Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Répression meurtrière à la frontière entre la Syrie et le Liban

Répression meurtrière à la frontière entre la Syrie et le Liban

© Radio Canada

Des bombardements et des tirs des forces de sécurité syriennes dans le secteur de Tall Kalakh, près de la frontière entre la Syrie et le Liban, ont fait au moins huit morts, dimanche.

Le mouvement de contestation du régime de Bachar Al-Assad, qui se poursuit depuis deux mois, est violemment réprimé malgré des consignes inverses du régime.

Dimanche, des bombardements ont visé plusieurs quartiers de Tall Kalakh, à 150 km au nord-ouest de Damas. Sept personnes, dont deux femmes, ont été tuées. Trois des victimes sortaient d’une mosquée du centre de la ville. Selon Reuters, l’accès au principal hôpital de la ville était bloqué par les forces de sécurité.

À la frontière, des tireurs ont visé un groupe de quelques dizaines de Syriens qui tentaient de fuir Tall Kalakh à pied, tuant une femme et blessant six autres personnes, dont une fillette et un soldat libanais. Ces personnes voulaient emprunter le passage d’Al-Boqayaa pour se rendre à Wadi Khaled, au Liban. Ce point de passage est reconnu comme un corridor de contrebande, selon l’Agence France-Presse.

Le journal Al-Watan, proche du régime, affirme que des groupes armés ont fui les villes de Banias et Homs, deux villes occupées par les forces de Bachar Al-Assad, pour se réfugier à Tall Kalakh. Le journal ajoute que des « combattants » provenant du Liban sont venus leur prêter main-forte.

Au moins 700 morts et des milliers d’arrestations

Le mouvement de contestation, prônant d’abord la levée de l’état d’urgence et la fin de la suprématie du parti Baas en Syrie, a évolué vers un appel à la chute du régime Al-Assad. Au moins 700 personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont été arrêtées par les forces de sécurité depuis deux mois en Syrie. Des figures importantes de l’opposition ont été interpellées.

Dimanche, l’un de ces opposants, Riad Seif, a été libéré sous caution, selon ce qu’a indiqué à l’AFP un responsable de la Ligue syrienne des droits de l’homme. Les militants Catherine Talli et Ammar Aaryouti, le journaliste Malak al-Chanawani, l’écrivain Ammar Dayoub et le médecin Jalal Nawfal ont également été libérés.

Dans un communiqué, l’organisation Human Rights Watch a accusé les autorités syriennes de s’attaquer à des citoyens ordinaires réclamant des changements démocratiques sous le couvert d’une guerre contre le terrorisme. « Les autorités disent vouloir un dialogue national et elles le mènent avec des chars d’assaut », a résumé une femme ayant fui au Liban, en entrevue à la chaîne Al-Jazira.

Les informations en provenance de Syrie sont difficiles à vérifier ou confirmer, les médias internationaux étant pour la plupart interdits d’accès.

Radio-Canada.ca avecAgence France Presse et Reuters

Publié le 16 mai, 2011 dans Canada, Conflits & Guerres.

Laissez un commentaire