Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Rome bruit de la rumeur d’un séisme le 11 mai

Rome bruit de la rumeur d’un séisme le 11 mai

© Le Monde

Rome Correspondant – Jusqu’ici, tout va bien. Mardi 10 mai, Rome est confrontée à ses habituels embouteillages. Sur le Corso del Rinascimento, les autobus, bondés, voiturent leur habituel chargement d’employés pressés (ou pas) de se rendre à leur travail. Dans le centre historique entre le Panthéon et la place Navonne livrés aux touristes, nulle trace de panique et encore moins d’inquiétude. Au bar Milano, sur le coup de 10 heures, Sandra, la patronne, et ses quatre enfants préparent, comme tous les autres jours, les tramezzini (sandwiches de pain de mie) pour les petits creux des employés du Sénat tout proche.

Mais demain ? Demain c’est une autre histoire. Nous serons le 11 mai, date à laquelle devrait se produire, selon une rumeur aussi inexplicable que tenace, un tremblement de terre dévastateur dont l’épicentre se situera dans la capitale italienne.

Le quotidien La Repubblica y a consacré, mardi 10 mai, encore deux pages dans son édition de Rome sous le titre « Le syndrome du 11 mai ». « A Rome, on ne parle que de cela, peut-on lire. Il suffit de faire un tour sur les marchés de quartier, dans les cafés ou les bars, écouter les parents à la sortie de l’école, pour se voir poser la question fatale : ‘Mais toi, cette histoire de tremblement de terre, tu y crois ?' »

Malgré les démentis de la Protection civile et des scientifiques, rien n’y fait. La psychose gagne. Entre ceux qui ont vraiment peur et ont prévu de quitter la ville ce jour-là, ceux qui jouent à se faire peur, on ne parle que de ça. Sur Internet, il suffit de taper « terremoto » (tremblement de terre) et « Roma » pour que surgissent des milliers de pages, alarmistes pour la plupart.

« RIEN N’ARRIVE PAR HASARD SUR LA TERRE »

Le coupable de cette psychose s’appelle Raffaele Bendandi, mais il n’est plus là pour se défendre. Mort en 1979, à 86 ans, ce sismologue autodidacte aurait prévu à la date du 11 mai 2011 un violent séisme sur la capitale italienne. Hanté par les catastrophes sismiques fréquentes en Italie, cet homme a élaboré une théorie « cosmique » selon laquelle les secousses seraient provoquées par l’alignement de certaines planètes autour de la Terre.

De la même façon que la Lune influe sur les marées, des masses planétaires conditionneraient les oscillations de la croûte terrestre. Pour Bendandi, il suffirait de calculer la position des astres pour prévoir les tremblements de terre.

Snobé par les scientifiques de l’époque, le sismologue amateur mais entêté a déposé ses prévisions devant un notaire de Faenza, sa ville natale. Deux d’entre elles se réalisèrent à la date prévue. Mais la communauté académique continua de l’ignorer. Solitaire, il retourna à ses travaux répétant : « Rien n’arrive par hasard sur la Terre. »

Seulement voilà, l’Observatoire de géophysique Raffaelle Bendandi de Faenza où sont conservés les écrits, la bibliothèque et les instruments de ce scientifique, nulle trace d’une quelconque prévision pour le 11 mai à Rome. « Il y a effectivement sur certains papiers une série de dates, explique Paola Lagorio, sa directrice, mais elles ne sont suivies d’aucune autre indication. On pense qu’elles concernent des mouvements du Soleil ou des tempêtes magnétiques. »

« LÉGENDE MÉTROPOLITAINE »

Harcelé de coups de téléphone et de mails, l’Observatoire de Faenza a tenu à faire une mise au point sur son site Internet : « L’attribution de cette prévision à Raffaelle Bendandi est une ‘légende métropolitaine’ que nous avons démentie dans la presse nationale et internationale. »

Paola Lagorio raconte encore : « L’autre jour, un homme m’a téléphoné pour me demander s’il était raisonnable de réserver une chambre d’hôtel à cette date à Rome ! Qu’est-ce que j’en sais moi ?! Je ne peux pas dire aux gens de rester chez eux non plus. On ne sait jamais… »

Alors, à qui la faute ? La réputation maléfique du chiffre 11 ? Exorcisme collectif pour effacer les peurs du récent tremblement de terre du Japon et de celui du 6 avril 2009 à L’Aquila où de nombreuses alertes ont été ignorées par les autorités compétentes ?

Quoiqu’il en soit, de nombreux Romains choisiront, mercredi, de profiter du beau temps pour se rendre à la plage ou à la campagne, d’autres, en signe de résistance aux prophéties catastrophistes, se donnent rendez-vous via Facebook pour s’embrasser en regardant s’écrouler la ville.

L’Institut de géophysique et de vulcanologie de la ville éternelle (qui ne le sera peut être plus dans quelques heures) a choisi d’ouvrir ses portes toute la journée du 11 mai.

Un de ses dirigeants, Giulio Selvaggi, entend profiter de l’occasion pour faire de la pédagogie. « L’activité sismique à Rome est faible, explique-t-il, même si on peut ressentir les secousses qui se produisent dans les Apennins. Même si un tremblement de terre ne peut être prévu, on peut s’y préparer. En Italie, l’impact des séismes est comparable à ceux du tiers monde. Les conséquences de la la prochaine secousse dépendront aussi des choix que nous faisons aujourd’hui. »

Philippe Ridet


Publié le 10 mai, 2011 dans Le Monde, Numérologie, Prophéties & Prédictions.

Commentaires (2)

 

  1. Virginettecola dit :

    C’était pas en Italie finalement mais en Espagne… Pas si loin que ça…

Laissez un commentaire