Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Noël endeuillé en Egypte et sous haute sécurité pour les Coptes

Noël endeuillé en Egypte et sous haute sécurité pour les Coptes

© AFP, de Hassen JOUINI

ALEXANDRIE — Les Coptes d’Egypte célébraient vendredi le Noël orthodoxe dans une ambiance endeuillée et au milieu d’un important dispositif de sécurité après l’attentat contre une église qui a fait 21 morts une semaine plus tôt.

A Alexandrie (nord), des dizaines de policiers ont été déployés aux abords de l’église des Saints devant laquelle a eu lieu le carnage, mais cela ne suffisait pas pour apaiser certains comme Jamil, 40 ans, encore « en colère et sous le choc ».

« Au lieu de nous protéger, le régime nous réprime », affirme-t-il, en évoquant d’autres meurtres de Coptes ces dernières années. « Trop c’est trop, on se demande qui sera le prochain », affirme-t-il.

« Nous célébrons Noël, mais nous sommes tristes », dit de son côté Magdi Ramez, un ingénieur du Caire.

Dans certaines églises, des fidèles ont brandi lors de la veillée de Noël des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: « Notre église est toujours au côté des martyrs. Les gens libres n’ont pas peur de la mort ».

Certains musulmans ont tenu à manifester leur solidarité. « J’ai appelé mes amis pour leur souhaiter une bonne fête, et leur dire que nous partageons tous la même douleur », affirme Ihab Radi, un militant associatif du Caire.

Vendredi, des centaines d’opposants ont défilé au Caire en solidarité avec les Coptes. « Un peuple, un sang », ont-ils scandé.

Quelque 70.000 policiers et conscrits ont été mobilisés pour la protection des églises pour le Noël orthodoxe, selon les services de sécurité.

Outre les risques d’un nouvel attentat, les autorités entendent visiblement prévenir la répétition de manifestations de colère de la part de membres de la communauté copte, qui avaient provoqué des heurts avec la police ces derniers jours.

Jeudi soir, le patriarche copte orthodoxe Chenouda III a célébré la messe dans la cathédrale d’Abbassiya au Caire, autour de laquelle pas moins de 3.000 policiers étaient déployés.

La cérémonie, retransmise par sept chaînes de télévision, s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement, des deux fils du président Hosni Moubarak, Alaa et Gamal, musulmans sunnites, ainsi que de plusieurs ambassadeurs étrangers.

Le chef spirituel des Coptes orthodoxes a déploré « le martyre d’un grand nombre d’innocents » lors de l’attentat d’Alexandrie.

Mais il a aussi évoqué la fusillade qui avait tué en janvier 2010 six Coptes en Haute-Egypte, Nagaa Hamadi, une manière de rappeler que le verdict des meurtriers présumés, prévu le 16 janvier, était très attendu.

S’exprimant lors des voeux aux autorités religieuses de France, auxquelles s’étaient joint exceptionnellement cette année le représentant des Coptes en France, le président français Nicolas Sarkozy a dénoncé un « plan pervers d’épuration du Moyen-Orient, d’épuration religieuse ».

Les Coptes, en grande majorité orthodoxes, représentent 6 à 10% des quelque 80 millions d’Egyptiens. Ils se plaignent fréquemment d’un laxisme de la justice et des autorités dans les affaires de violence à leur encontre.

Le président Moubarak a quant à lui appelé le patriarche au téléphone pour l’assurer que « le terrorisme ne réussira pas à traumatiser le peuple et ne privera pas les Coptes de la joie de la fête », selon la presse gouvernementale.

Les autorités égyptiennes mettent en cause des « mains étrangères » dans l’attentat d’Alexandrie, commis deux mois après des menaces d’un groupe irakien lié à Al-Qaïda contre les chrétiens d’Egypte.

L’attaque, qui n’a pas encore été revendiquée, aurait été menée selon les autorités par un inconnu tué dans l’explosion.

La photo d’un visage reconstitué à partir d’une tête arrachée continuait d’être publiée par la presse, la police espérant ainsi aider à identifier le suspect.


Publié le 7 janvier, 2011 dans Christianisme, Egypte, Islam.

Laissez un commentaire