Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’UE réglemente mieux les médicaments à base de plantes

L’UE réglemente mieux les médicaments à base de plantes

© France Soir

L’Union européenne (UE) fait le ménage dans les médicaments dits « traditionnels à base de plantes ». Si la plupart d’entre eux sont gage de qualité, certains peuvent au contraire être dangereux pour la santé faute de réglementation très stricte en la matière. Un vide désormais comblé avec la mise en application le week-end dernier d’une loi européenne votée en 2004. A partir de maintenant, tous les médicaments « traditionnels à base de plantes » mis sur le marché ont été contrôlés et autorisés par l’UE. Une directive qui permet aux citoyens de l’Union d’être « rassurés » assure John Dalli, commissaire européen à la santé et à la politique des consommateurs.

Justifier de 30 ans d’utilisation sans danger

Les producteurs de médicaments qui souhaitaient obtenir ce label avaient sept ans pour faire les démarches. Si elles ont été simplifiées puisque l’UE leur a épargné les longs et coûteux essais cliniques, ils devaient fournir la preuve de l’innocuité de leur produit et surtout « apporter la preuve d’un historique de qualité avéré – en l’occurrence au moins trente années d’utilisation en toute sécurité, dont quinze dans l’Union ». Si un médicament à base de plantes n’a pas été enregistré et autorisé à la date du 30 avril, il ne pourra plus être mis sur le marché. Les médicaments concernés sont donc ceux à base de plantes, destinés à être utilisés sans la surveillance d’un médecin et qui ne sont pas administrés par injection. « Cette catégorie peut aussi comprendre des médicaments chinois ou ayurvédiques » continue la directive.

Les vitamines et minéraux pas interdits

« Nous voilà au terme d’une longue période de transition qui aura donné aux producteurs et importateurs de médicaments traditionnels à base de plantes le temps de démontrer que la sécurité et l’efficacité de leurs produits sont acceptables. A présent, les patients peuvent se fier aux médicaments traditionnels à base de plantes qu’ils achètent dans l’Union » s’est félicité John Dalil tout en rappelant que l’UE n’interdisait pas les vitamines, suppléments minéraux et autres tisanes, ni même les thérapies non conventionnelles et les thérapeutes qui les pratiquent, pas plus que l’homéopathie, les plantes elles-mêmes ou les ouvrages qui traitent des plantes.

Par Romain Katchadourian


Publié le 14 mai, 2011 dans Europe & UE, Santé.

Commentaires (1)

 

  1. téte verte dit :

    on ne peut pas breveter la nature , c’est donc pourquoi ils font sa pour le profit des médicaments chimique , ils l’ont fait avec le cannabis , le cannabis est une plante médicinale , qui soigne beaucoup de maladie , il peut étre fabriqué pour du textille , a savoir que la déclaration d’indépendance a était rédigé sur du papier de chanvre , breff , on gros ils nous bassinent avec leur prévention a 2 balles sur les risques liée au cannabis alors que ce n’est que pour enrichire les entreprises pharmacetiques

Laissez un commentaire