Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Message du Grand Maître du Grand Orient Arabe Œcuménique Jean-Marc Aractingi au nouveau Grand Maître d’origine Arabe Nadim Mansour de la Grande Loge de l’État d’Israël

© Grand Orient Arabe

En ce début de décennie, et après 60 ans de guerres israélo-arabes, nous pensons qu’avec l’élection d’un Arabe comme Grand Maître de la Grande Loge de l’État d’Israël il est de notre devoir entre « Frères » et « Sœurs », et même si à l’intérieur de nos loges la politique est interdite, de « plancher » ensemble sur une solution de paix durable.

La Franc-maçonnerie a été taxée dans les pays arabes d’être au service du sionisme ; ce qui est tout à fait erroné puisqu’elle existait dans ces pays bien avant la création de l’État d’Israël (la première loge à Alep en Syrie dès 1738 !).

Malheureusement quelques erreurs contribuent toujours à justifier cette image maçonnique, comme lorsque le Grand Orient de France admet en son sein une loge sioniste « L’Étoile de la paix » ou quand certains de ses dignitaires abondent publiquement dans ce sens comme lorsque l’historien André Combe prétend que les Francs-maçons français sont tous favorables à l’État d’Israël. Il ajoute que ce serait « pour ces mêmes valeurs de démocratie que la franc-maçonnerie défend, que cette dernière a toujours reconnu la légitimité d’Israël », soulignant que, dans l’ensemble, les maçons français seraient « même tous favorables à l’État d’Israël »

Travaillant loin de ces errements, nous considérons en toute humilité que le GOAO, qui travaille au rite œcuménique (judéo-chrétien-musulman) et dont les Frères et Sœurs appartiennent à ces trois confessions, a un rôle spécifique à tenir dans un dialogue positif et a minima, dans un esprit maçonnique de liberté, d’égalité et de fraternité, avec nos Frères et Sœurs israéliens.

Nous interpellons donc le Grand Maître de la Grande Loge de l’État d’Israël pour nous éclairer sur ce qui entrave, du coté israélien, les propositions suivantes :

1) Un retrait complet d’Israël des territoires arabes occupés depuis 1967, y compris le retrait complet des Hauteurs du Golan syrien et les secteurs demeurant occupés au sud Liban, jusqu’aux limites existantes le 4 juin 1967.

2) D’accepter de chercher un accord et une solution juste au problème des réfugiés palestiniens, conformément à la résolution 194.

Cette résolution 194 adoptée le 11 décembre 1948 par l’Assemblée générale des Nations unies , décide, à la suite du départ de centaines de milliers de Palestiniens : « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les gouvernements ou autorités responsables. »

3) D’accepter un État palestinien indépendant et souverain sur les territoires palestiniens occupés depuis le 4 juin 1967 en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

4) D’accepter que Jérusalem soit une Capitale Œcuménique, qu’elle soit déclarée Internationale et mise sous l’égide des Nations Unies (Puisque les trois religions du Livre la revendique).

En contrepartie, les États arabes doivent s’engager :

1) À considérer le conflit arabo-israélien comme terminé et aller vers la conclusion d’un accord de paix avec Israël, afin de consolider cette situation.

2) Obtenir une paix totale pour tous les États de la région.

3) Établir des relations normales et diplomatiques, dans le contexte d’une paix totale avec Israël.

Vœux pieux ! Beaucoup ont essayés avant, mais qui sait peut être que la Fraternité universelle entre des Francs-maçons libres pourra faire avancer les choses.


Publié le 16 janvier, 2011 dans Franc Maçonnerie, Islam, Sionisme & Israël.

Laissez un commentaire