Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bientôt une seule Bourse mondiale ?

Bientôt une seule Bourse mondiale ?

© L’Express, Par Didier Le Menestrel

Le paysage boursier mondial est en pleine recomposition à coups de fusions internationales. Dernière opération en date : le mariage Nyse Euronext-Deutsche Börse qui va donner naissance à un nouveau géant financier et accélérer un peu plus la disparition des places boursières nationales.

Les Bourses se mondialisent ! Alors que chaque Etat tenait à défendre sa souveraineté historique de place financière, le métier accélère désormais sa mutation mondiale. En début d’année, deux mouvements ont donné une nouvelle ampleur à la vague des consolidations « sans frontières » : la fusion TSX/LSE entre les Bourses de Toronto et de Londres, et le rachat de la plateforme boursière alternative Chi-X Europe par son homologue américaine, Bats Global Markets.

Mais une plus grosse opération encore s’annonce avec le projet de fusion entre Nyse Euronext et Deutsche Börse, qui « accoucherait » du numéro deux mondial après la Bourse de Hong Kong.

La consolidation nécessaire pour rester compétitif

Cette fin des nationalismes caractérise bien la montée en puissance de la logique de mondialisation des échanges et de l’ouverture à la compétition globale. Ce mouvement a été initié par la directive européenne MiFID qui a indirectement ouvert le marché à des plateformes alternatives. Les Bourses traditionnelles ont besoin de regagner de la compétitivité et vu les fortes synergies du métier – les plateformes informatiques représentent 60 % des coûts !–, la consolidation est l’une des meilleures réponses stratégiques. Une voie qu’avait déjà choisie Deutsche Börse en 2007, en tentant de s’accorder avec le London Stock Exchange.

Abattre les frontières permettra aussi à l’industrie de continuer à grandir face au marché de gré à gré (OTC), qui représente toujours la majeure partie des échanges de produits financiers. Et les places de marché mondiales viendront appuyer les évolutions réglementaires et favoriser la transparence des échanges.

Y a-t-il un grand gagnant de cette recomposition ? Si l’on regarde dans le rétroviseur, le modèle allemand de Deutsche Börse a déjà affirmé sa supériorité. Seul acteur à avoir résisté au mouvement de déconsolidation des activités de plateforme et de « clearing », son offre complète et intégrée lui a permis de prendre le leadership en Europe. Sa filiale Clearstream, devenue leader mondial du « settlement », a permis au groupe d’accélérer son internationalisation et son profil de croissance.

L’ouverture à l’échelon mondial offre donc de belles opportunités pour les modèles compétitifs. Et nul doute que, comme beaucoup d’autres champions allemands de l’exportation, Deutsche Börse démontrera que sa vision stratégique peut s’appliquer à de nouveaux territoires.

Peut-être les premiers pas vers une seule Bourse mondiale et apatride ? Après tout, Nancy, Lille, Nantes, ou encore Bordeaux, Lyon et Marseille étaient, il n’y a pas si longtemps, des places boursières dynamiques !


Commentaires (1)

 

  1. admin dit :

    Cet article me choque, car si c’est ce que pense les économistes et autre, on est mal barré.

Laissez un commentaire