Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

61 interpellations lors d’une manifestation contre la loi anti-burqa

61 interpellations lors d’une manifestation contre la loi anti-burqa

© L’Express

Une soixantaine de membres supposés d’un groupuscule islamiste ont été interpellés place de la Nation, à Paris, ce samedi 9 avril. Ce rassemblement avait été interdit la veille. Reportage.

Le « Collectif autour de l’unicité Tawhid » (Cadut) a lancé un appel à manifester ce samedi, contre la loi qui interdit le port du voile intégral, le niqab et qui doit entrer en vigueur lundi 11 avril. Ce collectif, connu en France sous le nom de « Cavaliers de la fierté » -Forsane Alizza- rassemble des salafistes anglais, belges et français. Il s’agit d’islamistes radicaux dont le but avoué est d’imposer la charia (loi divine musulmane) en France. Selon la préfecture de police de Paris, le Cadut entendait rassembler 100 à 200 personnes.

Mais lelle a préféré interdire la manifestation, craignant des affrontements avec des groupuscules d’extrême droite, comme Bloc Identitaire qui s’était illustré lors des apéros saucisson-pinard, ou Kop Boulogne, ces supporters du Paris Saint Germain, bien connus des services de police pour leur appétit de la bagarre.

Deux hommes arretés avant d’entrer dans Paris

Le collectif s’est tout de même rendu sur la place de la Nation. La police a donc procédé à l’interpellation de 61 membres supposés du groupe salafiste, dont 18 femmes, selon le directeur du cabinet du préfet de police à Paris. En effet, les deux sexes étaient appelés à manifester, mais séparément. Les hommes, avenue du Trône, les femmes, en niqab, à l’opposé de la place.

Deux hommes, fichés par Interpol, devaient rejoindre le petit cortège. M. Choudary a fait le trajet depuis la Grande-Bretagne, mais il a été arrêté à un péage à Senlis dans l’Oise. M. Belkacem venait, lui, de Belgique. Il s’est également fait prendre entre Amiens et Paris. Tous deux sont sous le coup d’un arrêté ministériel d’expulsion, ils seront reconduits à la frontière dans la journée.

Voici les détails de la plus grosse interpellation de la journée, côté hommes.

Face aux terrasses ensoleillées de la place de la Nation, cinq à six hommes, tous âges confondus, la tête couverte d’une calotte, la barbe longue, en tunique et en djellabah jusqu’aux chevilles, se sont rassemblés sur la place, au départ de l’avenue du Trône. « Nous sommes là pour discuter, pas pour manifester, s’énerve l’un d’eux, alors que les journalistes tentent de nouer le dialogue. On était en train de commenter les déclarations de la dame du PS! »

« Ne laissez pas ces jeunes dans l’obscurité »

Quelques minutes plus tard, ils sont rejoints par une dizaine d’hommes vêtus de la même manière. La police, en nombre, les encercle et leur demande de les suivre jusqu’au fourgon. L’un des hommes lance: « Vous ne m’avez même pas posé la question de savoir si je participais à la manif! Et vous voulez m’embarquer? J’étais peut-être pas né en 39-45, mais ça ressemble beaucoup à ça, ce que vous faites (sic). La vérité c’est que nous sommes en démocratie, alors nous sommes libres de manifester. » Un capitaine de police intime l’ordre à ses subordonnés de ne pas engager la conversation.

L’homme, désignant quelques garçons d’une vingtaine d’années, lance: « Ne laissez pas ces jeunes dans l’obscurité! Montrez-leur la lumière. Communiquons ensemble. » Le capitaine lance alors: « Vous n’acceptez pas d’obéir à l’ordre de dispersion, nous vous emmenons donc au poste de police afin de vérifier votre identité. » Personne ne bouge. L’un des jeunes manifestants s’impatiente: « On est chez nous, la France sera bientôt à nous. On est déjà 10 millions, bientôt 20, vous allez voir. Vous ne pourrez plus nous interdire quoi que ce soit. Ce pays est à nous. »

Lentement, le convoi marche vers le fourgon. Les forces de l’ordre ont encore fort à faire avec la vingtaine de manifestations prévues à Paris le même jour. A la différence que celles-ci n’ont pas été interdites.


Publié le 9 avril, 2011 dans Belgique, France, Islam, Société & Culture.

Commentaires (3)

 

  1. BOULEGON dit :

    ouai, bon, même dans beaucoup de pays musulmans les filles n’ont pas le droit de rentrer dans les écoles avec un voile sur les cheveux. En France il nous font de la provocation, si nous faisions la même chose dans les pays musulmans nous serions raccompagnés à la frontière ilico. Nous avons qu’à les raccompagner à la frontière. Moi je les aimes bien les musulmans, d’ailleurs chacun sa religion c’est normal mais qu’ils ne nous fasses pas chiez. Et je dit que les musulmans corrects et bien élevés qui sont écoeuré par le comportement de certains et qui ne disent rien n’ont pas de claouis. ( Et bien qu’ils continues à ne rien faire et ne se plaignent pas quand ils sont montrés du doigt ). Après ont les entends dire, [ ON NOUS AIMENT PAS ].

  2. naguima dit :

    Comme a dit une célèbre femme politique française : donnant/donnant. Lorsque les Occidentales vont dans ces pays, et bien, elles s’habillent comme en Europe, sans foulard sur la tête, jambes et bras cachés. Alors ces colifichet du Moyen Age pourraient passer inaperçus en France. Bon, cette demi-boutade mise à part, il y a la loi d’identification, il est normal de savoir à qui l’on a affaire. Après tout, les terroristes prospèrent plutôt dans ces pays-là.

  3. sk dit :

    La vrai raison de cette loi, c’est de permettre l’identification biometrique des individus.

    On vous demande deja des photos biometriques sur les nouvelles cartes d’identité, les cameras sont et seront de plus en plus nombreuses, et les logiciels de reconnaissance faciale dejà en service dans les aeroports et lieux sensibles n’auront plus qu’a etre utilisé pour un parc de cameras toujours plus important.

    Deployé a grande echelle et dans un futur proche, le logiciel sortira tout seul les profils suspects de par leurs habitudes, lieux de frequention, rencontres etc.. bienvenue dans le meilleur des mondes. il est donc important de laisser monter l’insecurité pour justifier de ces mesures.

Laissez un commentaire