Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Revenons aux fresques de Bank of America et de l’Aéroport International de Denver

Pour une énigme, c’est une sacrée énigme!

S’il y a bien quelque chose qui me fait cogiter ces temps-ci, ce sont les fresques de bank of america, et les fresques de l’aéroport de Denver. Plutôt troublantes pas vrai ? Les interprétations des deux articles sont celles de VC, pas les miennes. Donc je vais tenter de contribuer au schmilblick.

Je vais suivre la voie de VC, en combinant les deux séries de fresques, et en cherchant des similarités entre elles. Et occasionnellement donner plus d’explications sur la philosophie et l’aspect ésotérique des fresques.

Le Cube

On retrouve ces deux morceaux dans les premières fresques de BOA (Bank of America) et AID (Aéroport International de Denver). L’oiseau prisonnier lui aussi dans une cage invisible est un Quetzal. La particularité de cet animal est qu’il se laisse mourir si on l’enferme dans une cage. Donc là le message est clair. Dans la fresque de BOA on trouve une femme prisonnière dans une cage invisible suspendue dans le vide et reliée par quelques fils venant du ciel. La femme ici je pense représente l’âme humaine. Comme le quetzal, nous souhaitons tous être libre et pour le bien commun. L’âme a toujours été un symbole féminin. On pourrait même dire que la perspective des cubes est intéressante ! Elles suivent toutes deux le chemin de la perdition, pour l’aéroport de Denver c’est une foret en feu, pour Bank of America c’est un homme blasé avec un arbre qui flambe.

Ce qui est fascinant, c’est que l’homme assit à côté du buisson ne semble ni perturbé par la crémation de l’arbre, ni l’emprisonnement de la femme dans le cube. On dirait qu’il transcende ce qu’il se passe, il est doté du fameux manteau rouge. Comme s’il représentait la minorité qui attends l’aube d’un nouveau jour, une aube rouge. En alchimie c’est le but final, comme vous avez pu le lire dans les articles, la pierre philosophale ou l’élixir philosophique.

Je pense que le fond représente notre état présent. Des gens blasés désabusés, qui attendent que ça se passe, on pourrait aussi comparer l’arbre à la nature qui prends feu comme dans la première fresque de l’AID. Et la femme peut être la représentation de l’âme humaine bloquée par les circonstances, impuissante, comme si on avait perdu notre liberté de faire quelque chose. Peut être que l’homme en rouge a déjà réalisé ça, qu’il n’y a rien à faire.

Pendant ce temps l’élite discute du Nouvel Homme. Un petit blond maçonnique. Regardez les 4 personnages qui discutent, celui tout à gauche m’a l’air d’être asiatique, le blond est caucasien et rappel étrangement le visage d’Adam Weishaupt le jeune fondateur des Illuminés de Bavière sur le campus d’Ingolstadt en Allemagne. Le troisième est typé arabe/perse, et le dernier est noir.

Alors je crois sincèrement qu’il y a un énorme message ici. Tout d’abord c’est l’attitude de chacun des personnages. L’asiatique se tâte, il doute, il observe le projet et n’a pas l’air de prendre part à la conversation. Le caucasien lui fait la promotion du projet, et a l’air sur de lui, étant à la fois dans la conversation et montrant le petit blond de la main. L’arabe/perse typé, ou métissé qui sait, pointe du doigt le projet (en a conscience), mais ne regarde pas le projet, et se tourne lui vers le caucasien. Le noir a l’air de totalement ignoré le projet et d’observer les autres.

En revenant à la femme suspendue dans la cage invisible, on peut voir 2 chemins différents. L’un menant vers le ciel, l’autre menant vers la perdition on dirait. Ce qui est intéressant c’est la grosse pyramide dans le fond, elle est au bout du chemin de la perdition. La pyramide représente le monde physique, elle est la perfection physique incarnée. On pourrait associer le chemin de droite à celui du monde physique moderne, ce qui décrierait bien la situation. Et le chemin de gauche à celui de l’ascension spirituelle. Et l’âme est suspendue entre ces deux choix et ne sait pas quoi faire. Qui sait peut être qu’elle ne peut pas choisir, comme si on lui empêchait de pouvoir faire ce choix. Après tout ça n’est que de la théorie, je ne sais pas si c’est vrai ce que je dis.

Question bonus : Qui a une idée sur pourquoi un voile semi transparent rouge tombe sur le blond ? Que représente-t-il ? J’en ai aucune idée, mais le rouge indique l’état final, donc peut être qu’on est à mi chemin, c’est peut être ça le message.

En revenant à la « première » fresque de l’Aéroport de Denver, le thème est plutôt celui de la nature, alors que pour Bank of America ce serait l’état psychique de l’homme en relation à l’ère dans laquelle nous vivons, et les mesures à prendre pour corriger les problèmes en question. Donc Denver est définitivement panthéiste, alors que BOA humaniste. On peut voir que les Judéo Chrétiens vont mourir, la bible représente les chrétiens moyens, l’étoile de David peut être les juifs ashkénazes en observant la jeune blonde dans le cercueil. Que les noirs vont partir ? Pourquoi une noire est dans le cercueil, à moins qu’on planifie de tous les tuer je vois pas trop comment ça va se faire étant donné qu’ils sont beaucoup quand même. Mais le thème de la disparition totale des noirs revient assez souvent et je ne rigole pas.

On peut déjà s’attendre à 100% à une menace bactériologique, on est entrain de vivre dans une ère où la menace est encore nucléaire ! La Corée du Nord avec ses projets nucléaires ! L’Iran, et on est dans l’ère du pétrole, sincèrement on est encore loin d’aboutir à la fresque numéro 2, pour plusieurs raisons mais en rapport avec le masque à gaz, le fait qu’on retrouve ça à deux endroits différents c’est surement pas une coïncidence. Combien de films ont été fait sur le risque réel d’une guerre bactériologique ? Tout un tas ! Et c’est pas de la Science Fiction.

Déjà dans le monde représenté sur la première partie de la deuxième fresque de l’AID, la Palestine et Israël donnent tous les deux leurs armes au blond qui prépare le cimeterre du géant (j’assume car sinon où il trouve son arme dans la deuxième partie?). D’ailleurs dans la deuxième partie avec le monstre géant en costume nazi et vert avec un masque à gaz, se trouve aussi des références sur les juifs et le massacre des juifs durant le règne d’Hitler. Encore un signe que la religion Chrétienne et Judaïque est vouée à disparaître pour l’élite.

Voila un gros plan que j’adore. Regardez le gamin en plein centre, il a l’air d’être super content de ce qu’il se passe. Tous les autres ont l’air emprisonnés, blasés, complètement désabusés, mais nan, le jeune lui avec sa casquette rouge il regarde le ciel et il est heureux. Il est blond aux yeux bleus par ailleurs. C’est peut être le symbole d’une génération qui transite d’un monde à l’autre. Complètement perdue. Car le regard vide du garçon me fait frémir. Le nouvel homme. New Man.

Et aussi on peut encore voir une référence d’un noir qui est emprisonné. Encore les noirs qui prennent cher. Je me demande aussi où mène la sortie dans le fond, où deux personne semblent s’y diriger.

Un travailleur qui vide sa brouette du haut, un homme qui a l’air abattu en face d’un mur avec pour ombre une arme qui le menace. Et la sœur ou la mère religieuse n’a pas l’air très contente et nous regarde droit dans les yeux. Car la religion Chrétienne est aussi vouée à partir.

Je voudrais revenir à la troisième fresque de BOA… Vous voyez un seul noir ? Moi non. Peut être le chef de chantier qui se tient sur le sol, et encore, il m’a pas l’air noir du tout. Je ne veux pas faire peur mais je dois l’admettre il y a beaucoup de racisme dans ces fresques.

On peut noter que les travailleurs avec leurs instruments en or pour travailler (c’est à dire qu’ils ont atteint la pierre du philosophe, la transmutation des métaux basiques en or, qui sont aussi nos vices et appétits, que nous devons combattre à l’intérieur de nous-même, comme si on devait vaincre un dragon et sauver la princesse prisonnière dans le donjon. Le dragon représentant les appétits, la femme représentant l’âme, l’innocence et la connaissance du bien et du mal prisonnière du serpent, et le preux chevalier qui est nous, et nous devons secourir l’âme de nos passions pour la chaire et nos appétits physiques, représentés ici par le dragon. En ésotérisme le serpent représente à la fois la sagesse et la tentation, il est l’appétit, qui peut apporter beaucoup de connaissance et compréhension, comme ça peut provoquer les pires peurs et malheurs de la vie. C’est la même source pour la peur et l’espoir, juste deux manières différentes de se manifester. Et ici on peut voir à travers leurs pelles en or, qu’ils ont atteint l’illumination, mais ils vivent sous terre !

Ils ont l’air totalement innocent de ce qu’il se passe à la surface, regardez les ! Ils ont l’air de rien savoir, comme si rien ne s’était passé. Qui sait peut être qu’il y a des projets pour préserver l’humanité dans des tunnels sous terrains. Comme c’est le cas à l’Aéroport de Denver par exemple. Oui tout se lie et c’est même fou, et on pourrait renier de telles comparaisons mais c’est réel. C’est comme les camps FEMA prêts à être utilisés en cas de guerre civile à cause d’une famine ou d’un crash financier.

Inévitablement donc… Ceux qui vivent à la surface doivent se sentir mieux vu qu’il y a moins de gens qui existent, tous tués par un virus ou du poison. Et les quelques survivants ont été méticuleusement sélectionnés, vivants sous terre pendant des générations, achevant le but ultime du philosophe. Mais on dirait qu’ils ne vont pas sortir de leur « caverne ». Comme s’ils étaient des rois dans une prison. C’est peut être ça la grande illusion finale.

Je ne compte conclure rien à propos de ces fresques. Elles me fascinent, j’admire l’art et la symbolique dedans. Même si ça me terrifie.


Commentaires (1)

 

  1. admin dit :

    Il y a encore beaucoup à dire… Si vous avez des idées, n’hésitez surtout pas à en faire part à tout le monde ici!

Laissez un commentaire