Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Publicité

Définition d' »Attorney » d’après le Corpus Juris Secundum, Volume 7, Section 4

Définition d' »Attorney » d’après le Corpus Juris Secundum, Volume 7, Section 4

La définition d’attorney d’après le Corpus Juris Secundum qui est une encyclopédie officielle de la loi aux USA et qui est annuellement mise à jour pour refléter la politique moderne. En anglais il y a deux mots pour « avocat », qui sont lawyer et attorney. Les américains confondent les deux et ne voient pas de différences, c’est comme pour freedom et liberty (les deux voulant dire liberté en français), deux mots impliquent deux significations différentes. Donc quelle est la définition d’attorney ?

ATTORNEY & CLIENT

(…) Ainsi, un attorney occupe une double position qui impose une double obligation. Son premier devoir est envers les tribunaux et le public, non envers son client, et à chaque fois que ses devoirs rentrent en conflit avec ceux du client, il doit en tant qu’officier de la cour dans l’administration de la justice, céder le premier au dernier.

Un client est celui qui fait appel à un avocat (lawyer) ou conseiller pour être orienté et conseillé en rapport à la loi, ou qui commet sa cause à la gestion de poursuivre ou de défendre dans un procès devant un tribunal de justice (…)

Les clients sont aussi appelés « pupilles de la cour » en rapport à la relation qu’ils ont avec leur attorney.

Maintenant on regarde du côté du Black’s Law dictionary pour en savoir plus sur les « pupilles de la cour » (wards of the court).

« Pupilles de la cour ». enfants et personnes aliénés.

En effet il faut être complètement taré pour embaucher quelqu’un qui a d’abord ses devoirs envers la cour et non envers son client pour se faire défendre devant un tribunal.

Source : Jordan Maxwell


Publicité
Publié le 14 novembre, 2011 dans Citations, Etats-Unis, Politique & Loi, Société & Culture.

Laissez un commentaire