Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

«Si Moubarak tombe, ce sera le chaos assuré»

«Si Moubarak tombe, ce sera le chaos assuré»

© Le Figaro

Hosni Moubarak règne sans partage sur l’Egypte depuis 30 ans. Lefigaro.fr décrypte les rouages d’un régime autoritaire contre lequel la rue se retourne désormais.

En octobre prochain, Hosni Moubarak aura passé trente à la tête de l’Egypte. Président omnipotent, il n’aura même pas daigné, pendant ces trois décennies, s’adjoindre un vice-président comme le faisaient ses prédécesseurs. A l’heure où des milliers d’Egyptiens bravent l’interdiction du régime de manifester contre le chef de l’Etat, sur quoi repose le pouvoir de l’un des plus anciens dirigeants du monde ?

«Il y a toujours eu des critiques contre Moubarak, mais elles deviennent plus acerbes avec le temps. Toutefois, on aurait tort de comparer l’impopularité de Moubarak avec celle de Ben Ali», estime Jean-Noël Ferrié, directeur de recherche au CNRS.

Hosni Moubarak est arrivé au pouvoir à l’issue de l’assassinat de Sadate en 1981. Militaire de formation, héros de la guerre de 1973, il jouit du soutien de l’armée, élément-clé du régime. «Il est peu probable que les manifestants puissent le renverser sans avoir à affronter d’abord les militaires», souligne le spécialiste. Moubarak devrait d’autant plus pouvoir compter sur l’armée que celle-ci, très riche, contrôle de nombreuses sociétés et ne souhaite pas voir ses avantages remis en cause.

Les Frères musulmans diabolisés

Quant à la scène politique, elle reste verrouillée. Les législatives de novembre 2010 ont montré que le PND (Parti national démocrate), parti quasi unique dirigé par Moubarak, n’était pas prêt à faire une place plus grande à l’opposition. Alors que les élections précédentes de 2005, un peu plus ouvertes que d’ordinaire, avaient été marquées par un score inattendu des Frères musulmans (islamistes), avec 88 sièges, le récent scrutin a été l’occasion pour le PND de remettre les pendules à l’heure. Bilan : le premier tour a été entaché de telles fraudes que les plupart des partis de l’opposition, dont les Frères musulmans, ont décidé de se retirer. Versant de la médaille, le PND dispose désormais d’une majorité si confortable – 494 sièges sur 508 que cela indispose même certains membres du parti.

«Le régime n’a pas supporté les scores des islamistes en 2005, ça l’a tétanisé», analyse Jean-Noël Ferrié. Les Frères musulmans sont la bête noire historique du régime. «Ils l’effraient car ils donnent l’impression de former un bloc important et ne sont pas prêts à rentrer dans un jeu de compromission avec le PND». A ce titre, la Confrérie, qui a su séduire le peuple en organisant un réseau d’associations caritatives pour combler les lacunes de l’Etat, est régulièrement victime d’arrestations. «Le gouvernement les maintient sous pression, pour qu’ils ne soient pas tentés d’aller trop loin», explique Jean-Noël Ferrié.

Entre le PND et les Frères musulmans, Moubarak a fait en sorte d’éradiquer toute forme de force politique alternative crédible. «Comme tous les régimes autoritaires, il a pratiqué la politique de la terre brûlée. Si Moubarak chute, il ne sera pas forcément remplacé par les Frères musulmans. Mais ce sera le chaos assuré», analyse Jean-Noël Ferrié.

Cette absence d’opposition permet aussi à Moubarak de s’assurer du soutien des grandes puissances internationales. Le président égyptien centre son discours sur la menace des Frères musulmans, pour donner l’impression aux Occidentaux qu’il est la seule alternative possible. «Et personne ne le souhaite : ni les Européens, qui ne sont pas prêts à accepter des extrémistes religieux au pouvoir, ni les Américains qui veulent maintenir une situation apaisée entre l’Egypte et Israël».

Le défi de la succession

On constate par ailleurs un durcissement du pouvoir en prévision de la succession de Moubarak, qui affiche 83 ans. Les transitions sont des périodes toujours délicates pour les régimes autoritaires. S’il semble probable que le raïs brigue un sixième mandat en septembre prochain, plusieurs experts pensent néanmoins qu’il n’ira pas au bout de celui-ci et tentera de faire accepter son fils Gamal à la place. Ce dernier incarne une branche réformatrice et libérale du PND, mais il pourrait souffrir de ne pas être issu des rangs de l’armée. «Si les Egyptiens décident de ne pas accepter Gamal, rien ne prédit que l’armée acceptera de se retourner contre la rue pour l’imposer», analyse Jean-Noël Ferrié.


Publié le 26 janvier, 2011 dans Egypte, Monde.