Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

29 Novembre 2005 : L’utilisation de la Fraternité Musulmane par le MI6 et la CIA en Egypte, Syrie et Iran

L’utilisation de la Fraternité Musulmane par le MI6 et la CIA en Egypte, Syrie et Iran

© Aangirfan

Le Chicago Sun-Times a rapporté, le 28 Novembre 2005,

http://www.suntimes.com/output/news/cst-nws-egypt28.html

L’Egypte, le pays Arabe le plus peuplé du monde, est soudainement remué par une élection combative grande ouverte, qui semble certaine de finir avec le groupe numéro un Islamique du pays, la Fraternité Musulmane bannie, en tant que grand vainqueur.

Les dirigeants du pays, longtemps alliés avec les Américains, commencent à montrer des signes de panique: la police a empêché les électeurs de faire des sondages et des voyous ont attaqué les partisans des Frères ces derniers jours dans un effort apparent d’émousser l’élan croissant du groupe.

Même avant le dernier tour de scrutin jeudi, des loyaux à la Fraternité ont augmenté leurs sièges au Parlement par cinq. Ce n’est pas suffisant pour renverser le parti au pouvoir, mais est toujours considéré comme une gifle pour le président Hosni Moubarak.

La suite est prise à partir de http://www.redmoonrising.com/Ikhwan/BritIslam.htm

Avant la Seconde Guerre Mondiale les Renseignements Britanniques cultivèrent des liens avec la Fraternité à travers l’agent Freya Stark, l’aventurier et écrivain Britannique (1). Ces connexions secrètes ont été utilisées pour rester en contact avec la présence grandissante Allemande en Afrique du Nord et pour rester informé des plusieurs mouvements politiques différents qui étaient entrain de croître. La Fraternité Musulmane s’étend partout du monde Musulman et a évolué en quelque chose équivalente à la Fraternité Maçonnique de l’Ouest. Elle devint l’une des premières organisations terroristes Islamique Fondamentaliste.

« D’après l’agent de la CIA Miles Copeland, les Américains commencèrent à rechercher un Billy Graham Musulman vers 1955… Quand trouver ou créer un Billy Graham Musulman était fugace, la CIA commença à coopérer avec la Fraternité Musulmane, l’organisation de masse Musulmane fondée en Egypte mais ayant des adhérents à travers le Moyen Orient Arabe… Cela signala le début d’une alliance entre les régimes traditionnels et les mouvements de masse Islamiques contre Nasser et d’autres forces séculaires. » (1)

La CIA suivait l’exemple des Renseignements Britanniques et chercha à utiliser l’Islam pour faire avancer ses buts. Ils voulaient trouver un chef religieux charismatique dont ils pourraient faire la promotion et le contrôler et ils commencèrent à coopérer avec des groupes comme la Fraternité Musulmane. Avec la montée en puissance de Nasser la Fraternité était aussi plus sérieusement fréquentée par les régimes Arabes pro-Ouest de l’Arabie Saoudite et de la Jordanie. Ils avaient besoin de tout le support populaire qu’ils pouvaient rassembler contre la montée du nationalisme Arabe inspirée par Nasser pour garder leurs régimes intacts.

La Fraternité Musulmane était un allié évident contre Nasser, parce qu’il l’avait abolit de l’Égypte après qu’elle ait été impliquée dans une tentative ratée d’assassinat sur sa vie en 1954. La Fraternité rejeta la politique de Nasser qui gardait, pour la plus part, la religion à l’écart de la politique. La Fraternité était officiellement une organisation hors la loi, mais elle resta influente et active en Égypte travaillant contre le régime séculaire, souvent main dans la main avec l’Intelligence Britannique. En Juin 1955 le MI6 avait déjà approché la Fraternité en Syrie pour les agiter contre le nouveau gouvernement qui montrait des signes très à gauche et pour un désire de fusionner avec l’Égypte (2). La Fraternité devint un instrument plus important après l’annonce de Nasser de s’emparer du Canal de Suez…

En Syrie, en 1982, il y a eut un conflit majeur entre la Fraternité Musulmane et le gouvernement Syrien dans la ville de Hamma qui a causé plus de 20,000 victimes. A la suite de ça le président Syrien Asad révéla que les forces de la Fraternité Musulmane étaient parées d’équipement fabriqué aux USA…

Israël, à jamais enclin à supporter des mouvements divisant, a fait surface en tant qu’autre supporter de l’Islam et commença à financer la Fraternité Musulmane et le mouvement Palestinien Islamique du Hamas. » (8)
Le succès le plus remarquable du mouvement islamique de cette époque est bien sûr le renversement du Chah d’Iran et l’installation de l’ayatollah Khomeini en tant que dictateur islamique. L’Intelligence Britannique avait utilisé leurs contacts avec les mollahs et les ayatollahs de l’Iran pour aidé à renverser Mossadegh et installer le Chah en 1953, et ces contacts ont été entretenus et utilisés de nouveau pour renverser le Chah lors de la tombé en disgrâce de son régime.

L’histoire officielle de la révolution islamique d’Iran est que la révolte de Khomeini était spontanée et populiste, et qu’elle fit tomber une dictature répressive qui était haïe par le peuple mais soutenue de tout cœur par les États-Unis. Il est vrai que le gouvernement du Chah n’était pas une démocratie et que son service secret, entrainé par la CIA, était l’une des organisations de renseignement la plus efficace dans le monde. Mais ce qui n’est pas rapporté est qu’avant les campagnes de relation massives sponsorisées par les Britanniques au nom de l’Ayatollah le gouvernement du Chah était aimé par la vaste majorité de la population.

Après la prise de contrôle de Mossadegh le Chah commença à avancer un nombre de lois nationalistes qui améliorèrent sa popularité chez lui, mais dans certains cas, inquiétèrent l’Établissement Anglo-Américain. Premièrement, il signa des accords pétrolifères avec l’ENI, la compagnie pétrolière Italienne. Puis en 1963 il avança une série de réformes populaires qui furent connues en tant que la Révolution BLanche. Le Chah évolua en un nationaliste dont le chemin était identique à celui de Nasser de trop pour les goûts de l’Établissement:

– Il acheta des terres des classes supérieures et, avec les propres terres de la couronne, les a vendues aux fermiers à un faible coût, ce qui permit à un demi million de gens de devenir propriétaires de terrains ce qui mit un terme au vieux système féodal.

– Il autorisa aux femmes le droit de vote, et mit un terme sur le port du voile, qui était des mouvements « Occidentalisés » inopportuns par le secteur religieux.

– Il avança un programme nucléaire de 90 milliards de $.

– Il avança pour fermer l’industrie lucrative de l’opium qui a été créée durant les jours de contrôle de l’Empire Britannique qui a perduré pendant plus d’une centaine d’années. (9)…

L’attaque du gouvernement du Chah vint depuis la Fraternité Musulmane et à travers les mollahs et ayatollahs d’Iran, soutenus et manipulés par l’Intelligence Britannique…

Dr. John Coleman, un ancien agent secret Britannique… stipule dans son rapport sur la Révolution Islamique Iranienne (11) que la Fraternité Musulmane a été créée par « les grands noms de l’intelligence Britannique du Moyen Orient » …et que leur mission était de « garder le Moyen Orient en arrière pour que ses ressources naturelles, pétrole, puissent continuer d’être pillées… »

Dr. Coleman écrit qu’en 1980 les émissions radiophoniques de Radio Free Iran divisèrent les ennemis du Chah en quatre catégories : 1. Les politiciens Iraniens achetés par l’Israélien Shin Bet, 2. Le réseau d’agents de la CIA, 3. Les propriétaires de terrains féodaux, 4. Les Franc-Maçons et la Fraternité Maçonnique (vues comme un même ennemi).

Dans son rapport le Dr. Coleman écrit que l’Iran, « A un moment il y avait même une blague sur les mollahs sur qui on tamponnait ‘made in Britain’. » Quand le Chah introduisit son plan de modernisation en 1963 l’Ayatollah Khomeini émergea en tant que chef de l’opposition religieuse. Jusqu’à son exil d’Iran en 1964, Khomeini était basé à la ville religieuse de Qom. Dr. Coleman déclare que Radio Free Iran proclama qu’alors que Khomeini était à Qom il reçut « un traitement mensuel des Britanniques, et qu’il est en contact permanent avec ses maîtres, les Britanniques. »

Notes : http://www.redmoonrising.com/Ikhwan/BritIslam.htm


Publié le 12 mars, 2011 dans Egypte, Etats-Unis, Islam, Palestine, Sionisme & Israël, Syrie.

Laissez un commentaire