Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’éducation au 21è Siècle part III

L’éducation au 21è Siècle

Par Manly P Hall traduit par le webmaster [page d’accueil de la série]

Actuellement la vie simple est une vie dans laquelle l’individu peut relâcher ses propres ressources internes. Il peut apprendre à penser, il peut apprendre à être un ami, il peut apprendre à étudier des choses qui améliorent son caractère. Il peut avoir plus d’intérêts dans les arts, et toutes sortes de musiques et aussi en la science ! Il peut faire toutes ces choses s’il les fait à partir d’un cœur focalisé sur l’intégrité à l’intérieur de lui-même. S’il veut assumer les réalités de la vie il peut étudier tout ce qu’il veut, mais si la seule chose qui l’intéresse dans l’apprentissage est de faire plus d’argent, alors toute la théorie de l’éducation s’écroule.

Nous devrions simplifier la vie matérielle dans le but que l’esprit, l’âme et les morceaux supérieurs métaphysiques aient une chance de s’exprimer. Nous découvrirons une richesse de valeurs là-haut que nous n’avions jamais suspectée. Nous découvrirons que nous avons gaspillés les âges sur la crasse alors que nous aurions pu connaitre l’or véritable de la sagesse. Nous devrions aussi apprendre que la vraie connaissance n’est pas ennuyante, pas académique, et ne veut pas dire que nous devons vivre une vie plus ou moins étouffante et cynique.

La connaissance en son vrai sens est une porte ouverte au bonheur, c’est la manière par laquelle nous pouvons faire tout ce qui est juste parce que c’est juste, et être fier de l’avoir fait. De nos jours nous avons honte d’avoir raison dans beaucoup d’exemples, car cela diffère des lois populaires pratiques du jour. Donc il est très important pour l’individu de savoir que toute la chose se trouve en lui.

Nous pouvons avoir de nouvelles élections, nous pouvons élire différentes personnes, nous pouvons occasionnellement en avoir une bonne, mais souvent la loi des probabilités nous le savons ne nous aidera pas. Le simple fait de cela ne signifie pas grand-chose, le vrai fait se trouve dans la probabilité que l’heure viendra où l’être humain se gouvernera lui-même. Et quand il se gouvernera lui-même il n’aura plus à s’inquiéter de n’importe quelle autre forme de gouvernement, il peut avoir n’importe quelle forme qu’il désire aussi longtemps qu’il la gère correctement. Il peut étudier n’importe quel sujet qu’il souhaite s’il sait dans son propre cœur que cette substance ou cet objet fait partie d’une réalité plus grande.

Dans beaucoup de cas dans l’enseignement oriental et occidental, l’idée d’un système d’enseignement par un guru avait du poids. Les Grecs l’avaient très fortement, les Latins un peu moins, les Allemands et les tribus germaniques étaient très impliqués dedans, et bien sûr il était partout en Asie. Que le système de guru était le système final dans lequel l’instruction était aux mains de personnes dédiées à une vie religieuse.

Cela ne veut pas dire que cet enseignement religieux, le guru, ne faisait rien d’autre que chanter les psaumes et prêcher les sermons. Le guru était une personne dont l’enseignement était mature, il était l’idéal d’un grand-père ou d’un père ou d’une famille. Il n’avait probablement aucune famille à lui, mais son monde était sa famille. Le guru enseignait tout ce dont l’individu avait besoin de savoir, les mathématiques, ou l’astronomie, ou la science, ou la législation, la juridiction, la prudence, le guru enseignait toutes ces choses. Mais il l’enseignait dans un environnement d’intégrités, il l’enseignait comme de grandes réalités spirituelles qui font partie d’un plan divin pour la perfection de la création.

Il avait toute la connaissance que nous avons mais il avait quelque chose d’autre, une foi profonde respectueuse, quelque chose d’immuable et d’immobile qu’il devait obéir mais qui dans l’analyse finale pouvait être le sujet d’une affection illimitée. Ce qui est à la racine de la vie est la chose la plus adorable qui puisse exister : la réalité elle-même.

Donc le système de guru enseignait ces jeunes gens, il leur disait d’aller à l’extérieur, ils devinrent propriétaires, ils fondèrent une famille, et quand ils arrivèrent à un certain âge ils partirent à la retraite. Et quand ils partirent à la retraite ils retournèrent à l’Âshram, les enseignements qu’ils recevaient avant d’avoir 20 ans leur revenaient ou revenaient durant leurs 60 ans et ils retournèrent à la vie religieuse, et l’ayant vécue très jeune jusqu’à leurs vieilles années, ils moururent en paix avec toutes choses vivantes. Ils n’étaient jamais ennuyés par leur âge parce qu’ils étaient toujours en la présence du divin. Ce système peut ne pas être pratique pour nous, mais il a accompli de grandes choses pour aider ces gens à garder leurs principes et être prêts à souffrir pour des causes qui valent la peine.

Une autre chose importante est que la personne moyenne dans l’apprentissage est incapable de discipliner un enfant. Nous ne savons pas comment rendre l’enfant obéissant sans le gronder ou faire quelque chose qui le blesse et qui nous blesse à notre tour. La réponse est très simple, nous commençons avec l’enfant, et nous commençons peut être avant que l’enfant ne naisse et nous aurons un foyer très heureux. La mère et le père s’aiment, ça peut ne pas être parfait, mais l’affection domine ce petit ménage. Puis ensuite vient l’enfant, et bien avant que l’enfant ne naisse, l’amour de ses deux parents est en action, dans l’embryon. Ils travaillent dans le champ magnétique et éthérique de cet enfant, il a déjà été éduqué. Par la première éducation de toute, l’école maternelle, de Comenius.

Et finalement l’enfant nait, et il est né dans un foyer où il est heureux, où ses parents sont heureux de l’avoir, où la conception est intentionnelle et qu’ils vont en faire un aspect important de leurs vies. Ils ne vont pas faire appel à des gardiens, nounous, ou ce genre de choses, ils vont s’occuper de leurs enfants car ils sont là pour eux et pour servirent. Et avec de bons parents ce jeune enfant grandit jusqu’à la maternelle et commence à contacter le monde extérieur. Et à ce moment-là pour les parents se trouve le moment le plus dangereux de la vie car ils ne savent pas ce qu’il va devenir, et soudainement l’enfant s’échappe ; il va faire partie de ce monde qui est loin d’être parfait.

Mais ce n’est pas aussi terrible que ça, l’enfant a eu 7 années d’endoctrinement basique. Pas l’endoctrinement de mots et la lecture de sermons mais l’endoctrinement de faire actuellement partie de quelque chose qui est adorable, honnête, vraie, propre, et honorable. Cet enfant qui va à l’école ne va pas tomber immédiatement dans les corruptions des autres qui n’ont pas été élevés de cette manière, et plus tard il ne dira pas oui à l’infiltration des drogues, il ne deviendra pas un alcoolique, il ne fera aucune de ces choses car à sa propre racine il a expérimenté la vérité. Il a expérimenté la réalité dans l’utérus de la mère, et ça il ne peut pas la perdre. Et même s’il a des difficultés plus tard, ces difficultés provoqueront quelque chose à l’intérieur de lui ou d’elle qui résistera à la corruption.

Quelque chose qui dira « je ne peux pas le faire, je ne me sens pas bien, c’est contraire à ce que j’ai appris durant les cinq premières années de ma vie ». Et parce qu’elles sont les années de formation où l’enfant prend le contrôle du corps, il apprend à devenir conscient de ce monde, ce sont les années les plus importantes de sa vie.

Donc si nous pouvons amener un enfant jusqu’à sa huitième ou septième année, durant cette période d’un an à huit ans, nous pouvons amener cet enfant à la réalisation que c’est un monde merveilleux, c’est un endroit incroyable où être, c’est l’opportunité d’avoir une belle amitié, de profondes affections, et avec le temps de devenir parents d’une nouvelle génération. Si nous pouvons enseigner aux jeunes gens ce genre de chose, alors nous pourrons les envoyer à l’école publique, et ils changeront l’école.

Mais si la même famille divorce avant que l’enfant ne naisse, ou très peu de temps après, critique et se plaint sans arrêt, est ambitieuse pour des avantages matérialistes, est compétitive dans toutes ses activités, et ainsi de suite ; le pauvre enfant n’a aucune fondation. Il croit que la vie est conflictuelle car il n’a connu que ça. Et où cela arrive les choses ne fonctionnent pas très bien.

Donc le début de la réforme de l’éducation est que l’enfant doit la recevoir de ses propres parents, pas l’ABC ou 2.4.6, mais par les simples expériences de la vie en tant que belle nécessité dans laquelle il est important que chacun enrichisse ses valeurs, et reste propre peu importe les circonstances qui nous entourent dans la vie. Si nous pouvons faire cela nous aurons un bon démarrage d’une loi éducative. Et je pense qu’elle vient ! Chaque jour nous entendons plus à propos de ces changements qui doivent survenir.

Nous observons de plus en plus les circonstances malheureuses de négliger l’intégrité au nom du profit. S’il doit y avoir une amélioration dans le siècle à venir, ce sera de travailler pour les principes et la vérité et pas uniquement pour les profits. Car le profit est quelque chose qui a juste amputé les capacités de notre planète, nous ne pouvons pas continuer d’être une planète de profit pour toutes les préoccupations. Il n’est pas possible non plus d’autoriser ceux qui ne profitent pas à simplement pourrir ou de faire révolutions sur révolutions dans le but de restaurer une forme d’équilibre. Toutes ces choses sont stupides, inutiles et des évidences d’égotisme excessif et réticence d’affronter les réalités de la vie.

Donc nous lisons les journaux, nous observons des programmes occasionnels à la télévision dans lesquels nous savons que les gens essayent. Mais la plupart des gens essayent sans savoir comment y arriver, ils écrivent au nom de leur meilleur candidat ou ce genre de choses, mais ils ne savent vraiment pas comment arriver à la substance du changement nécessaire. Si la plupart de ces jeunes gens ont des bébés ou de jeunes enfants, voilà l’endroit où le travail doit être fait. Un bon enfant qui démarre dans la vie peut sauver un empire, et nous ne savons pas qui le fera, mais cela devra être quelqu’un dont le dévouement devra être plus fort que l’ambition. Voilà la manière dont nous devons faire face.

A travers cette porte mystérieuse par laquelle nous venons tous au monde se trouve ce flot d’âmes sans fin, qui naissent et renaissent, qui viennent mettre la main à la pâte pour la formation d’un nouveau monde, et le mieux qu’on puisse faire est que quand elles arrivent, de leur donner les premières leçons, le premier grade de la juste manière de vivre. Et ces premières leçons auront plus de valeurs pour eux durant leur vie et pour le futur du monde que tous les diplômes académiques qu’ils pourront recevoir. Il est maintenant très important que l’éducation fasse partie de la vie publique. Nous, en tant que gens, devons nous éduquer les uns les autres.
Le système d’éducation ne peut pas échapper les frontières par lesquelles il a été limité. Ce n’est pas toute la faute de l’éducateur, c’est la faute de ceux qui ne veulent pas l’éducation, tout ce qu’ils veulent ce sont des cours pour faire du profit. Ils ne veulent pas devenir sage ils veulent devenir riche. Ils ne veulent pas devenir des serviteurs sincères d’une cause juste, ils veulent être des citoyens distingués connus pour leurs philanthropies, et l’argent de leurs philanthropies est utilisé pour soutenir les universités. C’est un modèle complètement inversé qui est faux.

Nous ne pouvons pas briser toutes ces lois mais nous pouvons nous assurer que nous ne les brisons pas à la lumière de la règle la plus fondamentale, d’avoir de nouvelles vies qui démarrent correctement sur cette planète. Et plutôt que de s’occuper de plein de choses dont nous ne pouvons rien faire de toute façon, nous devons essayer de nous occuper de ces choses importantes nécessaires et désespérées que nous affrontons de nos jours.

Il semble donc que si nous travaillons ensemble, nous allons avoir une nouvelle forme d’éducation, une éducation qui fera passer l’idéalisme en premier et qui prouvera que les choses divines sont plus fortes et plus réelles que les choses matérielles. Nous trouverons la nécessité d’une forme d’adoration dans laquelle les intégrités s’associent à notre vie quotidienne. Nous pouvons ne pas savoir d’où vient l’honnêteté ou pourquoi nous en avons besoin, mais si nous étudions l’histoire nous savons que nous en avons besoin. Et ces choses vont graduellement être tirées au clair si nous réécrivons plein de curriculums et obtenons un nouveau point de vue sur certains des buts essentiels de la vie.

Je pense que nous pouvons dire en toute sécurité que l’école de la Mère doit revenir et certains enfants seront dans les classes inférieures et d’autres dans les classes supérieures, et certains seront pris en charge par les enfants des classes supérieures ! Tout cela est merveilleux, ça fait partie de la vie, et si ces gens durant les années de formation sont heureux et s’aiment les uns les autres et travaillent ensemble, et réalisent que le bonheur de quelqu’un veut dire bonheur pour tous et qu’il ne peut y avoir du bonheur pour quelqu’un au détriment des autres. Quand ces choses deviendront plus ou moins visibles nous serons pratiques pour la première fois dans l’histoire du monde.

On nous dit d’être pratique, et pour nous pratique veut dire être riche, stylé et luxurieux. Actuellement, être pratique veut dire accomplir un maximum de bonnes choses pour le plus grand nombre, et nous achevons cela en faisant des changements dans nos propres vies. De meilleurs foyers dans notre monde réduiront les guerres et les révolutions, détruiront de ces délinquances notoires, se débarrasseront de ces dictateurs fanatiques, et toutes ces choses qui font partie d’une tragédie matérialiste, et on nous le permet simplement parce que nous avons eu la prévenance, ou la capacité de comprendre, de réaliser que nous devons parfois grandir par l’expérience ! Nous devons souffrir un peu alors que nous avançons.

Que la souffrance que nous produisons à la fin, le mieux le monde sera pour tout le monde et qu’elle en valait vraiment la peine. Nous devons apprendre au XXIè siècle que l’éducation commence dans le foyer et se répand de la tête partout dans le monde et que l’individu qui débute correctement avec des motifs qui sont vrais, s’en sortira.

Je connais plusieurs familles dans lesquelles elles n’ont jamais été particulièrement riches et ne seront jamais riches, mais elles sont très heureuses ensemble ! Elles sont bien plus heureuses que ces familles dans lesquelles l’extravagance est l’ordre du jour. Elles ont ce qu’elles ont car en tant que famille, elles sont sensibles, elles s’aiment, elles travaillent ensemble, elles s’amusent ensemble. Et chacune ont cette croyance profonde envers les intégrités de la famille. Ces familles sont heureuses ! Vous trouverez rarement voir jamais une famille très riche, autoritaire et puissante qui est heureuse. Il n’y a rien d’autre que des dommages, il n’y a rien d’autre que de l’agression dans ces familles qui sont dominées par le syndrome de la fortune.

Actuellement donc nous devrions tous nous éduquer nous-même un petit peu pour ce qui arrive. Si nous faisons partie du groupe âgé qui a peu de chance de traverser le prochain siècle, alors peut-être nous devrions appartenir au groupe de ceux qui sont encore plus vieux ! Qui ressentent la misère et le mystère de l’âge. Qu’il n’y a pas à s’inquiéter de quoi que ce soit. Tout ce qui est nécessaire c’est que le moment où nous nous trouvons renseigné ; une femme a dit à un philosophe Grec qui était allongé sur son lit chez lui, ses amis étaient tous regroupés au centre de la salle principale parce qu’il était entrain de mourir, ils étaient tous là pour être avec papou jusqu’à la fin, et l’un des membres a grimpé pour voir ce qu’il faisait dans la chambre du fond, et il était un tout petit peu assit et il avait ses mains à côté de ses oreilles et il écoutait avec attention tous les bavardages de la salle principale.

Et elle est allée le voir, « Grand père, pourquoi vous écoutez comme cela vous allez mourir dans quelques heures », et le grand père à répondu « Eh bien, c’est probablement vrai, mais alors que je suis vivant maintenant et comme je suis vivant je peux apprendre. » C’est une bonne attitude.

Alors que nous sommes vivants nous pouvons apprendre. Alors que nous sommes vivants nous pouvons avoir une meilleure destinée. Nous pouvons accomplir quelque chose de grand vers la fin de notre vie qui nettoie toutes nos erreurs et mauvaises intentions. Nous pouvons nous retirer silencieusement vers la réalisation de ce que nous avons essayé d’accomplir et des choses que nous avons rêvées, et les espoirs que nous avons pour le futur. Mais avant d’avoir un monde en paix dans lequel il est bon de vivre, les êtres humains en tant que groupe doivent croire en un futur.

Ils doivent croire que s’ils sont jeunes le futur se passe maintenant. S’ils sont vieux leur futur est ailleurs. Mais dans tous les cas il y a un futur. La mort est certaine pour les vivants, la naissance est certaine pour les morts dit le Bhagavad-Gita. Et nous sommes tous ici pour une quête éternelle pour les réalités, la vérité et cette forme de sagesse intérieure qui est cette paix qui est la compréhension passive. Nous sommes ici pour grandir, aimer et servir. Et si nous accomplissons ces recommandations nous ne ferons plus d’erreur comme maintenant. Et un monde qui devient conscient de cela et commence à le faire progressera très rapidement.

Et je pense qu’entre maintenant et la fin de ce siècle nous découvrirons de grands changements dans le domaine de l’éducation, nous découvrirons de nouvelles approches à l’idée d’apprentissage, nous devrions essayés de comprendre comment un jeune diplômé cum lade de l’université prend des narcotiques en même temps. Ces choses nous présentent comme dans le cas de la majijuana, cocaïne, héroïne, alcool, ces choses nous présentent toutes le fait qu’en tant qu’individus nous n’avons pas été éduqué à être forts, nous n’avons pas été éduqué à pencher vers ce qui est juste, nous n’avons pas été éduqué à placer le meilleur de nous-même à la tête du moindre. Nous savons que toutes ces mauvaises habitudes vont nous tuer, ou bien tellement nous détruire que nous serons impuissants ; mais jamais nous ne réalisons que le moment où nous nous sentons faire 10 mètres de haut est la chose la plus importante. Si nous mourons demain ce n’est pas trop important. Mais cette sensation de faire 10 mètres de haut est rentrée en nous.

Actuellement, à ce moment, le monde moderne a l’impression de faire 10 mètres de haut. Tout est gigantesque, il y a des petits problèmes comme des guerres mondiales mais elles vont passer. Tout le monde sera riche, tout le monde aura sa propre vie, personne ne sera responsable, la cité prendra en charge les jeunes, une autre cité prendra en charge les vieux, et chaque individu se débrouillera et tout cela au nom de la génération du plaisir. C’est ce qui s’appelle un « high ». C’est la même chose que prendre de la cocaïne et avoir l’impression de diriger le monde.

Le monde a été nourrit de fausses lois, fausses doctrines, fausses croyances, fausses allégeances, jusqu’à ce que désormais nous ressentons que nous sommes la créature la plus parfaite qui a jamais vécue. Mais si nous les réexaminons nous devons réviser les estimations d’une certaine manière. Nous devons réaliser que dans la dernière génération nous avons brisé plus de lois naturelles, nous avons fait mauvais usage de plus de produits naturels, nous nous sommes impliqués nous-mêmes dans des situations de plus en plus surnaturels comme jamais auparavant dans l’histoire.

Nous avons brisés des lois qui nous infectent désormais et que nous ne savions pas qu’elles existaient. Nous avons fait tout ce que nous avons pu juste pour faire ce que nous voulions faire maintenant, et les circonstances ne veulent pas dire grand-chose car nous allons mourir de toute façon.

Cette pensée doit partir. Et si elle ne part pas d’une manière elle ira dans des grandes guerres de bombardements atomiques. Mais elle n’a pas à le faire. Si nous sommes certains que plein de gens tombent à cause de leurs injustices, la bonne personne ne bougera pas.

Nous ne tomberons pas individuellement ou collectivement si nous conservons les lois, servons la vérité, et faisons nos devoirs quotidiens du mieux que nous pouvons, nous aurons la paix de l’esprit et la paix de l’âme, et parce que nous le faisons correctement nous sommes aptes à recevoir une aide meilleure. Et l’individu ne mourra plus à cause d’un arrêt cardiaque à ses 40 ou 50 ans. Toutes ces choses viennent en tant que résultat de changements dans notre mode de vie. Vivez droits et nous vivrons droits. Vivez droits et les choses vont s’arranger.

Nous ferons du mieux que nous pouvons au maximum de nos capacités et passerons à notre descendance un héritage de bons exemples. Si nous faisons ces choses nous n’avons pas grand-chose à nous inquiéter. Nous pourrons ensuite passer nos journées paisiblement, apprécierons les techniques et les arts, participeront dans toutes ces choses qui sont utiles. Mais nous éviteront prudemment n’importe quelle forme d’activité qui blesse inutilement n’importe quelle autre créature.

« Vivez en harmonie » comme l’a dit Gandhi. Vivez aussi loin que possible pour aider le moins et pas le blesser. De ne pas aller dehors pour massacrer des animaux mais de s’en occuper. Ne pas aller dehors pour massacrer d’autres êtres humains mais de les sauver. Ne pas aller dehors pour rendre techniquement esclave, bien que nous n’utilisions pas le terme, de millions d’êtres humains. Toutes ces choses causeront des soucis. Et si nous corrigeons les erreurs en nous-même nous en finiront avec la souffrance mondiale, et l’école devrait enseigner cela !

L’école devrait enseigner l’étudiant qu’il est une cause potentielle de bien s’il est prêt à accepter la responsabilité. Et s’il n’est pas prêt à accepter les responsabilités il est évidement stupide pour la communauté de l’éduquer. Mais il le fera ! Avec de bons exemples, de bons encouragements, de bonnes inspirations, d’accepter ce challenge de vivre mieux. Il sera fier d’appartenir à une génération qui fait une contribution au futur.

Toutes ces choses sont possibles pour lui et il peut les faire, mais il a besoin d’un peu d’aide à ce moment. L’école devrait commencer à lui enseigner ce qu’il devrait être plutôt que le préparer à servir comme un robot dans une forme de système économique. Toute la théorie d’économie robotique que nous connaissons maintenant est une théorie en voie d’extinction. Elle ne peut pas survivre, elle ne peut pas perdurer, et elle ne peut pas être profitable.

Mais elle fascinera toute sorte de gens qui adorent les gadgets, et qui perçoivent tous les changements en termes de « progrès » et n’importe quelles complications est une chose de joie et de beauté pour toujours. Ce genre de réflexion n’est pas particulièrement bon. Mais si nous travaillons comme il se doit et si l’école revient, pour arriver au cœur du problème, sachant que les faits que nous savons sont vrais, et que nous pouvons le prouver pour 5000 ans d’histoire écrite, et 50 années de misères apparentes. Nous pouvons prendre en considération et comprendre toutes ces choses.

Si nous nous mettons ensemble nous pouvons devenir des membres d’une planète et la Terre elle-même sera la grande université ! Nous sommes tous à l’école. D’ici ça n’en a pas l’air, mais c’est la petite école rouge. Et nous sommes tous dedans. Et il est temps de faire graduer de plus en plus d’étudiants honorables pour l’avoir fait correctement.

Les temps de jouer du Hockey, et se la jouer prudent et ne pas écouter les leçons, et essayer d’échapper aux responsabilités ; ces temps sont terminés car le monde ne peut simplement plus supporter les abus qui nous puniront.

L’heure est venue pour la régénération de ces choses. Une réformation universelle des relations humaines. En ayant l’accent sur l’unité autour de la famille mondiale, la reconnaissance que nous formons tous un seul groupe. Et ce groupe dépend de sa propre structure interne pour survivre. Et si nous travaillons ensemble nous pouvons survivre, nous pouvons nous protéger, nous pouvons faire toute sorte de bonnes choses. Mais si nous continuons de payer quelqu’un pour le faire à notre place, nous serons dans la condition dans laquelle nous sommes maintenant indéfiniment.

Il est temps de faire nos propres choses et de le faire correctement.

Fin de la série sur l’éducation


Publié le 16 août, 2011 dans Education, Manly Palmer Hall, Nouvel Ordre Mondial, Philosophie.

Laissez un commentaire