Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Georges Soros : « Chaos économique, émeutes en Europe et guerre civile aux USA »

Georges Soros : « Chaos économique, émeutes en Europe et guerre civile aux USA »

© Gold Up

« Dans des moments comme ceux-ci, la survie est la chose la plus importante« , dit-il, en regardant à travers ses lunettes de hibou et ses mèches de cheveux gris brossés. Cela ne signifie pas seulement qu’il est temps de protéger vos actifs, mais cela signifie qu’il est temps de conjurer la catastrophe. D’après lui, le monde est confronté à une des périodes les plus dangereuses de l’histoire moderne: la période du « Mal« .

L’Europe est confrontée à une descente dans le chaos et des conflits. En Amérique, il prédit des émeutes dans les rues qui conduiront « à une répression brutale qui va considérablement restreindre les libertés civiles. Le système économique mondial pourrait même s’effondrer complètement« … (lu sur le Daily Beast)

Il convient de souligner que George Soros a été, pendant longtemps, un trader utilisant une méthode d »analyse apprise à la London School of Economics pour faire des paris de plus en plus rentable sur une variété de devises.

Il avait parié des milliards de dollars que la livre sterling allait s’effondrer. En fait, cela s’est avéré une prophétie auto-réalisatrice et soudain Soros est devenu le trader le plus célèbre d’entre tous…
Une célébrité à un point tel que la reine d’Angleterre, elle-même, lui a accordé une audience privée.

Guerre civile aux USA ?
Dans le contexte actuel, il est convaincu que les États-Unis se dirigent vers une « guerre des classes« . Autrement dit : une guerre civile

« Pendant que la colère monte, les émeutes dans les rues des villes américaines seront inévitables. La réponse aux troubles pourrait être plus dommageable que la violence elle-même. « Ce sera une excuse pour une répression utilisant des tactiques musclées afin de maintenir la loi et l’ordre, qui, poussé à l’extrême, pourrait apporter un système politique répressif, une société où la liberté individuelle est beaucoup plus limitée, ce qui serait une rupture avec la tradition des États-Unis. »

A propos de l’Europe, Soros a déclaré sur le Market Watch du Wall-Street Journal que les mesures prises en Décembre par la BCE ont soulagé les problèmes de liquidité des banques européennes. Mais cela ne résout pas « les difficultés de financement face auxquelles les États membres endettés souffrent. »

Comme dirait Olivier Delamarche sur BFM Business : « Ce n’est pas en imprimant des billets que la solvabilité des États sera résolue…« Italie et Espagne : Bienvenue dans le Tiers-Monde.

Les primes de risque élevées sur les obligations italiennes et espagnoles menacent l’adéquation des fonds propres des banques et menacent de transformer les nations les plus faibles de la zone euro en nations « reléguées au statut de pays du Tiers- Monde devenus très endettés en devises étrangères« .Soros a également déclaré que l’Allemagne agit comme un chef de corvée en imposant une discipline budgétaire dure : « Cela va générer deux tensions qui pourraient détruire l’Union européenne: économiques et politiques. »

Des émeutes couvent en Europe
Dans l’Angleterre en récession… on muscle ses troupes pour de nouvelles émeutes

Au Portugal, on s’entraîne à l’austérité à coups de grenades lacrymogènes et de matraques…

En Italie, les chauffeurs taxis se frottent aux matraques et certains « promettent l’enfer » s’ils ne sont pas écoutés par le gouvernement… euh… pardon… les banquiers qui ont renversé Berlusconi…

La Roumanie hésite entre le mot « révolte » et « révolution » (désolé pour la vidéo qui a disparu dans le texte de cet article de Rue89).

Et en Grèce (3ème nouveau pays du Tiers-Monde), on s’habitue à la survie… sans salaires pendant que la troïka poursuit sa mise à mort.


Publicité

Laissez un commentaire