Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Julian Assange arrêté : c’est quoi le « sexe par surprise » ?

Julian Assange arrêté : c’est quoi le « sexe par surprise » ?

© Rue 89

L’avocat de Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks arrêté mardi matin à Londres et en détention jusqu’au 14 décembre avant une possible extradition vers la Suède, a expliqué que son client « n’était pas poursuivi pour viol mais pour “sexe par surprise” ». What is « sex by surprise » ? Un sous-viol ?

Me Mark Stephens, spécialiste des médias, précise que c’est une « qualification suédoise punie par une amende de 5 000 couronnes, soit environ 540 euros », qui considèrerait comme un délit le fait de refuser de mettre un préservatif.

Toujours selon le défenseur de l’Australien Assange, cette obscure incrimination n’existerait que sous les latitudes suédoises, en tous cas, « pas aux Etats-Unis, ni en Angleterre, ni même à Ibiza »…ni dans le code pénal suédois, après enquête, sommes nous au regret d’écrire.

Selon plusieurs sources amicales suédoises, « sex by surprise » serait une traduction d’un mot d’argot suédois « överraskningssex » utilisé pour plaisanter sur le viol, ou pour le nier.

Grâce notamment à un article du site américain Slate qui a popularisé le concept, il se raconte désormais qu’en Suède on peut commettre un crime appelé le « sexe par surprise » qui serait différent du viol. Une sorte de sous-viol en quelque sorte.

Lire la suite sur rue89


Publié le 8 décembre, 2010 dans Wikileaks.

Laissez un commentaire