Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Étapes vers une Union britannique, un État mondial, et des Conflits internationaux – Partie II

Étapes vers une Union britannique, un État mondial, et des Conflits internationaux – Part II

M. THORKELSON. Monsieur le Président, nous sommes maintenant dominés et en proie par divers groupes de pression qui se soucient peu ou pas des États-Unis tant qu’ils peuvent nous impliquer dans la guerre européenne actuelle. Certains de ces groupes sont bien connus, d’autres restent obscurs, mais néanmoins très puissants et efficaces dans leur tentative insidieuse de convaincre le peuple de cette nation que la guerre est imminente. Ces groupes sont composés de membres qui sont généralement classés en tant qu' »intelligentsia ». Je ne vais pas remettre en question leur intelligence, mais si l’on veut les juger pour ce qu’ils ont dit et fait, leur intelligence n’est pas pour le plus grand intérêt des États-Unis. Ceux qui aident ces groupes, je crois souvent innocemment, sont ceux que nous pouvons prendre la liberté d’appeler leurs outils et leurs serviteurs. Nous avons atteint un stade où ces anglophiles avancent l’idée que, pour être qualifié en tant que bon Américain, qu’il faut être pro-anglais et prêts à se battre et mourir pour l’Angleterre. Ces groupes pro-Anglais et ces organisations de la mer sont composés de nombreuses sociétés Canadiennes et Anglo-Américaines situées dans nos plus grandes villes. L’une d’entre elles, et celle que je vais maintenant référer, est la Pilgrim Society.

LES PÈLERINS

Lorsque la Pilgrim Society a été organisée en 1902, pour aider à développer les Anglophiles aux États-Unis, les Canadiens, étant des sujets britanniques, n’ont pas été sollicités dans un premier temps en tant que membres de ce service de propagande charitable et exclusif de vendre l’Amérique à l’Empire Britannique. Comme des convertis, beaucoup de ces membres sont plus loyaux à l’Angleterre que les Britanniques eux-mêmes. Dans leur zèle fanatique de servir Albion, je suis informé par un étudiant, que l’un d’entre eux a placé la couronne Anglaise sur le mât de l’Université de Columbia. Si c’est vrai, les anciens élèves Britanniques devraient « couronner » cellui qui a donné l’ordre pour le montage de celui-ci, et remplacer la couronne par l’aigle, pour que ce noble emblème puisse reposer à sa place.

Les membres de la Société Pilgrim peuvent être trouvés dans nos organisations de forces armées, au sein du gouvernement, et en particulier chez les professeurs, les ministres, et des auteurs. En maniant la plume, l’aide de ces écrivains est plus précieuse, car ne peuvent-ils écrire, comme l’a fait Carnegie:

Donnez l’Amérique à l’Angleterre comme une hémostase pour la plaie saignante de l’Empire britannique, que les chirurgiens ont laissé suinter après leur opération de 1776: l’opération qui a amputé les Etats-Unis de l’Empire britannique, et qui a rendu l’Amérique libre.

Ces Pèlerins, étant peu familiers par l’opération de 1776, ne se rendent manifestement pas compte que si le Canada rejoint les Etats-Unis cela se révèlerait être une hémostase autant efficace pour arrêter l’hémorragie de l’empire Britannique. Les Pèlerins Américains craignent sans aucun doute cette mesure la plus sensible, parce que cela pourrait trop contrarier les nobles et les riches au gouvernement Anglais et à la Banque d’Angleterre d’autant qu’ils vont plier bagage et rentrer à la Maison. Une telle exode pourrait également se révéler peu pratique à nos dames au repos, riches et charmantes et leurs parents, lorsque dans leur croisade pour obtenir un nouveau mari ou légèrement utilisé pour l’accrocher sur l’arbre de la famille, elles trouvent cela nécessaire d’embarquer pour la Palestine afin de satisfaire leur ambition familiale. C’est cela et plus que les Américains doivent combattre pour contrecarrer la propagande qui est maintenant diffusée dans tout le pays et dans notre presse quotidienne, afin de sauver l’Amérique pour les Américains.

Beaucoup de membres de ces groupes sont ignorants du but réel de ces organisations et leur influence dans notre vie politique. Certains des membres sont tellement aveuglés par le glamour et l’exclusivité de ces clubs qu’ils ne se rendent compte qu’en supportant leurs activités, ils trahissent l’Amérique. Je vais maintenant citer la réunion annuelle des pèlerins, qui s’est tenue à New York, 1913 et 1934:

[Note du traducteur: Vous pouvez lire le compte rendu en version originale en cliquant la source en bas. Ce qui nous intéresse ce sont les propos de Thorkelson.]

Monsieur le Président, il est intéressant de lire les discours prononcés par les membres Américains de la Pilgrim Society, car ils sont, comme tous les convertis, plus anti-américain et pro-anglais que les Britanniques eux-mêmes.

Le discours de Joseph H. Choate est un exemple d’anglophile, pertinent en ce moment en vue des conditions qui existent aujourd’hui. Je vais maintenant réciter certaines de ses déclarations afin de montrer comment elles peuvent être trompeuses. M. Choate dit:

Nous n’avons aucune et n’avons jamais eu de difficulté que je connaisse avec le peuple d’Angleterre

Une déclaration qui est parfaitement vraie, parce que le peuple d’Angleterre a presque ou rien à dire au Gouvernement Britannique. Nos problèmes ont été avec le gouvernement Britannique, qui à tout moment n’a jamais été sympathique avec les États-Unis-mais le monsieur n’a pas fait une telle déclaration. En outre, il est bon de noter l’attitude servile de l’orateur de la Couronne d’Angleterre, et son éloge des dirigeants, ce qui est tout à fait correct, mais nulle part dans son discours il ne dit une bonne parole au gouvernement des États-Unis. Il poursuit en disant:

Le peuple d’Angleterre et le peuple des Etats-Unis sont toujours sympathiques l’un envers l’autre; une autre déclaration que personne ne peut critiquer, mais à laquelle je veux ajouter que les gens de tous les pays-les gens simples-ont toujours été et sont maintenant sympathiques les uns les autres. Le problème se trouve avec les dirigeants des différents gouvernements. Ce sont eux qui peuvent recommander la guerre; guerre de destruction, pas seulement de la propriété et de la vie humaine mais de la civilisation Chrétienne elle-même.

Donc, selon cette perspective, rappelons-nous qu’aucun pays n’a autant été en guerre que l’Angleterre et aucun pays n’a autant apporté de malheur et souffrances que le Gouvernement britannique. Cela devrait être clair alors que nous passons en revue l’histoire des débuts de nos propres colonies, de l’Inde, l’Irlande et les 400.000.000 opiomanes Chinois, qui peuvent tous être à la charge de l’avidité du Gouvernement Britannique. M. Choate, en rendant ses déclarations, a parlé pour le peuple des États-Unis, alors qu’en réalité il aurait même hésité de parler pour lui. Sa seule préoccupation semble être notre amitié envers la Grande-Bretagne, mais pas de leur gentillesse envers nous; et de nouveau il plaça les Etats-Unis dans la position d’un suppliant du trône Britannique.

M. Choate a ensuite fait référence à un différend survenu en rapport avec le passage des navires par le canal de Panama, et a laissé entendre qu’il était de la compréhension de Hon. John Hay et Lord Lansdowne que les Britanniques devraient avoir des droits égaux avec nous dans l’utilisation de ce canal, un droit que les Britanniques n’ont jamais admis aux États-Unis pour le canal de Suez. Nous avons même été chassés des marchés étrangers par l’Angleterre durant de nombreuses années, et dans ses guerres, elle nous a effrontément meublé d’une liste noire d’entreprises avec lesquelles nous ne sommes pas supposée faire du commerce, et nous, comme des fous, nous conformons à ses exigences.

Poursuivant cette discussion sur ce sujet, M. Choate s’est exprimé lui-même comme étant tout à fait disposés à laisser la décision sur le canal de Panama aux mains des Britanniques et aux Pilgrims Américains, et que tout le monde peut facilement comprendre serait une décision unilatérale; i. e., tous pour l’Angleterre et rien pour les États-Unis.

Mr. Choate fait ensuite sa déclaration la plus extraordinaire, laquelle chaque membres du Congrès et le peuple de cette Nation devraient réfléchir-particulièrement en vu des évènements depuis 1912:

Maintenant les gens de ce pays n’autoriseront personne – n’importe quel Congrès, gouvernement, Président – de briser la bonne foi qu’ils ont jurée à la mère Patrie.

En faisant cette déclaration. Mr. Choate prend la position que la Grande Bretagne ou l’Angleterre est la mère Patrie; la même position prise par Cecil Rhodes il y a 50 ans et par Andrew Carnegie en 1893, quand il a écrit un livre intitulé, « Triumphant Democracy ».

Je veux que vous notiez particulièrement que cela était en 1913, et 1913 est l’année véridique où nous avons changé notre gouvernement qui était une république en semidémocratie; l’année où nous avons détruit la Constitution gouvernementale, la sécurité internationale et avons pavé la route pour devenir une colonie de l’Empire Britannique. C’était aussi la même année dans laquelle nous avons adopté le Federal Reserve Act, placé notre trésor sous le contrôle et la domination de la Banque d’Angleterre et les groupes de banquiers internationaux qui financent désormais le mouvement British-Israel aux États-Unis. C’était aussi la même année précédant la Guerre Mondiale; une guerre dans laquelle nous avons été impliquée, comme tout le monde le sait, en 1917, mais ce que tout le monde ne sait pas est que nous avions été pris à cette guerre en 1910, et étions quasiment en guerre en 1914, quand J.P. Morgan & Co. commença à financer la Triple Entente. Cette déclaration s’est avérée vraie par le propre témoignage de J.P. Morgan avant que le comité du Sénat n’enquête l’industrie de munitions. [Traducteur : c’est le passage le plus important de toute la partie II]

M. Choate a été, par conséquent, correct, rien n’a arrêté, pas même le Congrès, la destruction de cette République et son intégration progressive dans l’Empire Britannique grâce aux efforts des nombreux groupes subversifs et pro-anglais, dirigés et réalisés, comme je l’ai dit, par le mouvement British Israel.

Permettez-moi maintenant de citer un message envoyé par George T. Wilson, président des Pèlerins Américains, à son frère pèlerins à Londres, où ils ont célébré notre entrée dans la Guerre Mondiale. Ce message indique le vrai espoir et le but des Pèlerins:

[etc etc… Les Pèlerins veulent vraiment intégrer les USA à British Israel… Vous pouvez le lire en version originale ou vous amusez à traduire. Bientôt la IIIè partie]

Source: PDF Thorkelson


Publié le 31 janvier, 2011 dans Etats-Unis, La Fed, Nouvel Ordre Mondial, Palestine, Sionisme & Israël.

Laissez un commentaire