Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Peintures du célèbre Picasso

Peintures du célèbre Picasso

Traduction: Dans son livre LIBRO NERO, l’auteur italien Giovanni Papini fait le rapport d’une interview qu’il a eu avec un dieu de l’art moderne, Pablo Picasso. Voila ce que Picasso pense de lui d’après ce qu’il a rapporté:

« Du moment que l’art n’est plus l’aliment qui nourrit les meilleurs, l’artiste peut exercer son talent en toutes les tentatives de nouvelles formules, en tous les expédients du charlatanisme intellectuel. Dans l’art, le peuple ne cherche plus consolation et exaltation, mais les raffinés, les riches, les oisifs, les distillateurs de quintessence cherchent le nouveau, l’étrange, l’original, l’extraordinaire, le scandaleux.

Et moi-même, depuis le cubisme et au-delà, j’ai contenté ces maître et ces critiques avec toutes les bizarreries changeantes qui me sont passées en tête et moins ils les comprenaient, plus ils les admiraient. A force de m’amuser à tous ces jeux, et à toutes ces fariboles, à tous ces casse-têtes, rébus et arabesques, je suis devenu célèbre, et très rapidement. Et la célébrité pour un peintre signifie ventes, gains, fortune, richesse. Et aujourd’hui comme vous savez je suis célèbre et je suis riche. Mais quand je suis seul avec moi-même, je n’ai pas le courage de me considérer comme un artiste dans le sens grand et antique du mot. Ce furent de grands peintres que Giotto, Le Titien, Rembrandt, Goya, je suis seulement un « amuseur public » qui a compris son temps et a épuisé le mieux qu’il a pu l’imbécillité, la vanité, la cupidité de ses contemporains. C’est une amère confession que la mienne, plus douloureuse qu’elle ne peut sembler, mais elle a le mérite d’être sincère. »


Publicité
Publié le 20 novembre, 2011 dans Un Peu d'Histoire.

Laissez un commentaire