur la situation en Syrie au siège des Nations-Unies à Genève Samedi.

La Syrie est victime de troubles depuis la mi-Mars 2011. Beaucoup de gens incluant des membres ces forces de sécurité, ont été tués dans le tumulte.

Press TV a interviewé depuis Washington Mr Webster G. Tarpley, Ph.D, écrivain et historien, afin de discuter plus avant le problème. Ce qui suit est une transcription des grandes lignes de l’interview.

Press TV: En regardant l’historique des participants à la réunion de Genève concernant les droits de l’Homme, spécifiquement les Etats-Unis, il est assez difficile de croire que leur seule préoccupation en Syrie est la question des droits de l’Homme. Pouvez-vous nous dire en quoi un changement de régime en Syrie pourrait être bénéficiaire à chaque participant de cette conféfrence ?

Tarpley: La politique actuelle sous le gouvernement Obama avec Hillary Clinton comme ministre des affaires étrangères, vise à la destruction de la souveraineté des nations sur cette planète. Il est vraiment question de ramener le monde aux temps précurseurs du traité de Westphalie en 1648, traité qui établît alors le régime des états souverains indépendants.

Le désespoir des Etats-Unis et du Royaume-Uni vient de leur banqueroute financière et ce qu’ils doivent faire est simplement accélérer la vitesse d’exploitation, de pillage et de pompage de l’économie mondiale. Ce faisant, ils se rendent compte que tout gouvernement national est un obstacle intolérable qui est sur leur chemin.

Un gouvernement peut dire non, comme Moubarak leur a dit non en de multiples occasions et Kadhafi la plupart du temps, alors ils ont décidé d’écraser ces pays. Mais notez au passage que leur but n’est pas seulement le changement de régime: il est d’instaurer des micro-états, de “petits états”, pour utiliser la terminologie de Zbigniew Brzezinski, une “partition”, terme favori de George Soros, une balkanisation, des états brisés, une agglomération de seigneurs de la guerre comme on le voit actuellement en Libye..

Ceci est le but, celui d’obtenir une situation où le FMI et l’OTAN règnent sur le monde d’en haut, et en bas vous avez une cour de petites entités ineptes, folles et balbutiantes, qui jamais ne pourront résister à Exxon Mobil, JP Morgan, Halliburton ou quelque entité que ce soit leur ressemblant, un peu comme la Libye aujourd’hui.

Voilà le chemin que cela prend. Il s’agit pour eux donc de briser la Syrie, d’en détacher la partie kurde, d’en détacher d’autres parties qui seront réclamées par la Turquie; peut-être recommencer une guerre civile au Liban, peut-être y aurait-il une guerre perpétuelle en Syrie, peut-être qu’Israël se servirait de territoires convoités et ainsi de suite. Voilà où on va. C’est très sinistre.

Press TV: En regardant la situation de terrain, combien de temps pensez-vous qu’Assad et son administration en général seront capables d’absorber une telle pression et rester au pouvoir ?

Tarpley: Indéfiniment je pense. Pour un laps de temps très long. Le maintien au pouvoir d’Assad peut très bien être plus important que la prise de pouvoir de la coalition qui est contre lui. Ceci bien sûr dépend de la Russie et de la Chine maintenant leur position de blocage actuelle au conseil de sécurité de l’ONU.

Après la tirade d’Hillary Clinton que nous venons juste d’entendre, son plan hystérique est de retourner auprès du conseil de sécurité et d’essayer une fois de plus d’obtenir une résolution du chapitre 7 par le conseil de sécurité, ce qui inclurait des sanctions économiques draconiennes et qui mènerait éventuellement à une attaque, une zone d’interdiction aérienne, ce qui veut dire des bombardements, des couloirs humanitaires, des zones tampons etc. Ce serait une attaque massive sur la Syrie.

Il n’y a aucune indication que la Russie sera d’accord. Lavrov, qui menait les affaires aujourd’hui, a dit que la chose importante était que rien ne soit imposé. Quand nous contemplons cette formule vide dont ils ont accouché, c’est une forme de réthorique pour sauver les apparences.

D’un côté, Assad et son gouvernement ont dit qu’ils n’accepteraient pas une solution dictées par des étrangers, ce qui est tout à fait correct politiquement. De l’autre, nous avons le CNS, toujours près à aider diplomatiquement, qui dit qu’ils ne négocieront pas avec Assad parce qu’il a du sang sur les mains.

Maintenant nous découvrons finalement grâce au grand quotidien conservateur allemand le Frankfurter Allgemeine, que ce fut l’armée syrienne libre (ASL) qui a commis le massacre de Houla et non pas Assad et l’armée régulière syrienne, mais bien plutôt ces escadrons de la mort de l’OTAN qui ont été importés de l’extérieur et qu’Hillary Clinton soutient, ainsi que Hague, Fabius et le reste de ces gens. En fait, Kofi Annan, l’hypocrite, n’est essentiellement rien d’autre qu’un homme de paille pour ces escadrons de la mort.

Press TV: Il y a des pourparlers de gouvernement de coalition et vous y avez brièvement fait allusion, dans quelle mesure un tel gouvernement peut-il être appointé et dans quelle mesure Assad sera t’il d’accord ?

Tarpley: Il y a eu des élections. Voilà encore une de ces caractéristiques orwelliennes dans cette procédure. Il vient juste d’y avoir des élections en Syrie, auxquelles plus de 50% de la population, je ne sais pas exactement le pourcentage réel, mais toutes les indications donnent que plus de la moitié des électeurs enregistrés ont voté; il y avait des figures de l’opposition dans ces élections.

Pas tout le monde élu dans ces élections fait partie du parti Baath. Bien sûr, le CNS, ce groupe “d’aventuriers” qui aiment vivre dans des hotels de luxe et faire des déclarations aux quatres points cardinaux, disent toujours qu’ils ne veulent pas négocier. Pourquoi le ferait-il ? Ils ont largement bien vécu de la manière dont cela se passe.

Il y a eu des élections où on ne devait pas être membre du parti Baath pour participer. Des élections ont eu lieu mais Kofi Annan dit “elles ne furent pas assez bonnes, ce n’est pas ce que nous voulons dire.”

Et bien, que veut-il dire alors étant donné que l’ASL et le CNS disent qu’ils ne participeront pas aux élections ? Ce sont eux qui sont inflexibles et la responsabilité de la crise leur incombe. Je pense qu’Assad peut rester encore un bon moment.


Laissez un commentaire