Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Mélenchon très mauvais perdant

Mélenchon très mauvais perdant

© Le blog de Yves Thréard

On se demande bien pourquoi Jean-Luc Mélenchon fait son entrée dans le dictionnaire Robert illustré ! Car si l’homme s’est distingué en cette année électorale par ses talents de bateleur d’estrade, il n’a pas réalisé d’exploit politique.

Son score à la présidentielle était très loin derrière les prévisions des sondeurs. Aux législatives, à Hénin-Beaumont, il fut écrasé par Marine Le Pen et interdit de second tour. Enfin, les communistes, qui pensaient renaître avec lui, grâce à lui, ont obtenu moins de sièges à l’Assemblée nationale, 10 seulement contre 15 aux législatives de 2007.

La faute à qui ? Mélenchon se défausse. Renvoyant, ce jeudi, la responsabilité de ses échecs aux médias. « Ils s’intéressent à des formats conceptuels de plus en plus étroits, tempête-t-il, à des choses simples à consommer, à des situations un peu infantilisés. J’ai surestimé le niveau intellectuel des médias », ajoute-t-il. […]

Mais ce dont on est désormais sûr, c’est que le chef du Front de gauche est mauvais perdant. Il a l’insulte facile, son seul et pauvre argument bien souvent. Pareille attitude trahit le mépris de cet homme pour le débat contradictoire, le peuple, qui ne le comprend pas – mais faut-il alors changer le peuple ? – et la réalité.

La réalité ? L’électorat populaire ne semble pas enthousiasmé par un ancien socialiste, opportuniste, plus bobo que prolo, pour le représenter. Les cadres communistes commencent, paraît-il, à s’en apercevoir.


Publicité

Laissez un commentaire