Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’éducation au 21è Siècle part I

L’éducation au 21è Siècle part I

Par Manly P Hall traduit par le webmaster [page d’accueil de la série]

Ce matin nous avons un sujet qui se rapporte au futur de notre monde, nos nations et nos familles. Et je vais revenir 2500 ans en arrière pour récapituler le problème en quelques mots. Par les mots choisis par le philosophe Confucius de la Chine, il a dit avec des termes simples, « Comme va la Famille, va la Nation ». Aucunes exceptions à ça, aucunes variations, aucunes excuses pour ne pas faire. Si la vie familiale d’un pays failli, la faillite du système politique entier est inévitable. Cela était il y a bien longtemps, nous avons accumulé plein d’expériences depuis, et aussi loin que je peux le voir, il n’y a pas d’expérience qui justifie la pensée que cette déclaration n’est plus active et importante.

Au 17è siècle un éducateur Moravien, du nom d’Amos Komensky, Comenius en latin, qui a établi ce qui est désormais perçu comme la première idée d’un système d’éducation publique en Europe. Il réalisa que l’éducation était nécessaire non seulement pour la maintenance des gouvernements mais pour l’encouragement et l’avancement des gens. Et il suggéra un point très important, où est-ce que l’éducation démarre ? Il a dit, c’est difficile de dire exactement quand, mais c’est définitivement là le moment où un enfant est né. Un enfant qui n’a aucune éducation jusqu’à ce qu’il aille à l’école, est presque un échec. C’est uniquement par un effort gigantesque circonstanciel qu’il surpassera l’ignorance primaire. Et la connaissance primaire est une connaissance par des exemples et l’environnement. La connaissance primaire est dans le foyer, où les membres travaillent ensemble pour le bien commun. La connaissance primaire est la responsabilité dans laquelle chacun partage le labeur des autres. Quand cela n’est pas accentué, et que l’individu n’est pas privilégié dans cette voie, ou le foyer est détruit par une variété de circonstances, la survie nationale est menacée. Il ne peut y avoir une négligence des lois basiques de la Nature sans avoir un résultat nuisible pour tout ce qui est concerné.

Donc Comenius a dit que nous démarrerons par l’école Maternelle (école de la Mère). L’enfant apprend comment vivre le moment où sa vie démarre, et des recherches au moment présent semblent indiquer que l’enfant est conscient des circonstances avant même de naître. Il n’hérite non seulement pas le corps des parents mais il hérite aussi des sous-entendus psychiques, des pressions, et des problèmes qui ont dominés la vie des parents.

Le foyer brisé est désormais une menace pour la survie de l’enfant, ses enfants, et leurs enfants, pour 10 générations. Nous avons complètement oublié les responsabilités qui viennent en naissant dans ce monde. Nous avons oublié ce que beaucoup d’anciens considéraient être vrai et cela est que le monde lui-même est la première école, l’académie basique de tous les arts et sciences, et uniquement par la sagesse, l’intégrité, et l’effort constant pouvons-nous espérer passer l’examen de l’université de l’humanité.

Donc au début de son traité sur les enfants et l’éducation, Comenius mentionne l’Ecole de la Mère. L’Ecole Maternelle est l’école où l’enfant apprend assit sur les genoux de sa Mère. Elle lui raconte une histoire, elle donne l’exemple, elle reste patiente en la présence de stress, elle est raisonnable dans toutes les relations qu’elle a avec ses enfants, il n’y a pas de favoris, mais continue d’inculquer l’instinct maternelle de gentillesse et d’amour. Cela rentre dans l’enfant et il a 1 an ou 6 mois, ou 1 mois, et commence à modeler le caractère de cet être humain.

A moins qu’il n’y ait une forme de considération, pour l’instruction et l’environnement les deux ensemble, nous n’obtiendrons pas de réponse à notre problème. Et dans à peu près 12 ans nous arriverons dans la prochaine génération et le prochain siècle, nous allons amener dans le futur le produit d’aujourd’hui, et il serait probablement très bien de réaliser qu’on nous a donné 12 années supplémentaires pour se dépêtrer de certains problèmes d’aujourd’hui. C’est sans aucun doute la génération la plus difficile jamais enregistrée dans l’histoire. Cette difficulté n’est pas innée, n’est pas inévitable, et n’est pas prédestinée. Elle est le résultat d’une série d’erreurs, d’échecs d’adaptation aux faits. Et la source la plus importante de cette information dont nous avons besoin, est l’éducation. L’éducation doit être à la fois l’instruction et la pratique de la chose. C’est par l’éducation et la dépendance à certains faits de la Vie, nous devons apprendre des livres et aussi apprendre en faisant, et faire partie d’un Commonwealth constructif assure le développement de la profondeur de l’enfant.

Sur les genoux de sa mère l’enfant apprend les principes primitifs de la Religion. Aujourd’hui nous commençons à réaliser, et particulièrement dans les pays communisés, que le manque d’intention et d’instruction religieuses devrait être considéré comme la cause basique du déclin d’une vaste structure politique. Nous ne pouvons aboutir à aucune condition mondiale à moins que dans le cœur des individus il n’y ait une reconnaissance des intégrités universelles, des droits universels, et savoir qu’il y a un plan en ce monde que l’homme ne peut briser sans punition.

Vous n’êtes pas destinés à l’étiologie, vous n’avez pas à assister à une église particulière, mais si vous ne croyez pas en un principe basique d’intégrité à la source de votre vie vous êtes en grand danger.

Comenius a commencé par cette idée de l’école maternelle, l’école dans laquelle l’enfant simplement apprend, il apprend son ABC, il apprend à parler avec les membres de la famille, il apprend les principes basiques de la courtoisie, de la gentillesse, de l’attention, de la patience, il apprend aussi à coopérer avec les membres dans leurs tâches et de réaliser dès le début que la vie n’est pas juste fun. Nous devons faire ce qui doit être fait et apprécier de le faire.
La famille n’a pas toujours été fun, la famille vaut plus que n’importe quelle douleur qu’elle peut causer, car c’est la source de la sécurité ultime finale et de l’intégrité de tous ses membres. Quand la famille a commencée à faillir, le monde est tombé dans une circonstance très désespérée.

La chose suivante que Comenius prenait en considération était comment préparer un curriculum. Comment les enfants devraient aller à l’école ? Eh bien, s’ils ont été proprement élevé chez eux, jusqu’à la septième ou huitième année, ils ont très peu de chance de se faire ruiner par l’école. Ils peuvent ne pas être totalement éduqués par elle, mais s’ils peuvent aller à l’école sans participer aux corruptions sur le campus, s’ils peuvent aller à l’école et apprendre du mieux qu’ils peuvent en étant sincèrement intéressés par ce qu’ils apprennent, ils obtiendront une certaine quantité, en présumant que le tempérament, la disposition et l’intégrité sont déjà présents en eux-mêmes.

De la famille ils ont obtenu la connaissance du bien et du mal, ils ont obtenu la connaissance de ce qui peut être fait en toute sécurité dans une communauté sécurisée, et des choses qui ne peuvent pas être faites en sécurité. Donc l’enfant a déjà un code moral avec lequel il teste l’éducation qu’il reçoit. Et si vous commenciez à utiliser ce code moral cela ferait toute la différence dans ses convictions éducatives. Maintenant au moment présent bien sûr, il est requis de passer dans un certain système d’éducation. Cette éducation est très largement rejetée, elle ne fournit largement pas l’enfant sur ce qu’il doit savoir. Il n’est pas nécessairement suffisant d’apprendre à l’enfant de lire d’écrire et de compter, ces choses aident évidement, mais il n’est pas nécessaire de faire cela sans démontrer à l’enfant l’utilisation correcte de lire, d’écrire, et de compter.

De nos jours le public lecteur est complètement démoralisé. Personne ne sait quoi trop lire à moins que quelqu’un ne mentionne la chose comme importante à lire. Donc l’utilisation de papier aux USA et certains pays Européens est prodigieuse, nous produisons en papier des milliers et millions de livres qui n’ont pas pu se vendre. Donc la lecture est un art discriminatoire. L’individu lit ce qui est important, il lit ce qui est nécessaire pour lui donner une plus ample illumination et une meilleure base pour l’action personnelle.

L’écriture est aussi très importante, car il doit mettre à l’écrit ses propres pensées. L’écriture est importante pour signer des contrats. L’écriture arrive toujours dans la vie pour une chose ou une autre. Mais l’écriture est aussi gouvernée par les lois de l’intégrité. De nos jours nous souffrons d’écritures qui manquent d’intégrité complètement. Nous sommes saupoudrés de la littérature qui nous détruit et rend débile. Nous écrivons des livres qui n’auraient jamais du être publiés, et nous regardons des films basés sur des livres qui n’auraient jamais dû être écris. Nous avons complètement oublié l’intégrité de ces choses, donc écrire est désormais un problème de savoir griffonner ce que vous voulez penser ou ce que vous pensez, que ce soit important ou pas.

L’arithmétique est très importante pour tout le monde, c’est une des sciences sacrées de l’antiquité. Mais c’était une science par laquelle l’être humain peut découvrir la source de lui-même. Le grand symbolisme de l’univers, l’astronomie, l’astrologie, tous les grands arts de la médecine, dépendent d’un degré d’arithmétique. Donc l’arithmétique peut donc être très utile, elle peut être une science en elle-même, elle ouvre la porte sur plein de domaines d’apprentissage, mais nous l’utilisons uniquement pour calculer les profits et pertes. Nous ne réalisons jamais qu’elle a un but autre que faire commerce, ou additionner pour voir si les informations de nos taxes sont correctes ou quelque chose de la sorte.

L’histoire complète des mathématiques, sa fascination telle qu’elle est révélée dans les écrits de Pythagore, nous l’avons complètement ignorée. Donc nous avançons en utilisant uniquement la surface de la connaissance en évitant méticuleusement de prendre conscience des profondeurs des valeurs et réalités qui sont sous la surface.

Comenius nous dit aussi qu’il est très important à l’école Maternelle d’apprendre les lois de l’intégrité et dans l’éducation de devenir conscient de deux réalités basiques : L’une est l’importance de l’origine de l’histoire telle qu’elle est construite, l’histoire montre exactement ce qui arrive aux gens qui font exactement ce qu’ils font. L’histoire est un comte de désenchantement. C’est aussi l’histoire des conséquences inévitables dû aux erreurs. Elle montre un autre exemple de comment nous nous sommes graduellement séparés de toutes les valeurs qui sont permanentes et toutes les réalisations qui auraient pu faire progresser notre destinée, et que nous sommes complètement paumés dans une technique complexe de survie, une survie que d’une manière nous devons couper comme Alexandre coupa les nœuds gordiens. Nous ne pouvons pas continuer de cette manière.

Toute forme d’apprentissage est importante si elle nous aide à comprendre la vérité universelle. Lord Bacon dans son Novum Organum démontre clairement que le nouvel organe d’apprentissage est la capacité de l’individu à interpréter les significations, les causes et les résultats inévitables des choses qui se passent. L’individu pourrait estimer scientifiquement ce qui arrive à un foyer brisé, la science de nos jours n’est pas trop intéressée par cela, elle considère largement cela en tant que problème social. Nous ne pouvons rien considérer de « social » aussi longtemps que cela dépend des lois universelles pour son accomplissement. Ce qui est voulu par les lois naturelles ne peut pas être renié par l’homme peu importe son optimisme sur le sujet.

Donc Comenius continua à démontrer l’importance cruciale d’apprendre de ce qui est évidement vrai. Il nous dit que nous pouvons étudier l’histoire de toute l’humanité en étudiant une famille, que nous pouvons étudier toute l’histoire du monde en étudiant le règne d’un seul roi ou dirigeant. Nous pouvons toujours découvrir ce qu’il se passe si nous sommes prêts à le regarder. Nous savons ce qui fait couler des nations, nous savons ce qui les font. Nous savons que la plupart sont fondées par des militaires et enterrées par des philosophes. Nous savons que toutes ces vérités sont disponibles.

Nous pouvons dire maintenant très facilement l’histoire de César, nous savons ce qui est arrivé à Napoléon, nous sommes assez conscients que Gengis Khan a été attaché à son cheval après sa mort, pour éviter que ses partisans ne sachent qu’il est mort. Nous savons toutes ces choses ; nous réalisons ce que les guerres ont fait, leurs causes, et comment elles ont détruit le labeur des âges. Nous faisons exactement la même erreur et ne faisons rien pour changer la situation.
Nous avons une sensation et qui est apparemment assez répandue, que nous pouvons acheter la liberté des conséquences de notre conduite, que nous pouvons trouver certaines manières d’échapper à la destinée naturelle des causes par certains avantages financiers. Si nous pouvons acheter la bonne volonté de quelqu’un, nous pouvons avancer avec, si nous perdons cette bonne volonté, nous perdons notre travail. Donc rien ne subsiste de l’intégrité à part ce que nous devons faire dans le but de maintenir ce que nous percevons être le juste niveau de la civilisation.

Selon moi je pense qu’il y a un autre point intéressant qui est qu’une culture matérialiste, que Confucius et Comenius démontrèrent, est vouée à faillir, il n’y a aucun moyen de la maintenir car [ceux] qui ne peuvent pas agir selon ces idéaux ne sont pas plus hauts que ceux des pertes et profits quotidiens. [Because no one can behave those ideals are not higher than those of daily profit and loss.]

Nous ne pouvons espérés créer un monde éduqué si l’éducation est uniquement focalisée sur l’accumulation de biens. Nous allons à l’université car nous désirons un meilleur type de travail. Nous pensons qu’avec le bon alphabet après nos noms nous sommes tenus en haut lieu dans la structure économique. Quelques fois nous le sommes, la plupart du temps nous ne le sommes pas. Mais dans n’importe quelle circonstance nous croyons que l’éducation nous fournit en amélioration dans les professions.

Je connais au moins trois personnes qui ont été à l’école pendant plus de trente années, ils n’ont pas seulement été dans les écoles basiques, ils sont aussi allés à l’université, puis ils ont pris des cours supérieurs, et ils ont pris des cours supérieurs pour ceux qui ont déjà passés les cours supérieurs, et l’un d’entre eux est un charpentier, un autre continu d’aller à l’école et il continuera probablement ainsi jusqu’à la fin de sa vie, il a appris toutes ces choses mais il n’ a jamais eu le temps de faire quoi que ce soit avec, c’est probablement un cas exceptionnel.

Mais le passé demeure et il est assez évident, que nous ne sommes pas capables de rendre la situation vitale à cause de notre propre attitude envers l’éducation. L’éducation doit être basée sur l’idéalisme basique, elle doit être basée sur le fait qu’il y a des règles et lois dans la vie que les êtres humains ne peuvent pas briser et qu’au-delà de toutes probabilités ceux qui sont au-dessus du niveau humain ne peuvent pas briser ces lois non plus.

Il y a des lois qui sont immuables et ces lois devraient être comprises, nous avons des projets de recherche pour découvrir s’il y a finalement de la vie sur Mars, mais nous n’avons aucuns projets de recherche pour découvrir ce que la loi universelle demande de nous. Nous n’obtenons pas un code propre de vie de tout ce savoir. Nous n’avons pas une compréhension juste acceptée par tout le monde, que les lois du mysticisme et de la vie spirituelle sont autant exactes que les lois de la physique. N’importe où une loi est une loi, l’être humain peut l’obéir ou la briser. S’il obéit il en obtient des avantages, s’il la brise il se punit lui-même.

Ce genre de pensée est basique pour les gens qui ont étudié n’importe quel domaine de l’apprentissage. Il n’y a aucune manière possible dans laquelle un processus d’apprentissage peut fermer les yeux sur un faux standard de code de conduite. Fermer les yeux finit tout le temps en tragédie.

Pour revenir au concept de Comenius, qui est plutôt bon je pense et qui nous est parvenu du 17é et 18è siècles, nous devons avoir un système éducatif qui empêche l’individu de briser les lois de ses relations avec la vie, avec la nature, et avec peu importe ce qui peut être immuable dans le plan divin, dans les cieux, et immuable sur Terre. Ces règles doivent être comprises.

La vertu dans l’analyse finale est l’obéissance envers les lois qui gouvernent la vie. L’individu vertueux n’est pas l’optimiste, mais le gardien de la loi, celui qui est dédié à préserver les valeurs peu importe où elles se trouvent. Il n’y a aucun doute au monde que dans cette période particulière entre maintenant [1988] et la fin de ce siècle, nous avons une grosse liste de tâches ménagères qui doivent être faites. Nous devons changer un grand nombre de nos attitudes envers la vie, vivre, les professions, les arts, les sciences, la musique, les drames, le théâtre, nous nous trouvons dans un champ d’exploitation constante.

L’exploitation a si peu de valeur qu’il est difficile de la considérer. Quelque part quand nous retirons de l’individu le concept d’immortalité personnelle ou détruisons sa croyance en un pouvoir divin, quand nous lui faisons cela nous le dirigeons vers une situation qui ne peut être portée avec dignité. Nous le dirigeons vers une frustration complète, et de cette frustration vient le résultat naturel du matérialisme. S’il a ingurgité du matérialisme suffisamment longtemps et prudemment, il va devenir ce que vous pouvez appeler une personne enfantine en quête de fun. Il va faire de la vie un jeu. Cela peut être un jeu financier, un jeu professionnel, un jeu de sport ou autre, mais la vie va devenir une forme de jeu. La raison pourquoi il la prend ainsi est qu’il assume qu’il n’a aucun avenir. S’il assume que quand il sera allongé dans sa tombe ce sera la fin pour lui pour toujours, ensuite il semble alors n’y avoir aucune raison de cultiver quoi que ce soit à part faire ce qu’il désire faire.

Mais il y a deux défauts à cela : Il n’est pas tout seul dans ce monde, il y a 6 milliards d’entre nous en ce moment, et quand chaque individu fait juste ce qu’il a envie de faire le chaos nous guette sous toutes ses formes. Pratiquement tout ce que nous faisons est une violation du bon sens, une violation des intégrités de la vie, nous accumulons des fortunes énormes dans le but d’avoir un peu d’agitation et cependant nous ne pouvons pas emporter un seul centime avec nous de cette vie.

Nous venons dans cette vie avec rien d’autre que nous-même et ne laissons rien d’autre que nous-même. Pourquoi donc cette vie doit être si frénétique ? Si nous ne croyons en rien du tout, alors nous ne croyons en rien nous pourrions juste être sobre en rapport avec le sujet et se dire à soi-même le mieux que je puisse faire si jamais je disparais pour toujours est d’avoir la meilleure vie possible alors que je suis ici, de rendre autant que je le peux un maximum de gens heureux, de faire une contribution aux gens du futur qui vont finir allongé dans l’obscurité comme moi. Plutôt que penser de cette manière l’individu préfère se tourner vers les narcotiques et etc.

Toutes ces choses sont des évidences que le système éducatif a désespérément besoin de réarrangement, réorganisation et régénération. Le système d’éducation qui cherche des faits, et qui découvre les faits basiques, et qui finalement fait quelque chose avec.

Ce n’est pas toujours la faute de l’éducateur nous ne souhaitons pas le condamner pour ça, ce n’est pas sa faute, c’est une combinaison de différents flots traditionnels qui sont en conflits les uns les autres et empêchent la victoire de n’importe quelle intégrité sur les confusions de l’activité moderne.

Nous sommes en conflit constant entre les niveaux de notre pensée, si nous pensons à l’art un moment, le moment suivant nous pensons à notre stock en bourse. Nous sommes mélangés à toutes sortes d’attitudes et croyances dont la plupart sont une perte de temps et encore plus une perte d’argent, et nous suivons toutes ces choses car on nous l’a enseigné. L’éducation a été faite un instrument pour s’accorder à une société.

Cela a peut-être démarré en Nouvelle-Angleterre où les installations éducatives étaient limitées à l’élite, uniquement certaines personnes s’attendaient à être éduquées. Quand elles s’attendaient à être éduquées elles s’attendaient à s’assoir et à juger tout le monde en étant juste un peu mieux que tout le reste. Elles n’ont jamais eu de capacités, peut-être qu’elles n’ont jamais travaillé honnêtement une seule fois dans leur vie, et qu’elles étaient supérieures simplement parce qu’elles étaient éduquées et liées par hérédité. Ce type de supériorité est bien sûr complètement faux et n’est rien d’autre que du snobisme.

Et elles continuèrent pendant très longtemps et même aujourd’hui encore nous avons la forte sensation que l’individu qui a assisté à une université très importante ou qui a pris des cours très importants et très spécialisés sur certains sujets, est assumé savoir plus ; mais ce n’est pas forcément nécessaire qu’il sait plus. Il est juste allé à l’école plus longtemps et a peut-être été exposé à des idées qu’il n’utilisera probablement jamais et qui n’étaient pas vraies en premier lieu. Donc nous ne pouvons pas dépendre sur ces choses pour nos actions, nos activités ou nos solutions.

Nous devons revenir en arrière et commencé à travailler sur nos propres natures et capacités. Nous devons travailler avec la base simple que la première chose que nous devons être dans ce monde est d’être des êtres humains honnêtes. A moins que nous le devenions il n’y aura jamais de paix, il n’y aura jamais d’égalité, de compréhension ou d’amitié, il n’y aura jamais de fin à tous les conflits et bouleversements à tous les niveaux de la vie. Nous devons être des gens honorables.

Suite : Part II


Laissez un commentaire