Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Des déçus de WikiLeaks vont lancer un site concurrent

Des déçus de WikiLeaks vont lancer un site concurrent

© L’Express / Reuters

Un groupe d’anciens collaborateurs de WikiLeaks va lancer la semaine prochaine son propre site, baptisé Openleaks, pour protester contre Julian Assange, fondateur de la plate-forme spécialisée dans la divulgation de documents officiels, rapporte le quotidien suédois Dagens Nyheter.

« Notre objectif à long terme est de bâtir une plate-forme forte et transparente pour soutenir les sources, tant sur le plan technologique que politique, tout en encourageant le lancement de projets similaires », explique l’un des membres du groupe qui a souhaité rester anonyme.

L’article, titré « Un nouveau WikiLeaks, des rebelles contre Assange », est proposé à la fois en suédois et en anglais sur le site du quotidien (www.dn.se), ce qui est inhabituel.

L’un des objectifs à court terme d’Openleaks est de faire en sorte que « l’organisation continue à être dirigée démocratiquement par l’ensemble de ses membres, plutôt que par un groupe ou un individu, poursuit l’interlocuteur du journal, visant vraisemblablement Julian Assange.

L’informaticien australien, écroué mardi à Londres en vertu d’un mandat d’arrêt de la justice suédoise, qui le recherche pour viol, s’est imposé comme l’unique visage de WikiLeaks.

Le Dagens Nyheter dit avoir obtenu des documents qui témoignent d’un mécontentement de ses collaborateurs et qui montrent que des problèmes de connexion rencontrés cette année ont été planifiés pour le pousser à prendre du recul.

Openleaks ne publiera aucun document, mais les communiquera à la presse, à des organisations non gouvernementales et autres syndicats.

« Du fait de notre intention de ne publier aucun document directement et en notre nom, nous pensons pouvoir échapper au pressions politiques dont WikiLeaks fait actuellement l’objet », explique un autre membre fondateur.

Patrick Lannin, Jean-Philippe Lefief pour le service français


Publié le 10 décembre, 2010 dans Wikileaks.

Laissez un commentaire