Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Énergie : Se chauffer pour 20 euros/an dès 2013 ?

Énergie : Se chauffer pour 20 euros/an dès 2013 ?

via Fortune Desouche

Si tout se passe bien, vous devriez bientôt pouvoir adjoindre à votre chauffage central actuel un dispositif révolutionnaire de 400 à 500 dollars / euros vous permettant de chauffer votre maison avec une simple cartouche recyclable à base de poudre de nickel, pour moins de 20 dollars/euros par an.

Jusqu’il y a peu le prix du dispositif avait été estimé à 4000 dollars. Grâce à la volonté de son concepteur, l’ingénieur Andrea Rossi (1950), au partenariat industriel avec National Instruments aux États-Unis, et une fabrication hautement automatisée, le prix a été divisé par dix, de façon à couper l’herbe sous le pied des copies par retro-engineering qui ne manqueront pas d’apparaître une fois le système lancé à grande échelle. Objectif : 1 million d’unités domestiques par an à partir de début 2013. (*)

De la taille d’un ordinateur portable (le processeur a la taille d’un paquet de cigarettes) et d’une sécurité annoncée comme totale, ce système révolutionnaire dit de réaction nucléaire à basse énergie n’émet selon Rossi (et le professeur Focardi de l’université de Bologne) aucune radiation ni émission d’aucune sorte.

Le nickel est abondant sur Terre et n’est pas cher, mais il est toxique, surtout en poudre, et son traitement doit être fait par des professionnels. La quantité de nickel consommée dans le processus est extrêmement réduite. Pour fixer les idées, selon Andrea Rossi, un gramme permet de produire 23.000 mégawatt heure d’énergie (oui : vingt trois mille mégawatt heure).

L’E-cat est un système thermique révolutionnaire qui utilise de la poudre de nickel, une quantité infime d’hydrogène, un ou des catalyseurs spécifiques, de même que des radiofréquences permettant de faire travailler les forces de répulsion (Coulomb) entre particules subatomiques de façon avantageuse, un peu à l’image de ce qui se passe dans les arts martiaux orientaux.

Au lancement, le processus de préchauffage du système consomme 3000 watt pendant une heure. Puis, une fois lancé, la consommation électrique devient insignifiante, comme celle d’un ordinateur, tout en produisant une quantité extraordinaire d’énergie thermique, permettant de chauffer de l’eau de façon stable et contrôlée à 120°C. Le système peut être complètement arrêté en 30 à 60 minutes.

L’E-cat est en cours de certification aux États-Unis par UL (Underwriters Laboratories). Une usine entièrement robotisée serait en voie de construction, semble-t-il au Massachussetts, avec National Instruments comme partenaire industriel.

A terme (12-24 mois ?), le système pourra également produire de l’électricité, une fois surmontées les difficultés de maintien de la température à 400°C (plutôt que 120°C actuellement).

La distribution et la vente se fera via des partenaires agréés, de même que par Internet. Les précommandes, sans engagement financier, peuvent être faites via le site Ecat.com dès maintenant.

Étant donné les risques inhérents à ce type de projet industriel d’avant-garde, Andrea Rossi ne souhaite pas à ce stade ouvrir le capital à des investisseurs particuliers, n’acceptant le soutien que de milieux d’affaires et d’organisations souhaitant investir de faibles sommes d’argent.

En guise de conclusion, ces réflexions de Brian Josephson, prix Nobel de physique 1973 : « A ce jour, rien ne permet de douter des affirmations de Rossi » et « des réacteurs de type Rossi sont déjà en production et selon Dennis M. Bushnell, Scientifique en chef de la NASA, ils pourraient « changer complètement la géo-économie, la géo-politique et résoudre [des problèmes] de climat et d’énergie ». » (lien).

En cas de confirmation, il semble que nous soyons bel et bien en présence d’un changement de paradigme en matière d’énergie. Probablement comparable à la découverte de la roue ou du feu.

A titre de comparaison, le projet internatinal de fusion (très) chaude ITER à Cadarache (France) dont on espère, à coup de dizaines de milliards d’euros d’argent public, pouvoir extraire les premiers kilowatts dans cinquante ans ou plus et dont on connaît mieux aujourd’hui le caractère hautement aléatoire et non raisonnable (voir l’article publié le 13/01/12 sur Mediapart : « Iter, le naufrage »)… peut aller se rhabiller et surtout se réorienter vers un projet plus utile pour la société.

(*) Andrea Rossi travaille 14 à 16 heures par jour sur ce projet et l’interview dont est issu cet article a été réalisée le 15 janvier 2012 au terme d’une telle journée, entre 11 du soir et 1 heure du matin. Chapeau l’artiste ! Et tous nos voeux de succès.

Sources pour cet article :

L’interview d’Andrea Rossi le 15 janvier par le journaliste scientifique Sterling Allan (Pure Energy Systems News). Résumé en anglais ici. Transcription de l’interview en anglais ici.

Catalyseur d’énegie de Rossi et Focardi (Wikipedia)

Pour en savoir plus :

L’E-cat a déjà été présenté sur Agoravox le 22/12/11 (lien) et le 29/10/11 (lien), au lendemain de la démonstration semi-publique décisive à Bologne, d’un générateur E-cat industriel de 1 mégawatt.

Publications scientifiques (en anglais)

A detailed Qualitative Approach to the Cold Fusion Nuclear Reactions of H/Ni , Prof. Christos E. Stremmenos, Journal of Nuclear Physics, mai 2011

Report on heat production during preliminary tests on the Rossi “Ni-H” reactor, Levi G., Université de Bologne, Italie, janvier 2011

Hydrogen/Nickel cold fusion probable mechanism, Prof. Christos E. Stremmenos, Bologne Italie, Journal of Nuclear Physics, décembre 2010

A new energy source from nuclear fusion, Focardi S. & Rossi A., Université de Bologne, Italie, mars 2010

——————————-

L’E-cat a tout pour plaire

Il y a de cela quelques semaines, l’ingénieur Andrea Rossi avait fait des déclarations fort intéressantes au sujet de sa merveilleuse invention. Il disait ne pas être sûr que la réaction nucléaire produite à l’intérieur de son E-cat soit réellement une réaction de fusion, même s’il était évident qu’un certain niveau de fusion nucléaire avait bien réellement lieu. Quelle en était la preuve ? L’émission de 511 keV de rayons gamma.

Tout récemment Rossi a fait d’autres déclarations, apparemment sans lien par rapport aux précédentes. Son objectif premier étant de rassurer le public quant à la sécurité de son catalyseur d’énergie, soucieux de gagner la confiance d’un nombre d’acheteurs potentiels de plus en plus élevé, malgré sa politique du «verre à moitié vide à moitié plein» :

1. L’E-cat est absolument sûr et n’émet absolument aucun type de radiation là où il est situé : nous avons fait des milliers d’heures de test. Vous pouvez installer en toute sécurité un E-cat dans vos maisons, appartements, bureaux ou magasins ;

2. Il n’y aura aucun type d’émission gamma, mais quoiqu’il en soit, notre tableau de contrôle repérera tout type de radiation éventuelle et éteindra l’E-cat au cas où des signaux indiquent la présence de radiations de quelque nature qu’elles soient dans l’environnement.

Il est donc facile de noter – et même le site promoteur de Rossi E-Cat World l’a noté – il existe une apparente contradiction entre ces déclarations et celles faites par le passé, aussi récent soit-il. Au sein de l’E-cat il existerait donc un écran capable de protéger l’environnement contre les radiations gamma.

Le silence d’Andrea Rossi concernant ce qui se passe réellement à l’intérieur de son réacteur ne permet de faire aucune affirmation mais limite à de simples hypothèses. Ce qui a été pour le moment révélé au sujet de l’E-cat commercial peut être résumé de la façon suivante :

• L’E-Cat aura des dimensions réduites et pourra être installé pratiquement dans chaque habitation ;

• Sa fonction principale sera de réchauffer l’eau. Cela pourra avoir lieu directement – comme le chauffe-eau au gaz – ou à travers le chauffage d’un boiler – comme le chauffe-eau électrique. Bien sur il pourra également servir comme source d’énergie pour le chauffage centralisé.

• Le réacteur ne produira aucun CO2 ni aucune radiation et devra être rechargé tous les 6 mois.

• Pour produire de l’énergie électrique à partir de l’E-cat il faudra attendre au moins deux ans de développement.

• Les premiers modèles seront mis en vente avec différentes options. Les prix iront, en fonction des options, de 500 à 700 euros.

Le point fort de l’E-cat concerne justement son prix car plus le temps passe et plus Andrea Rossi décrit son réacteur révolutionnaire comme un produit dont le prix sera monstrueusement bas !

Bien évidemment nous ne pouvons aucunement mettre notre main sur le feu. Tout ce qu’il nous reste à faire est rêver de cette merveilleuse révolution énergétique (et économique) et espérer qu’elle se réalise le plus rapidement possible…

Agoravox & Fusion Froide

Publié le 26 février, 2012 dans La Bourse & L'Economie, Société & Culture, Technologie.

Publicité

Laissez un commentaire