Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La mort à la télé donne envie d’acheter

La mort à la télé donne envie d’acheter

© Le Monde via Fortune Desouche

Cela s’appelle la théorie du management de la terreur (TMT). Et cela dit, pour schématiser, que l’homme moderne, qui n’a plus autant que par le passé à se battre pour sa survie au jour le jour, passe beaucoup de temps à raffiner les constructions symboliques (culture, estime de soi) qui servent de paravents à sa peur de mourir. Comme une version sophistiquée de l’instinct de préservation qui ne l’a jamais quitté. Plus de deux cents études expérimentales ont, au cours de ces quinze dernières années, confirmé différents aspects de cette théorie. Notamment le fait qu’à toute manifestation de la mort, chacun combat cette angoisse primordiale en renforçant les comportements valorisés par sa culture. Or, dans notre culture occidentale, la possession de biens matériels constitue un élément fondamental du système de valeurs. La conclusion logique consiste à prédire qu’une plus grande présence de la Camarde renforcera les comportements de consommation.

Je dépense donc je suis. Pour tester cette hypothèse, le chercheur israélien Ilan Dar-Nimrod (université de Rochester, Etats-Unis) s’est focalisé sur le lieu où mort et incitation à la consommation se concentrent le plus : la télévision. Les Américains en consomment en moyenne plus de 5 heures par jour tandis que les Français se contentent (si l’on peut dire) de 3 heures et 47 minutes.

Pour estimer l’impact de la mort « vue à la télé » sur l’efficacité des réclames et l’envie d’acheter, Ilan Dar-Nimrod a mené la petite expérience suivante avec une centaine de cobayes canadiens. Comme il l’explique dans l’étude qu’il a publiée dans le numéro daté mars-avril du Journal of Social Psychology, les participants à l’expérience ont d’abord regardé une vidéo de 10 minutes extraite de la série A la Maison blanche, ne contenant aucune allusion à la mort, suivie de la diffusion de quatre spots publicitaires (pour une voiture allemande, une voiture sud-coréenne, un fast-food et des jeans). Ensuite, ils ont visionné un extrait de la série Six Feet Under, au cours duquel un bébé succombait au syndrome de la mort subite du nourrisson, suivi là encore de quatre réclames (pour une autre marque de voitures allemandes, une autre auto sud-coréenne, une autre chaîne de restauration rapide et d’autres jeans). Au terme de chacune de ces deux parties, les personnes commençaient par mettre une note à l’extrait regardé. Puis elles évaluaient l’attractivité des produits présentés dans les publicités et leur désir de les acquérir. Ceux visionnés après l’extrait de Six Feet Under ont été jugés plus attractifs que les autres. Un indice favorable à la théorie de la TMT.

Consommer en réaction à la mort, pour montrer qu’on est bien vivant. Avoir pour être, en quelque sorte. Si d’autres études confirment les résultats d’Ilan Dar-Nimrod, il est permis d’imaginer que de grandes marques auront l’idée de financer la production de nouveaux feuilletons remplis de tueurs en série tous plus performants les uns que les autres… Il n’y a pas loin de la théorie du management de la terreur au marketing par la mort.


Laissez un commentaire