Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un Sinistre Schéma de Cyber-Surveillance Exposé

Un Sinistre Schéma de Cyber-Surveillance Exposé

© Guardian, le 23 Juin 2011, par Barrett Brown (certains passages sont traduis avec google)

Lorsque le président Eisenhower a quitté ses fonctions en 1960, il donna un avertissement au peuple Américain.

« Nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié […] »

Soixante ans plus tard, le complexe militaro-industriel a été rejoint par un autre centre sans précédent qui s’est de plus en plus avéré être « un pouvoir mal placé »: le secret des dizaines d’entreprises connues collectivement sous le nom de Société Militaire Privée (intelligence contracting industry).

En Février dernier, trois de ces firmes – HBGary Federal, Palantir et Berico, connues collectivement en tant que l’Équipe Themis – ont été découvertes avoir conspiré pour avoir vendu leurs capacités de guerre de l’information aux entreprises qui espéraient se venger d’ennemis présumés, y compris les groupes activistes américains, Wikileaks et le journaliste Glenn Greenwald. Qu’une telle dynamique dangereuse était en action a seulement été révélée en raison d’un raid mené par les pirates associés au collectif Anonymous, qui entraîna la diffusion de plus de 70.000 e-mails en provenance de cadres de la société HBGary et affiliés à HBGary fédéral.

Après avoir passé plusieurs mois à étudier ces emails et avoir enquêté sur l’industrie qui y est dépeinte, j’ai révélé mon résumé d’un programme de renseignement américains classés connu en tant que Romas/COIN, ainsi que son remplacement à venir, connu en tant que l’Odyssée. Le programme semble permettre la surveillance à grande échelle de réseaux sociaux par le biais de choses telles que le traitement du langage naturel, l’analyse sémantique, l’indexation sémantique latente et informatiques des intrusions. Dans le même temps, elle implique aussi la diffusion d’un degré inconnu de l’information à une population donnée à travers une variété de moyens – sans aucune allusion au fait que la source réelle est des renseignements Américains. Des discussions éparpillées de services de traduction arabe peut indiquer que le programme cible le Moyen-Orient.

Malgré les détails que j’ai fournis dans le document – qui est aussi maintenant en la possession de plusieurs points de vente principaux de nouvelles et qui peuvent être publiés en totalité ou en partie par tous ceux qui se soucient de le faire – il reste beaucoup de choses qui ne sont pas claires à propos de Romas/COIN et les capacités qu’il comporte. L’information avec laquelle j’ai travaillée est presque entièrement constituée de la correspondance par courriel entre les dirigeants de plusieurs entreprises qui, ensemble, ont cherché à remporter le contrat pour fournir les exigences techniques du programme, et parce que beaucoup de discussions ont eu lieu dans des réunions et par conversations téléphoniques, les offres d’information reste largement avec des partenaires potentiels, l’utilité d’une capacité sur une autre, et d’autres indices étalés sur des centaines d’échanges par courriel d’un grand nombre des participants.

L’importance de ce programme pour le public ne se limite pas à son potentiel d’abus par des facettes de la communauté du renseignement Américain, qui a été longtemps proverbiale pour avoir utilisé abusivement d’autres de ses capacités. Peut-être l’aspect le plus étonnant est le fait que le partenariat des entreprises contractantes et les autres personnes morales qui ont travaillé pour obtenir le contrat ont été mis en mouvement, en grande partie par Aaron Barr, l’ancien PDG déshonoré ancien d’HBGary Federal qui a été au centre du complot de l’équipe Thémis visant à mettre les capacités de renseignement haut de gamme à la disposition des établissements privés. Comme je l’explique plus loin dans le rapport lié, ce seul fait devrait inciter une augmentation des enquêtes sur la manière dont cette industrie fonctionne et les menaces qu’elle représente pour les institutions démocratiques.

Au total, l’existence et la nature de Romas/COIN devraient confirmer ce dont beaucoup avaient déjà pris conscience au cours des dernières années, en particulier: les Etats-Unis et d’autres Etats n’ont pas l’intention de permettre aux populations de mener leurs affaires sans surveillance. Ces États ne devraient pas se plaindre quand ils se trouvent soumis à un examen similaire – que sera de plus en plus le cas au cours des prochaines années.


Laissez un commentaire