Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Fondateur Wikileaks : De plus grosses « bombes » sont sur le chemin

Fondateur Wikileaks : De plus grosses « bombes » sont sur le chemin

© Infowars, par Paul Joseph Watson le 10 décembre 2010

Un des membres de Wikileaks nous prévient qu’un bombardement de révélations est prévu et que la crise factice grandissante autours du groupe et de sa figure de tête Julian Assange facilite l’agenda de cybersécurité pour réguler et censurer le world wide web.

John Young le fondateur de Cryptome.org, que le New York Observer a récemment caractérisé en tant que le « Wikileaks original », a dit sur l’Alex Jones Show qu’il s’était porté volontaire pour enregistrer Wikileaks.org en Décembre 2007 sous son nom pour les membres Wikileaks qui souhaitaient rester anonymes, sachant que le site était à peine pour le bénéfice du public. Young devint suspicieux quand on lui a dit que le but était d’atteindre 5 million de dollars durant les 6 premiers mois.

« J’ai dis attends une seconde, ça ne ressemble pas à du bénéfice public pour moi, ça ressemble plutôt à un gros programme de fonds », a dit Young, comparant le scénario à un déguisement de style Soros.

« C’était une opération professionnelle et non pas une opération pour le bien public et c’est devenu cela, » a dit Young, concordant le fait que Wikileaks a été introduit dans l’arène public par Cass Sunstein dans un article du Washington Post. C’est important parce que dans un papier blanc de 2008, Sunstein, qui est maintenant le tzar de l’information à la Maison Blanche d’Obama, a argumenté que les entités gouvernementales devraient se poser en tant que « théoriciens de la conspiration » dans un complot clandestin pour discréditer les voix des médias indépendants et ultimement démolir la liberté d’expression sur Internet.

Young a dit que Wikileaks fournissait le parfait prétexte pour le gouvernement afin de rassembler des fonds pour une infrastructure de la cybersécurité qui serait éventuellement utilisée pour taire la liberté d’expression et réguler l’Internet.

« Quelques Wikileaks enthousiastes semblent opérer en concert avec certains de leurs opposants, il semblerait qu’ils font des pas verrouillés selon moi, » a dit Young, notant que tout le fiasco est une exposition théâtrale faites pour tester si l’agenda de cybersécurité est prêt à recevoir des tractions. Étant donné le fait que les Républicains de l’établissement ont déjà introduis une législation qui vise à criminaliser Wikileaks, les circonstances indiquent clairement que la crise est exploiter pour pousser la censure de l’Internet.

Bien que l’Open Society Institue de George Soros a renié avoir une quelconque connexion avec Wikileaks, Young a personnellement eu des conversations avec les fondateurs de Wikileaks qui lui ont fait part de leurs efforts de sécuriser des fonds depuis l’organisation, à partir de là Young se résigna de Wikileaks. Young dit que Wikileaks était tout sauf en faillite quand ils opéraient par eux-mêmes mais maintenant ont « levé des millions en étant à l’intérieur ».

Quant à savoir qui est actuellement derrière Wikileaks à part Assange lui-même, Young pointa une liste Wikipedia de « Cypherpunks, » gourous de l’Internet, certains d’entre eux détiennent des positions proéminentes dans des compagnies technologiques majeures, et qui sont responsables d’une mailing list qui démarra en 1992 pour des gens intéressés dans la cryptographie et l’intimité.

Young a dit que Wikileaks n’était pas une organisation indépendante ni une contrôlée par le gouvernement, mais plutôt un « concept, une aspiration, un but…pas quelque chose que vous serez capable de détruire avec les moyens habituels, » c’est pourquoi Young prédit que Wikileaks ne sera pas délogé. Cependant, il avertit que le fait que Wikileaks rédige des documents était un signe qu’ils ont été coopté jusqu’à une large mesure.

« Si on vous offrait un pot de vin d’un million de dollar et que vous avez 39 ans et que vous n’avez pas d’autre revenu, réfléchissez-y, cela s’appelle un contrat gouvernemental, » a dit Young, suggérant que Assange a été acheté.

« Je m’attends à une crise continuelle soulevée par le modèle Wikileaks, » dit Young, ajoutant que des documents de plus en plus compromettants continueront d’être mis en ligne et que cela permettra aux dissidents comme Assange aussi biens qu’aux gouvernements d’accroître à la fois leur pouvoir et l’augmentation de fonds.

« Ça continuera encore pour un moment, l’argent jaillit de tous les côtés, » dit Young, rajoutant que la situation est poussée à devenir une « crise de guerre » comme cela le gouvernement US pourra dissuader les cyber-menaces pour renforcer leur propre autorité.

« En ce moment ils testent juste la réaction du public avec cette révélation secrète de petit niveau, mais les autres choses vont arriver, » dit Young, démontrant que parce que les câbles relâchés jusque là étaient classifiés en tant que « secret » ne veut pas dire que c’est vrai. En effet, beaucoup de câbles discréditent les rhétoriques à propos de la guerre contre le terrorisme et ne font pas mal aux objectifs impériaux US parce qu’ils consistent de matériel provenant d’écho de la chambre de propagande géopolitique.

Young prédit qu’une « série de bombardement » émergera de Wikileaks et de son fondateur Julian Assange, spécifiquement en relation avec la fausse charge de viol contre lui, et qu’on nous taquine en ce moment et que du matériel encore plus intéressant se trouve dans les tuyaux, dont Young fait la liste:

– Information à propos des affaires internes de la Bank of America
– Documents sur les armes de destruction massive
– Les plans de guerre de toutes les nations
– Rapports sur les prisons et les chambres de torture
– Fichiers sur les abus des droits de l’homme
– Fichiers sur les milliardaires politiques
– Fichiers sur les agences fiscales dans le monde
– Fichier sur les affaires politiques du Vatican
– Information sur la Fondation Clinton, c’est aussi la seule dont Young n’est pas certain.

Regardez l’interview complète avec John Young ci dessous (en anglais)


Publié le 12 décembre, 2010 dans Alex Jones & Infowars, Big Brother, Etats-Unis, Wikileaks.

Commentaires (2)

 

  1. admin dit :

    Quelques jours après cette interview, Wikileaks a lâché des documents sur le Vatican. Allez sur google news, tapez wikileaks vatican, vous ne verrez pas beaucoup de journaux en parler en détail, mais apparemment le Vatican a un très gros contrôle sur les affaires politiques internationales. Je suis sur que cette information doit faire du bien a Jordan Maxwell qui a toujours prouvé uniquement avec les symboles (juste les symboles utilisés par les institutions, factions, gouvernements) que le Vatican est derrière BEAUCOUP DE CHOSES.

    Et c’est d’ailleurs la voie que j’ai décidé d’emprunter, car j’ai de plus en plus de preuves, que le Vatican, et pas le Vatican pédophile médiatisé, le Vatican qui possède l’Angleterre par exemple, le Vatican qui possède votre rue, votre ville, et qui a des prêtres et des jésuites et des agents de renseignement dans tous les pays du monde y comprit la Corée du Nord, c’est ce Vatican là qui a une influence monstrueuse sur la scène internationale… Et on va bientôt arrivé à … Propaganda Due. L’organisation qui me terrifie le plus dans le fond. C’est surement la société secrète la plus dangereuse au monde.

  2. admin dit :

    Paul Joseph Watson a une manière d’écrire incroyablement difficile à traduire en français parfois, c’est vraiment lourd

Laissez un commentaire