Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les liens entre Nicolas Sarkozy et les laboratoires Servier

Les liens entre Nicolas Sarkozy et les laboratoires Servier

© Le Monde

Si Nicolas Sarkozy souhaite la « transparence la plus totale » dans le traitement du dossier du Mediator, comme il l’a affirmé, mercredi 22 décembre, « [il] devra peut-être opérer quelques ruptures, » avance Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne. Interrogé par Le Monde.fr, ce député, qui dénonce depuis plusieurs mois la dangerosité du médicament, évoque en effet les liens entre Jacques Servier, fondateur et PDG des laboratoires Servier, qui commercialisaient le Mediator avant son interdiction, et l’avocat d’affaires que fut le chef de l’Etat.

« Il faudra être vigilant, car on connaît les liens entre M. Sarkozy et M. Servier, à qui il a remis récemment la grand-croix de la Légion d’honneur, » explique notamment M. Bapt. Le député poursuit : « Il [Nicolas Sarkozy] l’a fait rentrer [Jacques Servier] comme client dans le cabinet d’avocats dans lequel il travaillait. »

SERVIER, « CLIENT HISTORIQUE » DE NICOLAS SARKOZY

Lorsqu’éclate l’affaire du Mediator, Jacques Servier déclare au Monde qu’il s’agit d’une « fabrication » contre le gouvernement. Il ne pense pas aux patients, mais au fait qu’à travers lui certains veulent nuire à Nicolas Sarkozy. Le fondateur et PDG des laboratoires connaît le président de la République depuis 1983. Le siège du laboratoire se trouve à Neuilly (Hauts-de-Seine), ville dont M. Sarkozy fut le maire.

Dans un article publié jeudi 23 décembre (ici en payant), Libération explique qu’en tant qu’avocat d’affaires, M. Sarkozy a travaillé « pour le compte de Servier, à l’époque un tout petit labo français ». L’actuel président de la République devient ensuite « le conseil du laboratoire en matière de droit des sociétés et de droit de l’immobilier ». Le quotidien cite un « proche du chef de l’Etat » qui qualifie Servier de « client historique » de Nicolas Sarkozy.

Des liens qui s’inscrivent dans la durée : selon Libération, à « la fin des années 90, début 2000, Jacques Servier vient consulter Sarkozy au sujet de son projet de fondation ». Une fondation saluée neuf ans plus tard, lorsque Nicolas Sarkozy remet les insignes de la grand-croix de la Légion d’honneur à Jacques Servier. A cette occasion, il déclare : « Vous avez fait de votre groupe une fondation ; Raymond [Soubie, ancien conseiller de M. Sarkozy à l’Elysée] et moi, on y a joué un rôle. »

Selon le porte-parole du gouvernement, l’inspection générale des affaires sociales doit rendre un rapport sur le dossier du Mediator « à la mi-janvier ». Une mission parlementaire vient également d’être créée.


Publié le 23 décembre, 2010 dans France, Le Monde, Santé, Sarkozy.

Commentaires (1)

 

  1. Rémy dit :

    Les révélations concernant le Médiator ne doivent pas nous faire oublier que le manque d’éthique caractérise d’autres laboratoires pharmaceutiques. Le laboratoire Roche a reçu l’an dernier en Suisse le prix de la Honte, pour avoir travaillé sur des organes de prisonniers chinois, tués pour leur appartenance à des communautés chrétiennes ou bouddhistes (Falung Gong) (1). Le laboratoire américain Pfizer est poursuivi pour avoir testé illégalement en Afrique un antibiotique destiné à lutter contre la méningite : sur les 200 enfants traités, 11 sont morts et beaucoup d’autres ont eu des séquelles graves.

    Mais en France il est très malvenu de dénoncer ces pratiques. Le Miviludes (Mission de lutte contre les dérives sectaires) qui dépend directement du Premier Ministre, va jusqu’à suspecter dans son dernier rapport des dérives sectaires derrière tout groupe qui se méfie de la médecine officielle et prône une médecine plus respectueuse de l’homme et de la nature. Tout est fait pour discréditer ceux qui tentent d’ouvrir les yeux à nos concitoyens.

    Les intérêts de quelques laboratoires, aux comportements parfois aussi effrayants que leurs médicaments, étaient jusqu’ici protégés par les plus hautes autorités de l’Etat. Espérons que l’affaire du Médiator contribue progressivement à rendre les citoyens un peu plus maîtres de leur santé.

    http://wn.com/Le_laboratoire_Roche_remporte_le_Prix_de_la_Honte

Laissez un commentaire