Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Islam et démocratie

Islam et démocratie

© La Croix

On avait pris l’habitude de voir les manifestants des pays musulmans scander des slogans islamistes, et violents contre l’Occident. Mais ceux qui sont descendus dans les rues tunisiennes, et occupent aujourd’hui les places du Caire, ne rentrent pas dans cette catégorie… Ils ne brandissent pas des bannières religieuses: ils se battent pour la liberté, du pain, et un travail. A plus long terme cependant, les révoltes tunisienne et égyptienne vont poser à un moment ou un autre, le problème du rapport de l’islam et de la démocratie.

En Tunisie, le retour hier soir de Rached Ghannouchi, vieux militant islamiste, dont le mouvement, le Ennahda, a été écrasé par le régime de Ben Ali, montre bien qu’il faudra compter avec lui pour la transition en cours. Ce dernier a voulu rassurer. Ce n’est pas un hasard s’il a pris comme modèle le parti islamiste turc, l’un des rares, aujourd’hui à conjuguer religion musulmane et démocratie. Contrairement au mouvement des Frères musulmans d’Egypte, auquel on le compare souvent, le Ennahda n’a jamais eu le monopole de l’opposition au régime tunisien, et sait qu’il doit compter avec une force syndicale de gauche laïque (1).

Depuis plusieurs années, en Tunisie, des intellectuels et universitaires, comme Abdelmajid Charfi, entretiennent une riche réflexion sur les rapports entre islam et raison, islam et démocratie. Ils se fondent pour cela sur la sourate 42 du Coran, dite de la « Consultation », où il est recommandé aux hommes de délibérer entre eux de leurs affaires. Mais il ne suffit sans doute pas de tirer ainsi une signification à-postériori d’une sourate, écrite à une époque où la démocratie n’existait pas, pour permettre à la culture musulmane de se démocratiser. Une telle évolution exigera du temps. Au fond, les obstacles à l’islam démocratique sont ceux qui freinent la démocratie tout court, dans des pays où, faute de liberté, il n’a jamais été possible de former en profondeur une véritable conscience politique.

Isabelle de Gaulmyn


Publié le 31 janvier, 2011 dans Islam.

Laissez un commentaire