Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La mission américaine en Libye reste limitée, assure Obama

La mission américaine en Libye reste limitée, assure Obama

© Romandie

WASHINGTON – Le président Barack Obama a déclaré mercredi que la mission américaine en Libye restait limitée et que le débat au Congrès sur la constitutionnalité de sa décision d’entrer dans le conflit était motivé par des questions de politique politicienne.

En Libye, nous avons fait exactement ce que j’avais dit que nous ferions. Nous n’avons pas de soldats au sol (…), il n’y a pas eu une seule mort américaine. Il n’y a aucun risque d’escalade supplémentaire. Cette opération est limitée dans le temps et dans ses objectifs, a insisté M. Obama lors d’une conférence de presse.

La Chambre des représentants américaine, dominée par une majorité républicaine, a infligé la semaine dernière un revers au président Barack Obama en rejetant un texte qui autorisait l’intervention militaire en Libye – l’administration s’étant jusqu’à présent passée de consulter le Congrès à ce sujet au grand dam de nombreux parlementaires des deux bords.

La loi sur les pouvoirs de guerre oblige en principe l’administration à demander l’autorisation du Congrès pour engager des hostilités à l’étranger. Mais l’administration Obama a fait valoir qu’elle se contentait de soutenir l’action de l’Otan de façon limitée et que la notion d’hostilités ne s’appliquait donc pas à l’intervention en Libye.

J’ai eu l’occasion d’en parler et d’en reparler avec tous les membres du Congrès. Tout ce bruit est de la politique politicienne, a estimé M. Obama lors de sa conférence de presse.

La consultation (du Congrès, ndlr) est une bonne chose. Mais est-ce que notre intervention a violé d’une quelconque façon que ce soit la loi sur les pouvoirs de guerre? Non.

Si vous regardez en substance ce que nous avons fait, nous avons exactement fait ce que nous avions dit que nous ferions dans le cadre de la résolution des Nations unies et nous avons protégé des milliers de vies, a-t-il dit.

Grâce à cela, un homme dont le régime a soutenu des opérations terroristes contre les Etats-Unis a été mis au pied du mur et le piège est en train de se refermer sur lui, a-t-il poursuivi, affirmant que Mouammar Kadhafi, avant (les attaques dirigées par) Oussama Ben Laden, était responsable de plus de morts d’Américains que quiconque sur terre.

Selon M. Obama, nous avons entamé une opération limitée pour aider beaucoup de monde contre l’un des pires tyrans de la planète, quelqu’un que personne ne devrait vouloir défendre.

Et il faudrait que nous fassions parvenir un message d’unité à cet individu, sur le fait qu’il devrait se retirer et donner à son peuple l’opportunité de vivre une vie sans peur, a-t-il ajouté.

Et soudainement, cela devient le sujet à la mode pour certains membres du Congrès’ Allons, allons, a ajouté le président, d’un ton sarcastique.

C’est la première fois que la Chambre refuse une action militaire depuis avril 1999, lorsqu’elle avait, en vain, voté contre l’intervention du président Bill Clinton au Kosovo.

Ce vote, cependant, n’a aucune chance de mettre un terme aux bombardements américains en Libye qui durent depuis plus de trois mois.

Publié le 1 juillet, 2011 dans Conflits & Guerres, Etats-Unis, France, Maghreb.

Laissez un commentaire