Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un peu d’éducation, qu’est qu’une « Ochlocratie » ?

Un peu d’éducation, qu’est qu’une « Ochlocratie » ?

Source : Ochlocratie

L’ochlocratie est une forme de gouvernement dans lequel la masse a tous les pouvoirs et peut imposer tous ses désirs.

Si le terme « ochlocratie » est tombé en désuétude, la réalité qu’il recouvre a toujours été débattue dans les ouvrages de philosophie politique. On peut se référer à la définition qu’en donne Le Robert :

« Ochlocratie : 1568. Emprunté au grec okhlocratia, de okhlos, foule et –cratia, pouvoir. Inusité. Gouvernement par la foule, la multitude, la populace ».

Ce gouvernement par la foule a pour connotation péjorative le règne de la vulgarité, de la médiocrité. En 1584, l’écrivain anglais John Stockwood décrit l’ochlocratie comme un État dans lequel les personnes grossières décident de toute chose d’après leur propre intérêt. Pour les Grecs, l’okhlos, c’est ce qui est inférieur au demos. L’ochlocratie se caractérise par une décomposition de la loi et des mœurs. C’est lorsque la démocratie dégénère en chaos politique, lutte quotidienne entre les individus et règne de la force. Elle relève d’une configuration historique que l’on pourrait appeler le « prépolitique », par opposition au « politique », qui se caractérise par l’existence de l’État et de la loi, permettant aux hommes de cohabiter.

L’ochlocratie est, dans la théorie de l’anacyclose – théorie cyclique de la succession des régimes politiques – formulée par l’historien grec Polybe (admise par Cicéron dans le De Republica, et reprise par Machiavel), le pire de tous les régimes politiques. C’est le stade ultime de la dégénérescence du pouvoir. Polybe décrit un cycle en six phases qui fait basculer la monarchie dans la tyrannie, à laquelle fait suite l’aristocratie qui se dégrade en oligarchie, puis de nouveau la démocratie entend remédier à l’oligarchie, mais sombre, dans une sixième phase, dans le pire des régimes qui est l’ochlocratie, où il ne reste plus qu’à attendre l’homme providentiel qui reconduira à la monarchie.

Dans le Contrat social, Jean-Jacques Rousseau définit l’ochlocratie comme la dégénérescence de la démocratie : « En distinguant, la démocratie dégénère en Ochlocratie » (livre III, chapitre 10, p. 423 du tome III dans l’édition de la Pléiade). L’origine de cette dégénérescence est une dénaturation de la « volonté générale », qui cesse d’être générale dès qu’elle commence à incarner les intérêts de certains, d’une partie de la population, et non de la population tout entière (cf. II, 3) ; il peut s’agir, à la limite, d’une « volonté de tous », non d’une « volonté générale ».

En 1791, le philosophe écossais James Mackintosh (1765-1832) considère, dans son Vindiciae Gallicae, que « l’autorité d’une populace corrompue et tumultueuse doit plutôt être considérée comme une ochlocratie qu’une démocratie, comme le despotisme de la cohue, et non le gouvernement du peuple ».

Publié le 27 juin, 2012 dans Education, Politique & Loi, Société & Culture.

Laissez un commentaire